Une ins­ti­tu­tion à ren­ta­bi­li­ser

L’ou­ver­ture of­fi­cielle de la Ci­té de la culture est pro­gram­mée pour dé­but 2018. En at­ten­dant, on dis­cute en­core du cadre ju­ri­dique qui gé­re­ra ses ac­ti­vi­tés. Les créa­teurs et pro­duc­teurs cultu­rels s’en dés­in­té­ressent to­ta­le­ment

La Presse (Tunisia) - - ACTUALITÉS -

Au mo­ment où tout le monde conti­nue à se po­ser la ques­tion: la culture a-telle ti­ré pro­fit de la ré­vo­lu­tion de la li­ber­té et de la di­gni­té, les créa­teurs et les opé­ra­teurs cultu­rels qui étaient mal vus à l’époque de Ben Ali ou em­pê­chés car­ré­ment de tra­vailler pour rai­sons po­li­tiques et idéo­lo­giques ont-ils pris leur re­vanche sur ceux qui les te­naient à l’écart de l’acte cultu­rel na­tio­nal sous toutes ses formes, une nou­velle im­por­tante est pas­sée presque in­aper­çue ces der­niers jours : la pre­mière tranche de la fa­meuse Ci­té de la culture se­ra re­mise avant fin oc­tobre pro­chain au mi­nis­tère des Af­faires cultu­relles. C’est Mo­ha­med Sa­lah Ar­faoui, mi­nistre de l’Equi­pe­ment et de l’Ha­bi­tat, qui l’a an­non­cé lors d’une vi­site d’ins­pec­tion qu’il a ef­fec­tuée en com­pa­gnie de Mo­ha­med Zine El Abi­dine, mi­nistre des Af­faires cultu­relles, au chan­tier de la Ci­té de la culture en vue de faire le sui­vi des tra­vaux qui ont at­teint un taux de réa­li­sa­tion de 90%, comme l’a an­non­cé le mi­nistre. Donc, si les choses se pour­suivent comme pré­vu et si l’en­tre­pre­neur res­pecte les dé­lais aux­quels il est as­treint, on pour­ra af­fir­mer que l’ou­ver­ture of­fi­cielle de la Ci­té de la culture au­ra lieu dé­but 2018. En d’autres termes, « la bâ­tisse sta­li­nienne» qui fai­sait froid dans le dos du Dr Ez­zed­dine Bach Chaouch, mi­nistre de la Culture dans le gou­ver­ne­ment in­té­ri­maire de Bé­ji Caïd Essebsi, au­ra, en­fin, pi­gnon sur rue et ceux qui ont pris l’ha­bi­tude de se res­sour­cer cultu­rel­le­ment aux mai­sons de la culture Ibn Khal­doun et Ibn Ra­chiq au­ront une autre ave­nue à fré­quen­ter, celle de l’ave­nue Mo­ha­med-V et où ils pour­ront as­sou­vir leurs dé­si­rs en théâtre, en chant, en ex­po­si­tions pic­tu­rales, en danse et en lec­ture. Mal­heu­reu­se­ment, l’an­nonce de l’évé­ne­ment n’a sus­ci­té au­cune ré­ac­tion au­près de nos créa­teurs et ac­teurs de la scène cultu­relle na­tio­nale. Per­sonne par­mi ceux qui dé­pensent leur éner­gie et leur sa­voir-faire ou plu­tôt sa­voir-par­lo­ter pour «dé­mo­lir le pro­jet aus­si bien à l’époque du pré­sident Ben Ali qu’après la ré­vo­lu­tion quand on a com­men­cé à par­ler de re­nais­sance de la Ci­té de la culture ne s’est don­né la peine pour s’ex­pri­mer et nous dire si l’avè­ne­ment de la Ci­té de la culture est à consi­dé­rer comme un évé­ne­ment na­tio­nal un nou­vel ac­quis au pro­fit des gens qui aiment la culture etn par ri­co­chetn la vie» ou si «la bâ­tisse sta­li­nienne» ne fe­ra qu’ac­cen­tuer les dé­penses fa­ra­mi­neuses «du mi­nis­tère des fes­ti­vals de Carthage et de Ham­ma­met» et ne pro­fi­te­ra qu’aux éter­nels clients de l’ar­gent de l’Etat qui ont réus­si du temps de Bour­gui­ba, de Ben Ali et de la ré­vo­lu­tion aus­si à ar­ra­cher des sub­ven­tions consé­quentes à des oeuvres dont ils se conten­taient de chan­ger les titres ou d’y ajou­ter un ou deux per­son­nages.

Comment ren­ta­bi­li­ser la Ci­té

C’est le dés­in­té­res­se­ment to­tal, y com­pris de la part de ceux qui at­tendent l’ou­ver­ture de la Ci­té de la culture pour s’y ins­tal­ler, pour y re­pro­duire des spec­tacles que les Tu­ni­siens connaissent par coeur. Au mi­nis­tère des Af­faires cultu­relles, on ap­plique le dicton «mieux vaut tard que ja­mais» et Mo­ha­med Zine El Abi­dine mo­tive les cadres et les ex­perts et conseillers à pro­fu­sion de son mi­nis­tère pour qu’ils éla­borent un cadre ju­ri­dique qui de­vra gé­rer la Ci­té de la culture et per­mettre à l’Etat de re­cou­vrer l’ar­gent qu’il a dé­pen­sé afin que le pro­jet re­naisse de ses cendres. Jeu­di der­nier, on s’est réu­ni au siège du mi­nis­tère des Af­faires cultu­relles en vue de mettre au point un plan d’ac­tion dont l’ob­jec­tif prin­ci­pal est de faire en sorte que la Ci­té ne consti­tue pas «un far­deau pour les fi­nances pu­bliques mais plu­tôt un centre de rayon­ne­ment ren­table qui ré­ponde aux prio­ri­tés du mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment au­quel les Tu­ni­siens as­pirent». Au­tre­ment dit, les es­paces que contient la Ci­té se­ront ren­ta­bi­li­sés et il y au­ra des «par­te­na­riats avec les spé­cia­listes du sec­teur cultu­rel et ar­tis­tique», tout en veillant à ce que «la nou­velle ins­ti­tu­tion soit souple dans la ges­tion des es­paces qu’elle com­porte». Le com­mu­ni­qué pu­blié à l’is­sue de la réunion pré­si­dée par Mo­ha­med Zine El Abi­dine se contente de gé­né­ra­li­tés comme «la mise en place d’un nou- veau mo­dèle éco­no­mique et cultu­rel en concor­dance avec les be­soins de la Ci­té de la culture» sauf qu’on ne pré­cise pas la na­ture des be­soins de la Ci­té et qu’on n’ex­plique pas comment le nou­veau mo­dèle cultu­rel doit concor­der avec ces be­soins. Reste à sa­voir main­te­nant si les concep­teurs du cadre ju­ri­dique de­vant ré­gir la Ci­té se­ront à l’heure quand son­ne­ra l’ou­ver­ture of­fi­cielle de la Ci­té pré­vue au dé­but de l’an­née pro­chaine. Une autre ques­tion : quel sort se­ra-t-il ré­ser­vé au cadre ju­ri­dique en ques­tion par l’As­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) au mo­ment où il at­ter­ri­ra sur le bu­reau de Mo­ha­med En­na­ceur? Et quand on sait la ca­dence avec la­quelle sont trai­tés les pro­jets de loi dits ur­gents par le Par­le­ment, on peut pré­voir que la Ci­té de la culture se­ra fonc­tion­nelle sans qu’il y ait de cadre ju­ri­dique la ré­gis­sant. Reste une grande in­con­nue : que fe­ront les par­tis po­li­tiques do­mi­na­teurs sur la scène na­tio­nale en vue «de ré­cu­pé­rer ou de conte­nir» cette nou­velle ins­ti­tu­tion qui pour­rait, si elle était confiée à une per­son­na­li­té in­tègre, com­pé­tente et sur­tout in­dé­pen­dante, pro­vo­quer cette «ré­vo­lu­tion cultu­relle» qu’on at­tend tous avec im­pa­tience.

A. DERMECH

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.