L’avo­cat du chef de l’op­po­si­tion mis aux ar­rêts

Il est ac­cu­sé de liens avec le putsch man­qué de juillet 2016

La Presse (Tunisia) - - INTERNATIONAL -

AFP — L’avo­cat de Ke­mal Ki­li­ç­da­ro­glu, chef du prin­ci­pal par­ti d’op­po­si­tion en Tur­quie, a été ar­rê­té hier ma­tin à An­ka­ra pour liens pré­su­més avec le putsch man­qué de juillet 2016, se­lon le Par­ti ré­pu­bli­cain du peuple (CHP). Ce­lal Ce­lik a été in­ter­pel­lé chez lui à An­ka­ra, pré­cise l’agence pro­gou­ver­ne­men­tale Ana­do­lu, af­fir­mant que les fouilles se pour­sui­vaient dans la ma­ti­née au do­mi­cile du sus­pect. «Ce qui se passe au­jourd’hui est un déshon­neur au nom de la dé­mo­cra­tie», a ré­agi M. Ki­li­ç­da­ro­glu, ajou­tant que la si­tua­tion «défie la rai­son». Se­lon sa bio­gra­phie sur le site du Par­ti ré­pu­bli­cain du peuple (CHP, so­cial-dé­mo­crate), M. Ce­lik est un an­cien juge, dé­sor­mais membre du co­mi­té de dis­ci­pline du par­ti (YDK). Ana­do­lu pré­sente M. Ce­lik comme étant un proche de Fa­tih Gür­sul, l’un des prin­ci­paux conseillers de M. Ki­li­ç­da­ro­glu, ar­rê­té en dé­cembre car soup­çon­né d’ap­par­te­nir au ré­seau du pré­di­ca­teur Fe­thul­lah Gü­len, te­nu pour res­pon­sable de la ten­ta­tive de putsch du 15 juillet 2016. Au­to-exi­lé aux Etats-Unis, M. Gü­len nie fer­me­ment ces ac­cu­sa­tions. L’avo­cat est par ailleurs soup­çon­né d’avoir an­nu­lé, sur ins­truc­tions de M. Gü­len, son abon­ne­ment au bou­quet de té­lé­vi­sion par sa­tel­lite Di­gitürk après la sup­pres­sion de chaînes de té­lé­vi­sion liées aux gu­lé­nistes, se­lon l’agence pri­vée Do­gan. Le porte-pa­role du par­ti, Bülent Tez­can, a af­fir­mé à la presse que M. Ce­lik est «un homme qui s’est bat­tu» contre le mou­ve­ment gu­lé­niste tout au long de sa car­rière. «Nous ne pou­vons ac­cep­ter ce­la», a ajou­té M. Tez­can, as­su­rant que M. Ce­lik n’avait au­cun lien avec les gu­lé­nistes. Plus de 50.000 per­sonnes ont été ar­rê­tées et 140.000 li­mo­gées ou sus­pen­dues, dans le cadre des purges en­tre­prises de­puis le coup d’Etat man­qué. Au-de­là des mi­lieux gu­lé­nistes, ces purges ont vi­sé les mi­lieux d’op­po­si­tion pro­kurdes, des mé­dias cri­tiques et des ONG. M. Ki­li­ç­da­ro­glu s’est mon­tré très cri­tique en­vers le pré­sident Re­cep Tayyip Er­do­gan et de ces purges qu’il a qua­li­fiées de «coup d’Etat ci­vil». Par ailleurs, le par­quet d’An­ka­ra a émis des man­dats d’ar­rêt contre 71 per­sonnes, dont 8 em­ployés du mi­nis­tère de l’Edu­ca­tion na­tio­nale, soup­çon­nées de liens avec l’or­ga­ni­sa­tion gu­lé­niste, a rap­por­té Ana­do­lu ven­dre­di. Au moins 27 d’entre elles avaient été in­ter­pel­lées en fin de ma­ti­née.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.