Ne rien lais­ser au ha­sard…

Le staff tech­nique a d’ores et dé­jà mis au point le pro­gramme de la pré­pa­ra­tion en pré­vi­sion de la der­nière sor­tie face à la Li­bye.

La Presse (Tunisia) - - LA UNE - Wa­lid NALOUTI

Le staff tech­nique a d’ores et dé­jà mis au point le pro­gramme de la pré­pa­ra­tion en pré­vi­sion de la der­nière sor­tie face à la Li­bye.

Sur le pa­pier, l'équipe de Tu­ni­sie a par­cou­ru 95 % du che­min qui la sé­pare de Mos­cou. La large vic­toire rem­por­tée en Gui­née (4-1), à l'oc­ca­sion de la der­nière jour­née des éli­mi­na­toires, a confor­té les spé­cia­listes dans leur idée : la Tu­ni­sie mé­rite am­ple­ment sa place dans le go­tha mon­dial. Tou­te­fois, rien n'est en­core joué ma­thé­ma­ti­que­ment, puisque notre sé­lec­tion na­tio­nale doit au moins faire match nul contre la Li­bye pour dé­cro­cher of­fi­ciel­le­ment son billet pour Mos­cou. Bref, la Tu­ni­sie a ré­ser­vé à Co­na­kry son billet pour le Mon­dial russe en at­ten­dant de le va­li­der le 11 no­vembre pro­chain à Ra­dès. Et même si nos chances sont in­tactes pour nous qua­li­fier à la phase fi­nale de la pro­chaine Coupe du monde, douze ans après notre der­nière par­ti­ci­pa­tion qui re­monte au Mon­dial d'Al­le­magne en 2006, le sé­lec­tion­neur na­tio­nal ne veut rien lais­ser au ha­sard. Au len­de­main de la vic­toire écra­sante contre la Gui­née, Na­bil Maâ­loul s'est réuni avec Wa­dii El Jar­ry pour mettre en place le pro­gramme de pré­pa­ra­tion, en pré­vi­sion du match face à la Li­bye.

Cap sur Ta­bar­ka

Na­bil Maâ­loul a trou­vé à Ta­bar­ka l'en­droit idéal pour ef­fec­tuer ses ras­sem­ble­ments. L'équipe na­tio­nale y se­ra de nou­veau en stage de cinq jours à par­tir du 6 no­vembre pro­chain. Et pour as­su­rer les condi­tions op­ti­males de réus­site, la sé­lec­tion na­tio­nale se ren­dra à Ta­bar­ka à bord d'un avion spé­cial. Elle af­fré­te­ra éga­le­ment un vol spé­cial pour re­ga­gner Tunis le ven­dre­di 10 no­vembre, soit la veille de la ren­contre. Rap­pe­lons que le match Tu­ni­sie-Li­bye, comp­tant pour la der­nière jour­née des éli­mi­na­toires du Mon­dial 2018, au­ra lieu le sa­me­di 11 no­vembre, à par­tir de 19h00, sur la pe­louse cen­trale du stade olym­pique de Ra­dès. Un ren­dez-vous à ne pas man­quer pour rien au monde, ce qui ex­plique le sens du dé­tail dont fait preuve Na­bil Maâ­loul dans l'éla­bo­ra­tion de son plan de tra­vail en pré­vi­sion de l'ex­pli­ca­tion contre la Li­bye. Certes, la Li­bye est hors course, mais le fait que notre der­nier ad­ver­saire n'ait rien à perdre et tout à ga­gner, laisse pré­sa­ger une éven­tuelle ré­sis­tance de la part de notre der­nier ad­ver­saire, his­toire de quit­ter les éli­mi­na­toires la tête haute, (d'au­tant que les Li­byens ont contes­té la pres­ta­tion de l'ar­bitre du match al­ler). C'est donc pour évi­ter tout flé­chis­se­ment men­tal de ses joueurs qui pour­raient mettre dans leurs têtes que le match de la Li­bye se­ra une simple for­ma­li­té.

Bé­doui, plus de peur que de mal

Tou­ché griè­ve­ment au nez en cours de jeu, Ra­mi Bé­doui a conti­nué à jouer quand même. Ren­sei­gne­ment pris : plus de peur que de mal. Sa bles­sure a né­ces­si­té trois jours de re­pos seule­ment, et il se­ra de nou­veau sur pied.

Ben Yed­der : ce n’est pas le bon mo­ment…

Na­bil Maâ­loul pense dé­jà à ren­for­cer son ef­fec­tif en pré­vi­sion de la phase fi­nale de la Coupe du monde. Dans le vi­seur du sé­lec­tion­neur na­tio­nal, Was­sim Ben Yed­der, le so­cié­taire du FC Sé­ville. Pour ne pas dé­con­cen­trer ses joueurs, Maâ­loul a dé­cla­ré qu'il est en­core temps de trai­ter ce dos­sier. La prio­ri­té du mo­ment, c'est la ren­contre face à la Li­bye. Soit, mais il fau­dra pen­ser à pré­ser­ver les équi­libres dans les ves­tiaires et, sur­tout, ne pas sanc­tion­ner ceux qui se sont bat­tus pour la qua­li­fi­ca­tion au Mon­dial de Rus­sie.

Khaz­ri, Be­doui, Ali Maâ­loul et le sé­lec­tion­neur Na­bil Maâ­loul, plus que ja­mais dé­ci­dés à va­li­der leur billet pour Mos­cou 2018

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.