Mans­ri à la barre

Après quatre ten­ta­tives ra­tées, l’ARP a réus­si à élire un pré­sident pour l’Isie, en la per­sonne de M. Mo­ha­med Tli­li Mans­ri, qui a réus­si à ré­col­ter 115 voix, et ce mal­gré des ir­ré­gu­la­ri­tés qui ont re­tar­dé l’an­nonce des ré­sul­tats. Il de­vance ain­si Na­j­la Br

La Presse (Tunisia) - - LA UNE - Ka­rim BEN SAïD

Tout avait pour­tant mal com­men­cé en rai­son d’une ir­ré­gu­la­ri­té lors du scru­tin. En ef­fet, à quelques mi­nutes seule­ment de la fin du vote, le dé­pu­té Has­sou­na Nas­fi a pris la pa­role pour dé­non­cer le double vote d’au moins un dé­pu­té. C’est alors que l’élue Lei­la Ou­led Ali de­mande la pa­role pour ex­pli­quer qu’elle a, à titre per­son­nel, vo­té à deux re­prises. “Alors que j’étais en for­ma­tion à l’aca­dé­mie par­le­men­taire, j’ai re­çu un sms à 14h me de­man­dant d’al­ler vo­ter, je suis donc re­ve­nue à la salle plé­nière, peu avant 16h00, pen­sant qu’il s’agis­sait du vote pour le deuxième tour, j’ai donc vo­té en­core une fois”. Un aveu qui jette un froid sur l’hé­mi­cycle, au mo­ment où la com­mis­sion de tri avait com­men­cé le dé­pouille­ment. Le pré­sident de la séance dé­cide contre toute at­tente de sus­pendre l’opé­ra­tion. Les dé­pu­tés crient en­suite au scan­dale, avant de prendre la pa­role un à un, dans un grand brou­ha­ha, et cha­cun a es­sayé de trouver, à sa ma­nière, une sor­tie de crise. Tous en re­vanche s’ac­cordent à dire que la dé­pu­tée Lei­la Ou­led Ali n’au­rait pas pu vo­ter in­ten­tion­nel­le­ment à deux re­prises. Ma­jo­ri­té et op­po­si­tion es­timent que la dé­pu­tée a ef­fec­ti­ve­ment pen­sé qu’il s’agis­sait du vote pour le deuxième tour. «Moi aus­si j’ai re­çu le même Sms et j’ai pen­sé qu’on vo­tait pour le deuxième tour et j’ai failli al­ler re­vo­ter», dé­clare la dé­pu­tée Sa­brine Gou­ban­ti­ni. Tous, éga­le­ment, font por­ter le cha­peau au bu­reau de vote de la com­mis­sion, qui ne s’est pas aper­çu à temps que Lei­la Ou­led Ali avait dé­jà, une pre­mière fois, glis­sé un bul­le­tin dans l’urne. «Il fal­lait lo­gi­que­ment mettre une croix de­vant le nom de chaque vo­tant», lance Samia Ab­bou (op­po­si­tion) qui a dû «sen­tir le par­fum d’un jeu po­li­tique”. La dé­pu­tée de l’op­po­si­tion de­mande à ce que le dé­pouille­ment re­prenne mal­gré l’ir­ré­gu­la­ri­té. «S’il s’agit uni­que­ment d’un seul vote sup­plé­men­taire et si ce vote n’a pas une in­ci­dence sur les ré­sul­tats, alors qu’on ne l’an­nule pas, dit-elle. Dans le cas contraire, il fau­drait re­faire le vote».

Agi­ta­tions

Le dé­pu­té Ha­bib Khed­her (En­nahd­ha) a pour sa part dé­non­cé la dé­ci­sion du pré­sident de la séance Ab­del­fat­tah Mou­rou de sus­pendre l’opé­ra­tion de tri. «On peut dé­ci­der de ne pas an­non­cer les ré­sul­tats du scru­tin, mais on ne peut en au­cun cas sus­pendre le dé­pouille­ment», a-t-il ex­pli­qué. Le pré­sident de l’As­sem­blée, Mo­ha­med En­na­ceur, après une réunion avec les pré­si­dents des groupes par­le­men­taires s’est ran­gé der­rière l’idée, et a or­don­né la re­prise du dé­pouille­ment sans pro­cla­ma­tion des ré­sul­tats. Ha­bib Khed­her a es­ti­mé que l’agi­ta­tion de cer­tains élus émane de leur vo­lon­té de voir échouer en­core une fois le scru­tin. «Il y a des gens qui ne sou­haitent plus que des élec­tions se tiennent», a-t-il fait sa­voir sans pré­ci­ser les­quels. De son cô­té, le bloc par­le­men­taire de Afek Tou­nès a ex­pri­mé son re­fus de cau­tion­ner l’opé­ra­tion de vote. Pour Rim Mah­joub, pré­si­dente du groupe, l’en­semble de l’opé­ra­tion doit être an­nu­lé. De­puis plu­sieurs mois, le Par­le­ment tente vai­ne­ment d’élire un pré­sident pour l’Isie, faute de ma­jo­ri­té en ap­pa­rence. Les groupes par­le­men­taires ma­jo­ri­taires ont ef­fec­ti­ve­ment échoué à se mettre d’ac­cord sur un can­di­dat consen­suel. Hier, il semble que la vo­lon­té de la pré­si­dence de l’As­sem­blée et de cer­tains groupes par­le­men­taires était de faire jouer «la dé­mo­cra­tie» en per­met­tant un vote mas­sif, qui au­rait per­mis de dé­par­ta­ger les can­di­dats. De plus, Ni­da, En­nahd­ha et l’UPL s’étaient, se­lon cer­taines in­for­ma­tions, en­ten­dus pour don­ner leurs voix à Mo­ha­med Tli­li Mans­ri. Pour pal­lier l’éter­nel ab­sen­téisme des dé­pu­tés, la com­mis­sion avait dé­ci­dé de pro­lon­ger l’opé­ra­tion de vote jus­qu’à 16h, mais cer­tains dé­pu­tés, comme Leï­la Ou­led Ali, n’avaient pas eu vent de cette « pro­lon­ga­tion » . En dé­but de séance, plus de 90 élus étaient ab­sents, et le vote, lui, n’a pu être en­ta­mé qu’à par­tir de mi­di. Fi­na­le­ment, les pré­si­dents des groupes par­le­men­taires, à l’ex­cep­tion du Front po­pu­laire, dé­cident de re­te­nir la so­lu­tion pro­po­sée par le dé­pu­té Has­sou­na Nas­fi, consis­tant à re­tran­cher une voix au can­di­dat qui au­ra le plus grand nombre de voix. Mo­ha­med Tli­li Mans­ri est donc dé­sor­mais pré­sident de l’Isie. Il au­ra la lourde tâche de s’im­po­ser au sein du conseil dont cer­tains membres ont plus d’ex­pé­rience que lui.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.