La jus­tice mi­li­taire cri­tique, le Sn­jt ac­cuse

L’Agence gé­né­rale de la jus­tice mi­li­taire avait cri­ti­qué le 10 no­vembre 2017 le trai­te­ment mé­dia­tique des ac­cu­sa­tions por­tées contre l’homme d’affaires Cha­fik Jar­raya et de hauts cadres sé­cu­ri­taires ▸

La Presse (Tunisia) - - LA UNE -

Les cri­tiques ré­cur­rentes émises par l’Agence gé­né­rale de la jus­tice mi­li­taire au su­jet du trai­te­ment mé­dia­tique des dos­siers re­la­tifs au com­plot contre la sû­re­té de l’Etat sont un «pré­cé­dent» et un in­di­ca­teur dan­ge­reux qui cache une in­ten­tion mal­veillante de ma­ni­pu­ler le trai­te­ment mé­dia­tique de tels su­jets et une ten­ta­tive d’en­ter­rer les dos­siers en rap­port avec la cor­rup­tion, la mal­ver­sa­tion et la sû­re­té na­tio­nale, a in­di­qué hier le Syn­di­cat na­tio­nal des jour­na­listes tu­ni­siens (Sn­jt). Dans une dé­cla­ra­tion, le Sn­jt s’est dé­cla­ré pré­oc­cu­pé face à la suc­ces­sion des dé­cla­ra­tions pu­bliées de­puis oc­tobre der­nier par l’Agence gé­né­rale de la jus­tice mi­li­taire sur le trai­te­ment mé­dia­tique des ques­tions d’opi­nion pu­blique, telles que la col­li­sion entre un na­vire mi­li­taire et une em­bar­ca­tion de for­tune au large de l’ar­chi­pel de Ker­ken­nah et qui a fait plu­sieurs vic­times et dis­pa­rus par­mi les mi­grants clan­des­tins. Il a éga­le­ment dit craindre que ces dé­cla­ra­tions suc­ces­sives aient pour des­sein d’ap­pli­quer des res­tric­tions sur le trai­te­ment mé­dia­tique des ques­tions en rap­port avec la dé­fense du ci­toyen et la lutte contre la cor­rup­tion et la mal­ver­sa­tion dans une ten­ta- tive de confis­quer le droit des mé­dias de cou­vrir les dos­siers sus­cep­tibles de por­ter at­teinte à l’in­té­rêt pu­blic. « Le trai­te­ment par les mé­dias au­dio­vi­suels de tels dos­siers obéit à un en­semble de règles éthiques re­la­tives au res­pect des droits de l’Homme», a te­nu à pré­ci­ser le Syn­di­cat. A ce pro­pos, il a ap­pe­lé les jour­na­lises à res­pec­ter la présomption d’innocence et à se confor­mer aux rè­gle­ments en vi­gueur re­la­tifs aux rap­ports d’en­quête. La pu­bli­ca­tion de ces rap­ports est ju­ri­di­que­ment illé­gale, mais ce­la n’em­pêche pas la pu­bli­ca­tion de don­nées à leur su­jet, a-t-il sou­li­gné. L’Agence gé­né­rale de la jus­tice mi­li­taire avait pu­blié, le 10 no­vembre 2017, une dé­cla­ra­tion dans la­quelle elle a cri­ti­qué le trai­te­ment mé­dia­tique des ac­cu­sa­tions por­tées contre l’homme d’affaires Cha­fik Jar­raya et de hauts cadres sé­cu­ri­taires. Se­lon l’agence, les mé­dias sont al­lés jus­qu’à vio­ler le prin­cipe du res­pect de la présomption d’innocence. L’Agence gé­né­rale de la jus­tice mi­li­taire a éga­le­ment dé­non­cé la ré­vé­la­tion d’élé­ments d’en­quête au cours d’émis­sions mé­dia­tiques avant même sa lec­ture en au­dience pu­blique.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.