La so­cié­té ci­vile campe sur ses po­si­tions

Le col­lec­tif En­vi­ron­ne­ment et Dé­ve­lop­pe­ment me­nace les au­to­ri­tés d’es­ca­lade si les uni­tés pol­luantes de la Siape ne sont pas dé­man­te­lées dé­fi­ni­ti­ve­ment dans les plus brefs dé­lais.

La Presse (Tunisia) - - LA UNE - Taieb LAJILI

On croyait la page des pro­tes­ta­tions du col­lec­tif En­vi­ron­ne­ment et Dé­ve­lop­pe­ment tour­née dé­fi­ni­ti­ve­ment après le train de me­sures an­non­cées par le mi­nis­tère de l’Ener­gie, des Mines et des Ener­gies re­nou­ve­lables, al­lant dans le sens des re­ven­di­ca­tions de la so­cié­té ci­vile à Sfax concer­nant la so­cié­té d’acide phos­pho­rique et d’en­grais (Siape). En réa­li­té, non seule­ment la po­si­tion du col­lec­tif n’a pas chan­gé d’un io­ta mais, qui plus est, les­dites me­sures semblent ra­vi­ver sa dé­ter­mi­na­tion à dé­lo­ger, voire à dé­ra­ci­ner dé­fi­ni­ti­ve­ment la Siape, comme en té­moigne la me­nace d’ «es­ca­lade du mou­ve­ment des pro­tes­ta­tions fu­tures, dans les formes lé­gales et pa­ci­fiques» , bran­die par Ha­cem Kam­moun, le co­or­di­na­teur du col­lec­tif, dans une dé­cla­ra­tion faite à une sta­tion ra­dio­pho­nique de la place, le 6 no­vembre cou­rant. Me­naces ré­ité­rées par le com­mu­ni­qué ren­du pu­blic par le même col­lec­tif en date du 8 no­vembre : « Nous sommes ré­so­lus à exi­ger l’ar­rêt de toute ac­ti­vi­té phos­pha­tique à la Siape, en pré­lude à l’amé­lio­ra­tion de la qualité de la vie et à l’im­pul­sion du dé­ve­lop­pe­ment dans l’en­semble des dé­lé­ga­tions de la ré­gion et nous an­non­çons notre dé­ter­mi­na­tion à as­su­mer notre res­pon­sa­bi­li­té his­to­rique, dans ce contexte cri­tique, pour ce qui concerne la dé­fense des droits de la ré­gion et la réparation de l’in­jus­tice su­bie du­rant plu­sieurs dé­cen­nies, in­jus­tice re­con­nue d’ailleurs par le chef du gou­ver­ne­ment. Nous ap­pe­lons toutes les com­po­santes de la so­cié­té et tous les ci­toyens de la ré­gion à s’en­ga­ger dans les ac­tions mi­li­tantes fu­tures».

A quand le dé­man­tè­le­ment des uni­tés pol­luantes de la Siape ? Pour­tant, les me­sures prises lors de la réunion de tra­vail du 6 no­vembre 2017 à Tu­nis, consa­crée au dé­man­tè­le­ment des uni­tés pol­luantes de l’usine de la Siape, étaient de na­ture à cal­mer le jeu. En ef­fet, la réunion te­nue à la de­mande des dé­pu­tés du gou- ver­no­rat de Sfax, sous la pré­si­dence du mi­nistre de l’Ener­gie, des Mines et des Ener­gies re­nou­ve­lables, Kha­led Kad­dour, en pré­sence no­tam­ment du mi­nistre des Affaires lo­cales et de l’En­vi­ron­ne­ment, Riadh Moa­khar, du P.-d.g. du Groupe chi­mique tu­ni­sien et du di­rec­teur de l’Agence na­tio­nale de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, a pris des dé­ci­sions re­flé­tant l’en­ga­ge­ment du mi­nis­tère à mettre en oeuvre les dé­ci­sions du chef du gou­ver­ne­ment an­non­cées au cours de sa vi­site à la ré­gion de Sfax en date du 20 avril 2017, dé­ci­sions re­la­tives au dé­mar­rage im­mé­diat du dé­man­tè­le­ment des uni­tés pol­luantes de l’usine, à l’ar­rêt de toute pro­duc­tion pol­luante, à la ré­ha­bi­li­ta­tion du site et du ter­ril de phos­pho­gypse, en plus d’un pro­gramme d’in­ves­tis­se­ment dont les coûts sont es­ti­més à 75 mil­lions de di­nars en vue de mettre en place un pôle tech­no­lo­gique ain­si qu’un centre de re­cherche et de for­ma­tion sur les lieux.

Ac­cé­lé­rer l’exé­cu­tion des en­ga­ge­ments re­la­tifs à l’ac­ti­va­tion des opé­ra­tions de dé­man­tè­le­ment Dans son com­mu­ni­qué pu­blié à l’is­sue de la même réunion, le mi­nis­tère de l’Ener­gie, des Mines et des Ener­gies re­nou­ve­lables pro­met de rat­tra­per le re­tard en­re­gis­tré dans l’exé­cu­tion des en­ga­ge­ments pré­cé­dents concer­nant l’ac­ti­va­tion des opé­ra­tions de dé­man­tè­le­ment con­for­mé­ment à un ca­len­drier pré­cis. Le mi­nis­tère an­nonce éga­le­ment la ré­ac­ti­va­tion de l’équipe de tra­vail mixte éma­nant de la réunion du 22 mars 2017 à Sfax, sou­li­gnant que le groupe doit réunir des re­pré­sen­tants du mi­nis­tère de l’Ener­gie, des Mines et des Ener­gies re­nou­ve­lables, et du mi­nis­tère des Affaires lo­cales et de l’En­vi­ron­ne­ment. La me­sure la plus ras­su­rante an­non­cée, étant fa­cile à vé­ri­fier, concerne in­con­tes­ta­ble­ment le gel de toutes les dé­ci­sions et de tous les in­ves­tis­se­ments re­la­tifs aux deux ac­ti­vi­tés pol­luantes y com­pris les ap­pels d’offres et les consul­ta­tions. Cette der- nière me­sure se veut un gage de sé­rieux des en­ga­ge­ments pris par le mi­nis­tère. En ef­fet, l’an­nu­la­tion des ap­pels d’offres vise par­ti­cu­liè­re­ment l’avis d’ap­pel d’offres pu­blié en no­vembre 2017 por­tant sur l’achat d’un la­veur de gaz des­ti­né à la fa­bri­ca­tion du triple su­per phos­phate (Tsp), pro­duit dé­crié par le col­lec­tif En­vi­ron­ne­ment et Dé­ve­lop­pe­ment pour être pol­luant, en dé­pit des dé­né­ga­tions du Groupe chi­mique tu­ni­sien. C’est d’ailleurs la pu­bli­ca­tion du­dit ap­pel d’offres qui a pro­vo­qué la ré­sur­gence des pro­tes­ta­tions, avec une acui­té ac­crue, de la so­cié­té ci­vile.

Le col­lec­tif re­proche aux au­to­ri­tés de lais­ser traî­ner les choses Et pour cause ! Le col­lec­tif En­vi­ron­ne­ment et Dé­ve­lop­pe­ment, qui re­groupe une cin­quan­taine d’ONG, in­ter­prète, en ef­fet, l’aveu de re­tards dans l’exé­cu­tion des en­ga­ge­ments re­la­tifs au dé­man­tè­le­ment des uni­tés pol­luantes de l’usine de la Siape « comme étant un aveu de l’im­puis­sance et de l’in­ca­pa­ci­té du gou­ver­ne­ment à im­po­ser la vo­lon­té du chef du gou­ver­ne­ment », comme l’af­firme, avec force, le doc­teur Anouar Ab­del­ké­fi. D’autre part, le col­lec­tif consi­dère que le com­mu­ni­qué ren­du pu­blic par le mi­nis­tère de l’Ener­gie, des Mines et des Ener­gies re­nou­ve­lables confirme la vo­lon­té de lais­ser traî­ner les choses et les ma­noeuvres uti­li­sées pour re­tar­der l’exé­cu­tion des­dites dé­ci­sions, ce qui re­flète une nou­velle ten­ta­tive du Groupe chi­mique de se dé­ro­ber à ses res­pon­sa­bi­li­tés en ma­tière de dé­pol­lu­tion et de dé­dom­ma­ge­ment des ci­toyens des pré­ju­dices su­bis du­rant plu­sieurs dé­cen­nies, et en même temps un moyen uti­li­sé par le gou­ver­ne­ment pour dé­tour­ner l’opi­nion pu­blique dans la ré­gion — pri­vée d’ailleurs des op­por­tu­ni­tés de dé­ve­lop­pe­ment en dé­pit de ses énormes po­ten­tia­li­tés — du re­tard dans l’exé­cu­tion de nom­breux pro­jets pro­gram­més de­puis long­temps. Cette âpre­té et cette ani­mo­si­té de la so­cié­té ci­vile sont en réa­li­té «l’ex­pres­sion de sa dé­fiance à l’égard du Groupe chi­mique tu­ni­sien» , comme l’as­sure Ha­fedh Hen­ta­ti, membre du col­lec­tif En­vi­ron­ne­ment et Dé­ve­lop­pe­ment, qui en­chaîne : «Cette ins­ti­tu­tion n’est plus cré­dible aux yeux de l’opi­nion pu­blique à Sfax à cause de ses fré­quentes volte-face, de ses ma­noeuvres do­lo­sives et de ses men­songes. La seule fa­çon pour elle de nous convaincre de sa bonne vo­lon­té et de ses in­ten­tions saines, c’est de com­men­cer sans plus tar­der le dé­man­tè­le­ment de la che­mi­née de l’uni­té pol­luante. Et puis que ces res­pon­sables cessent de se payer nos têtes et de dé­fendre des contre­vé­ri­tés scien­ti­fiques concer­nant par exemple le triple su­per phos­phate. Quant à la pré­ten­due at­tes­ta­tion de l’Agence na­tio­nale de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment (Anpe) concer­nant le ca­rac­tère non pol­luant de ce pro­duit, nous les met­tons de­vant le défi de nous four­nir le moindre do­cu­ment confir­mant leurs dires». Pour sa part, le dé­pu­té Cha­fik Aya­di in­dique que l’in­tran­si­geance et la mé­fiance de la so­cié­té ci­vile pro­viennent du fait que le Groupe chi­mique tu­ni­sien a dé­mon­tré son pou­voir de lob­by plus puis­sant que l’État : « Le fait que la réunion du 6 no­vembre a eu lieu au siège du Groupe chi­mique tu­ni­sien et non pas au siège du mi­nis­tère de l’Ener­gie est la preuve que c’est le groupe qui dicte sa vo­lon­té. D’ailleurs, au cours de la même séance, le mi­nistre a pris fait et cause pour le groupe, dé­fen­dant avec acharnement la pour­suite de la pro­duc­tion du TSP et af­fir­mant que c’est un pro­duit non pol­luant». Une ques­tion de­meure, ce­pen­dant, sans ré­ponse : faute de pou­voir pro­duire du SSP, pro­duit non pol­luant, pour­voyeur de re­cettes, au lieu du TSP, com­ment la Siape se­ra-t-elle en me­sure de le­ver les fonds né­ces­saires à la mise en oeuvre de son pro­gramme re­la­tif aux centres d’ana­lyses et de for­ma­tion ?

La ré­cente pu­bli­ca­tion d’un ap­pel d’offres pour l’achat d’un la­veur de gaz des­ti­né à la fa­bri­ca­tion du triple su­per phos­phate (TSP), pro­duit dé­crié par le col­lec­tif, a sou­le­vé un tol­lé au sein de la so­cié­té ci­vile.

La so­cié­té ci­vile exige l’ar­rêt dé­fi­ni­tif de l’ac­ti­vi­té pol­luante de l’usine de la Siape

La so­cié­té ci­vile exige l’ar­rêt dé­fi­ni­tif de l’ac­ti­vi­té pol­luante de l’usine de la Siape

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.