Le Club Afri­cain en marche

Au len­de­main de sa grand-messe élec­tive, le CA n’est for­cé­ment plus une belle en­dor­mie. Exit les strass et les paillettes. Place au la­beur, à la so­li­da­ri­té, à l’hu­mi­li­té, à la bonne ges­tion et à la col­lé­gia­li­té.

La Presse (Tunisia) - - SPORT - Kha­led KHOUINI

Le pu­blic clu­biste a-t-il re­te­nu la le­çon de ces der­nières an­nées? La ré­ponse n’a pas tar­dé à ve­nir en marge des tra­vaux de l’as­sem­blée élec­tive te­nue ré­cem­ment. Car après les ra­tés spor­tifs, les condi­tions dan­tesques, les dys­fonc­tion­ne­ments in­ternes, les pro­messes non te­nues, l’in­sta­bi­li­té chro­nique à dif­fé­rents de­grés et les dettes abys­sales contrac­tées par le bu­reau sor­tant, le changement s’im­po­sait. Im­pli­qués, dé­voués et dé­ter­mi­nés, les sup­por­ters ont com­men­cé par mon­trer l’exemple ces der­niers jours. Loin de se ré­si­gner à une cer­taine fa­ta­li­té, ils n’ont pas fait pro­fil bas, ni ac­cep­té la si­tua­tion. Un brin « cham­breurs » à l’in­ter­sai­son suite au suc­cès en Coupe de Tu­ni­sie, ils ont par la suite clai­re­ment chan­gé d’at­ti­tude. La « doc­trine » des sup­por­ters était claire: faire table rase du pas­sé proche et lâ­cher les che­vaux. Bref, quitte à vi­der le CA de sa sub­stance et tout re­cons­truire, le jeu en vaut à terme la chan­delle: « Et si ça ne passe pas, on ne leur en vou­dra pas », fan­tasment les plus aver­tis par­mi les fans. Les in­con­di­tion­nels clu­bistes ont semble-t-il trou­vé le ton de la cau­se­rie au­tour du CA. Plus de place à l’ex­cès de confiance, pour ne pas par­ler d’ar­ro­gance. Ce­la a fait cruel­le­ment dé­faut au CA de ces der­niers temps. Consé­quence : une gifle mé­mo­rable re­çue en Coupe de la CAF et sur­tout en dé­but de cham­pion­nat avec un CA lar­gué, aux an­ti­podes des pré­vi­sions de cette an­née. Main­te­nant, un seul leit­mo­tiv pré­vaut : l’hu­mi­li­té ! Au len­de­main de la grand-messe élec­tive clu­biste, le CA n’est for­cé­ment plus une belle en­dor­mie. Exit les strass, les paillettes et les pré­su­mées constel­la­tions d’étoiles qui gra­vitent au­tour du club de Bab Je­did. Place à la culture du la­beur, à la so­li­da­ri­té, à la bonne ges­tion et à la col­lé­gia­li­té. En clair, « cha­cun a son mé­tier et les vaches se­ront bien gar­dées » ! Et pro­ba­ble­ment que le traumatisme de ces der­niers temps est ve­nu in­las­sa­ble­ment se­couer l’en­thou­siasme des adeptes du conser­va­tisme.

Du temps et de l’en­gag­ment !

Di­manche der­nier, il y a eu un dé­clic, une prise de conscience gé­né­rale. Plus que ja­mais, les Clu­bistes sont pré­ve­nus et même vac­ci­nés. Cette pi­qûre de rap­pel, ils ne sont pas près de l’oublier. On re­lève la tête et on re­trousse les manches ! C’est une nou­velle ère qui commence. Un nou­veau cha­pitre dans l’his­toire d’un club cen­te­naire. Cer­tains pen­saient que tout ça n’est que du bluff ! A tort ! L’AGE a vé­cu et les Clu­bistes sont de nou­veau maîtres de leur des­ti­née ! Certes, il fau­dra s’ar­mer de pa­tience pour fa­çon­ner de nou­veau les contours du nou­veau CA. Il fau­dra du temps et de l’en­ga­ge­ment pour re­trou­ver les som­mets! Mais à terme, le jeu en vaut la chan­delle. La condi­tion du CA est telle qu’il est for­cé­ment taillé pour ga­gner et briller. Et nul doute que le pu­blic clu­biste de­vra em­boî­ter le pas aux nou­veaux te­nants et abou­tis­sants. Ne pas s’af­fo­ler ni s’émou­voir à la pre­mière sor­tie de route. L’ef­fec­tif ne doit pas tou­jours pré­va­loir et dé­bou­cher sur l’anar­chie et le dé­sordre.

Un phé­no­mène, une men­ta­li­té

Il y a au CA une pas­sion que l’on ne re­trouve nulle part ailleurs. Ce n’est pas un cli­ché désuet, mais une réa­li­té. Sauf qu’au-de­là de ce phé­no­mène, de cette men­ta­li­té, c’est l’at­ti­tude gé­né­rale des fans qui a pu dé­ran­ger tan­tôt. Oui, le CA est une étoile à faire briller. Oui, l’inconstance de l’équipe fa­nion dé­range. Oui, l’ar­moire à tro­phées doit être gar­nie ré­gu­liè­re­ment. Sauf qu’un titre gla­né ne doit pas in­duire les sup­por­ters en er­reur. A cet ef­fet, la der­nière Coupe de Tu­ni­sie rem­por­tée a vo­lon­tai­re­ment, ou pas, créé un contexte de confiance né­faste au­tour du groupe clu­biste. En ce sens, le re­tour de ma­ni­velle était pré­vi­sible. Et ce­la a été vé­cu comme un traumatisme. Plus que ja­mais, le CA a be­soin de confiance et d’une dynamique. Un vrai sou­tien po­pu­laire doit s’ins­tal­ler sans condi­tion. Certes, c’est dans la men­ta­li­té du CA de se voir un pe­tit peu plus beau que pré­vu. Les Clu­bistes aiment bien faire les «fan­fa­rons». Oui, ils sont ha­bi­tués à se la ra­con­ter ! Parce que der­rière, il y a un contin­gent de sym­pa­thi­sants re­cord. Parce que le pas­sé est glo­rieux. Parce que le CA est un club mi­li­tant! Et là, ça de­vient une ques­tion d’hon­neur et de fier­té tem­pé­rant les Clu­bistes de la pre­mière heure avec un ac­cent sur­vi­ta­mi­né à chaque syl­labe ! En clair, le CA a connu l’en­fer. L’heure est ve­nue de sor­tir la tête de l’eau et de re­trou­ver la lu­mière. A com­men­cer par dis­pu­ter le pro­chain match comme si c’était le der­nier d’une longue sé­rie, hors du temps comme on dit ! Même si le CA est amoin­dri sur le pa­pier face aux té­nors de la com­pé­ti­tion, il doit « s’amu­ser » à contre­dire toute lo­gique !

L’AGE : hon­neur et fier­té

Le CA a donc te­nu ses as­sises dans des condi­tions par­ti­cu­lières. Après les dé­sis­te­ments «che­va­le­resques» de Ab­des­sa­lam Youn­si et Ma­rouen Ha­mou­dia pour ab­sence de rap­port fi­nan­cier, une com­mis­sion ad hoc a été mise sur pied pour di­ri­ger pro­vi­soi­re­ment le CA jus­qu’à l’élec­tion d’un nou­veau bu­reau di­rec­teur, dans un dé­lai de deux ou trois mois. Ce fai­sant, les adhé­rents ont élu un co­mi­té pro­vi­soire pour trai­ter les affaires cou­rantes et di­ri­ger l’as­so­cia­tion de 1920. Outre les tâches qui leur in­combent, les membres du­dit co­mi­té de­vront s’at­te­ler à pré­pa­rer une nou­velle as­sem­blée gé­né­rale élec­tive et pré­pa­rer un rap­port fi­nan­cier fiable. En ce sens, des ex­perts comp­tables se­ront in­ces­sam­ment dé­si­gnés pour « éplu­cher » les fi­nances du Club Afri­cain. Que l’on ne s’étonne pas que le CA fasse même l’ob­jet d’un au­dit ! Pour clore ce tour d’ho­ri­zon des tra­vaux de l’AGE, sur les 14 can­di­dats en lice pour in­té­grer le co­mi­té pro­vi­soire, sept d’entre eux ont été élus à l’is­sue d’un vote ef­fec­tué par les adhé­rents. Il s’agit de MM. Ma­rouen Ha­mou­dia (pré­sident), Ay­men Char­fed­dine, Ha­med Haj Ma­brouk, Meh­di Ghar­bi, Zou­haïer Ben Man­sour, Ta­rek As­mi et Mme Mou­ni­ra Ben Fadh­loun.

Le CA pour­rait en­tre­voir la lu­mière à l’ave­nir

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.