Du poids dans la ba­lance!...

Le parcours du golf parle de lui-même. Les im­pé­ra­tifs de chaque épreuve en­traînent né­ces­sai­re­ment la même mo­bi­li­sa­tion. Les mêmes obli­ga­tions. Un état d’es­prit à l’égard d’une dis­ci­pline que l’on veut ex­cep­tion­nelle…

La Presse (Tunisia) - - SPORT -

La pré­sence des gol­feuses tu­ni­siennes dans les dif­fé­rentes épreuves conti­nen­tales prend de plus en plus de l’en­ver­gure. D’une édi­tion à l’autre, les ré­sul­tats ob­te­nus, voire les per­for­mances, se font sen­tir. Ils donnent au­jourd’hui l’op­por­tu­ni­té à ses ac­trices et ac­teurs d’en­trer dans cour des grands. Tel est le cas de la 9e édi­tion du cham­pion­nat arabe Dames qui au­ra lieu du 14 au 19 no­vembre au Golf El Kan­taoui Course et de la 18e édi­tion ju­niors. L’on sait que dans ce genre de com­pé­ti­tion, la forme, mais aus­si la concen­tra­tion sont des fac­teurs dé­ci­sifs et dé­ter­mi­nants. Il y va même de la rai­son d’être des gol­feuses qui ont jus­te­ment be­soin de se sen­tir bien de leur peau au fur et à me­sure que le grand ren­dez-vous arabe ap­proche. Le po­dium est au­jourd’hui l’ob­jec­tif prin­ci­pal de la sé­lec­tion tu­ni­sienne. Un ob­jec­tif et des am­bi­tions plus que ja­mais lé­gi­times et jus­ti­fiés. On re­tien­dra à cet ef­fet la marge de pro­gres­sion d’un en­semble qui a suf­fi­sam­ment de moyens et de res­sources pour al­ler loin et pour s’adap­ter aux exi­gences du haut ni­veau. L’on ap­pré­cie­ra aus­si, et avec beau­coup d’égard, cette vo­lon­té et cette fa­cul­té de dé­pas­se­ment que les gol­feuses, ain­si que les res­pon­sables de la fé­dé­ra­tion, ne cessent de lais­ser en­tre­voir dans les dif­fé­rentes joutes. L’on dé­plore ce­pen­dant le manque de moyens au­quel cet sport a pris l’ha­bi­tude de faire face en dé­pit des bons ré­sul­tats réa­li­sés et des mé­dailles rem­por­tées même dans les épreuves sou­vent ré­ser­vées à une cer­taine élite. Ceux qui connaissent de près, ou même de loin, le golf savent par­fai­te­ment que les dif­fé­rentes par­ties pre­nantes se donnent à fond et sans re­lâche pour la cause et le bien-fon­dé de cette dis­ci­pline. Les pas­sion­nés de ce sport sont en train même de for­cer les choses. A tra­vers le champ d’action dans le­quel ils se dé­ploient, ce n’est pas seule­ment le pas­sé et le pré­sent qui est in­car­né, mais c’est aus­si l’ave­nir dans le­quel ils se pro­jettent qui semble de plus en plus va­lo­ri­ser tout ce qui est ain­si en­tre­pris. Le tout dans une dynamique de ré­sul­tats et d’ap­proches et de stra­té­gie de tra­vail à long terme. Il faut dire que le parcours du golf parle de lui- même. Les im­pé­ra­tifs de chaque épreuve en­traînent né­ces­sai­re­ment la même mo­bi­li­sa­tion. Les mêmes obli­ga­tions. Un état d’es­prit à l’égard d’une dis­ci­pline que l’on veut ex­cep­tion­nelle. L’on n’in­sis­te­ra ja­mais as­sez sur le tra­vail ac­com­pli et des­ti­né à fa­vo­ri­ser l’épa­nouis­se­ment to­tal des gol­feuses et des gol­feurs. Ce qui se fait au­jourd’hui consti­tue à juste titre une bonne ma­tière à ré­flexion, un re­père de bonne conduite. Mais tout ce qui reste aus­si à faire s’an­nonce en­core plus im­por­tant et de­vrait tra­cer la route vers de nou­velles consé­cra­tions. Les spor­tives cadres ont un rôle im­por­tant à as­su­rer dans cette en­tre­prise. Elle sont là pour mon­trer la voie, mais aus­si pour tran­cher au bon mo­ment et au bon en­droit.

J. M.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.