La hausse des émis­sions de CO met les Etats sous pres­sion 2

Les émis­sions mon­diales de CO sont re­par­ties à la hausse en 2017, une mau­vaise nou­velle pour le cli­mat 2 et la communauté in­ter­na­tio­nale réunie pour la se­conde se­maine de né­go­cia­tions cli­ma­tiques à Bonn

La Presse (Tunisia) - - PANORAMA -

Après trois an­nées stables, les émis­sions liées à l’in­dus­trie et à la com­bus­tion d’éner­gies fos­siles de­vraient croître de 2% (entre 0,8 et 2,9%) cette an­née par rap­port à 2016 et at­teindre un ni­veau re­cord, sou­lignent les cher­cheurs du Glo­bal Car­bon Pro­ject. Leur étude vient confir­mer les sombres conclu­sions du der­nier rap­port de l’agence En­vi­ron­ne­ment de l’ONU (Pnue), qui re­le­vait que le monde ne fai­sait pas as­sez pour te­nir les ob­jec­tifs de l’ac­cord de Pa­ris vi­sant à gar­der le ré­chauf­fe­ment pla­né­taire sous 2°C, voire 1,5°C. Pour y ar­ri­ver, «il fau­drait que les émis­sions at­teignent leur «pic» ces pro­chaines an­nées puis di­mi­nuent ra­pi­de­ment», rap­pelle une des au­teurs, Co­rinne Le Qué­ré, de l’uni­ver­si­té bri­tan­nique d’East An­glia, pour qui ces ré­sul­tats sont «une grande dé­cep­tion».

«Re­cul pour le genre humain»

À l’ori­gine du boom des émis­sions, la Chine, qui a vu sa pro­duc­tion in­dus­trielle bon­dir. Mais pas seule­ment. Les États-Unis (où la con­som­ma­tion du char­bon a crû pour la pre­mière fois en cinq ans face à la cher­té du gaz) et l’UE font moins bien que les an­nées pré­cé­dentes. «Cette nou­velle est un re­cul pour le genre humain», a ré­agi Amy Luers, di­rec­trice de Fu­ture Earth, pla­te­forme de re­cherche sou­te­nant le Glo­bal Car­bon Pro­ject. «Nous de­vons ren­ver­ser cette ten­dance. Ce qui si­gni­fie en prio­ri­té four­nir un ac­cès à une éner­gie propre aux cen­taines de mil­lions de per­sonnes en­core pri­vées d’élec­tri­ci­té». Illus­tra­tion d’im­pacts crois­sants, le dé­rè­gle­ment me­nace presque deux fois plus de sites na­tu­rels du Pa­tri­moine de l’Unes­co qu’il y a trois ans, soit un quart d’entre eux (ré­cifs co­ral­liens, gla­ciers, fo­rêts...), alerte l’Union in­ter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la na­ture. Avec le ré­chauf­fe­ment crois­sant, la Terre se rap­proche de «points de bas­cule» ir­ré­mé­diables: fonte de ca­lottes po­laires, dis­pa­ri­tion de gla­ciers... a pré­ve­nu un rap­port scien­ti­fique re­mis lun­di à l’ONU. À Bonn, les dé­lé­gués né­go­cient les règles d’ap­pli­ca­tion de l’ac­cord de Pa­ris (no­tam­ment sur la trans­pa­rence des ac­tions na­tio­nales), qui ne se­ront pas fi­na­li­sées avant fin 2018 et la COP24. Ils doivent aus­si lan­cer un «dia­logue» d’un an pour pré­pa­rer la ré­vi­sion des en­ga­ge­ments cli­ma­tiques na­tio­naux, pré­sen­tés par chaque pays avant la COP21. «Cô­té né­go­cia­tions, il y a du pro­grès», a es­ti­mé la res­pon­sable cli­mat de l’ONU, Pa­tri­cia Es­pi­no­sa, à mi-parcours. «Cô­té action, on voit des si­gnaux po­si­tifs, mais nous sommes aus­si conscients qu’il y a un fos­sé à com­bler. Nous de­vons agir vite».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.