Re­tour vers le fu­tur

Pour le dé­ten­teur de la Coupe de Tu­ni­sie, cette com­pé­ti­tion est un be­soin qui peut se trans­for­mer en coup de fouet sal­va­teur.

La Presse (Tunisia) - - SPORT -

Aus­si dé­rou­tant que ce­la puisse pa­raître, le bail de Ber­trand Mar­chand au CA a été en­ta­mé avec beau­coup d’am­bi­tions face aux grands, puis s’est trans­for­mé en che­min de croix face au «me­nu fre­tin». En croi­sant le fer avec quelques gros clients, le CA s’est su­bli­mé et s’est im­po­sé. A tel point que les ob­ser­va­teurs l’ont flan­qué de l’éti­quette de meilleure équipe de la phase re­tour... jusque-là. Et au bon élève de la Ligue 1 de se sa­bor­der par la suite sur la scène na­tio­nale. De quoi don­ner le sen­ti­ment d’avoir tout vé­cu en ma­tière d’émo­tions, mais de prendre le risque de ter­mi­ner sans rien ! Cette ten­dance à ne pas sa­vou­rer com­plè­te­ment une belle re­mon­tée sui­vie de trois re­vers for­cé­ment amères, les sup­por­ters la vivent sans la com­prendre. Manque de pro­fon­deur du banc, ab­sence de jus, dou­blures pas tou­jours au ren­dez-vous. Et puis, il y a la Khe­li­fa-dé­pen­dance. Quand le bu­teur clu­biste est en verve, tout va bien. Quand Sa­ber-Goal est ab­sent, le CA n’existe pas ! Bref, le Club Afri­cain car­bure au rythme de son dé­to­na­teur. Et ce der­nier se­ra de re­tour à Men­zel Ab­der­rah­men face au CAB dans le cadre du der­nier car­ré de Dame Coupe. Ce fai­sant, la coupe et le cham­pion­nat, ce sont deux choses dif­fé­rentes. Dans l’idéal, il faut réus­sir dans les deux, car sans un bon clas­se­ment na­tio­nal, tu ne peux pas to­ta­le­ment sa­vou­rer un par­cours abou­ti et ac­com­pli en Coupe de Tu­ni­sie. Sauf que pour ce CA-là, les prio­ri­tés changent au gré des ré­sul­tats. A mi-che­min, la pri­meur était ac­cor­dée à la course aux places d’ac­ces­sit. Et le sen­ti­ment que le cham­pion­nat passe en prio­ri­té avant la Coupe de Tu­ni­sie s’est en­core ac­cen­tué au rythme de la re­mon­tée au clas­se­ment de L1. Il faut com­prendre par là que l’en­chaî­ne­ment des matchs en cham­pion­nat in­tègre un cal­cul ma­thé­ma­tique qui em­pêche les joueurs de se pro­je­ter dans d’autres pro­jets. Un constat qui doit for­cé­ment être re­la­ti­vi­sé main­te­nant que l’ob­jec­tif prin­ci­pal est de sau­ver sa sai­son. Ça tombe bien, le CA, dé­ten­teur de la Coupe de Tu­ni­sie, est en­core en lice pour suc­cé­der à lui-même ! Il doit y croire, ne se­rait-ce que pour es­pé­rer clore la sai­son en beau­té. Pour le CA, la Coupe est un be­soin qui peut se trans­for­mer en coup de fouet sal­va­teur. En clair, la Coupe per­met­trait tout sim­ple­ment au CA de sau­ver les meubles, mais aus­si de te­nir les sup­por­ters en ha­leine jus­qu’à la fin de la sai­son. Et en cas de réus­site, l’his­toire se sou­vien­dra es­sen­tiel­le­ment des ex­ploits plus que des échecs clu­bistes !

Gar­nir le pal­ma­rès

On dit sou­vent qu’une Coupe de Tu­ni­sie ne rem­place pas for­cé­ment un titre de cham­pion. Le titre ré­com­pense le tra­vail de toute une sai­son. Sauf que la Coupe, c’est unique, puis­qu’elle gé­nère des émo­tions que la rou- tine de notre cham­pion­nat ne peut of­frir ! La Coupe, c’est hu­mai­ne­ment fort pour les joueurs, mais aus­si su­perbe à vivre pour les sup­por­ters. Et c’est dire com­bien le CA est ac­tuel­le­ment par­ta­gé entre cou­ron­ner sa sai­son ou la sau­ver tout sim­ple­ment ! Mar­ty­ri­sé sous l’ère Mar­co Si­mone, puis re­trou­vé un temps sous les com­mandes du tan­dem Kol­siMar­chand, le Club Afri­cain a une chance unique d’ef­fa­cer ses der­nières ava­nies en cham­pion­nat. Le sa­lut passe par le gain du match face au CAB, un sé­rieux client qui a mal­me­né le CA a deux re­prises cette sai­son. Ce­pen­dant, nous n’irons pas jus­qu’à dire que tous les in­di­ca­teurs penchent plu­tôt vers une vic­toire ca­biste di­manche pro­chain. Non, les jeux sont loin d’être faits, même si cette sai­son, le CAB a dé­jà pris un as­cen­dant sur le dé­ten­teur du tro­phée. Au­jourd’hui, le compte à re­bours à dé­bu­té. Le CA doit pré­pa­rer son pé­riple à Men­zel Ab­der­rah­men sans comp­ter sur le moindre lais­ser-al­ler. Face au CAB, une vic­toire clu­biste écri­rait une in­croyable conclu­sion à une sai­son aty­pique avec des chan­ge­ments d’en­traî­neurs, des crises à ré­pé­ti­tion et de l’agi­ta­tion à la di­rec­tion. Et c’est dire com­bien le CA a une chance unique de tout sau­ver par un fi­nal ha­le­tant ! Les sup­por­ters, quant à eux, y croient pour la plu­part. Tel le songe d’un homme éveillé, le sou­hait est le même pour tout les membres de la Cur­va Nord : et si, au terme de cette sai­son, les Clu­bistes gar­nis­saient leur pal­ma­rès ? Ce n’est pas ga­gné d’avance. Mais pour y ar­ri­ver, ce CA-là doit tout d’abord re­trou­ver sa phi­lo­so­phie de jeu, son fonc­tion­ne­ment tac­tique et sa co­hé­sion d’en­semble. Car le contraste est sai­sis­sant entre le CA d’avant­trêve et d’après-trêve. De­puis peu, et à l’ex­cep­tion du choc face au CSS, l’équipe a été in­ca­pable de pro­duire du jeu. La donne est donc claire : battre le CAB et se his­ser en fi­nale. C’est une oc­ca­sion unique de faire ou­blier une sai­son de ga­lère, la plu­part du temps.

Kha­led KHOUINI

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.