Efficacité et per­ti­nence

En Tu­ni­sie, seule­ment une tren­taine d’éta­blis­se­ments hô­te­liers sont la­bel­li­sés Tra­vel Life, le la­bel qui cer­ti­fie que l’éta­blis­se­ment fait dé­sor­mais par­tie du tou­risme du­rable. Ce­pen­dant, la du­ra­bi­li­té dans le sec­teur de l’hô­tel­le­rie a dé­mon­tré une ef­fi­ca

La Presse (Tunisia) - - ÉCONOMIE - Mar­wa SAIDI

L’hô­tel­le­rie du­rable n’est plus une op­tion ou un choix de luxe. Elle est dé­sor­mais une né­ces­si­té pour faire face aux en­jeux ac­tuels de l’éco­no­mie verte et du dé­ve­lop­pe­ment du­rable, d’au­tant que la ques­tion en­vi­ron­ne­men­tale et le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique fi­gurent par­mi les prio­ri­tés à trai­ter dans l’ur­gence. Tous les in­di­ca­teurs en­vi­ron­ne­men­taux sont au rouge. Un stress hy­drique qui vi­re­ra à la sé­che­resse dans quelques di­zaines d’an­nées. Un coût de l’éner­gie qui pèse de plus en plus sur les caisses et les fi­nances pu­bliques. Une ges­tion des dé­chets et des pol­luants de plus en plus dif­fi­cile à maî­tri­ser et à conte­nir. Tous ces fac­teurs ont contri­bué à une si­tua­tion éco­no­mique et en­vi­ron­ne­men­tale très dif­fi­cile, et ce, à tous les ni­veaux et dans tous les sec­teurs. De sur­croît, il est clair que cer­tains sites in­dus­triels ont pro­vo­qué une at­mo­sphère so­ciale ten­due, à cause de la pol­lu­tion in­duite par leurs di­verses ac­ti­vi­tés. C’est ain­si que le concept de la du­ra­bi­li­té du dé­ve­lop­pe­ment s’im­pose, à la fois, en tant qu’al­ter­na­tive et une so­lu­tion, pour se sub­sti­tuer au mo­dèle ac­tuel de dé­ve­lop­pe­ment qui a dé­mon­tré ses li­mites tant sur le plan éco­no­mique que sur les plans so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal.

Ré­ti­cence des opé­ra­teurs hô­te­liers

Le gou­ver­ne­ment tu­ni­sien a éla­bo­ré deux stra­té­gies na­tio­nales qui fixent des ob­jec­tifs sur le moyen terme à l’ho­ri­zon 2030 et sur le long terme à l’ho­ri­zon 2050, vi­sant prin­ci­pa­le­ment à ins­tau­rer un mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment qui fa­vo­rise la so­li­da­ri­té et l’équi­té so­ciales, qui pré­serve l’en­vi­ron­ne­ment et qui per­met la mise en place d’une éco­no­mie moins fri­leuse. Ces stra­té­gies na­tio­nales s’ar­ti­culent au­tour de deux en­jeux ma­jeurs, à sa­voir le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et le chan­ge­ment cli­ma­tique. Etant un pi­lier de l’éco­no­mie tu­ni­sienne, le sec­teur du tou­risme est dé­sor­mais au coeur de la tran­si­tion éner­gé­tique, pré­ci­sée dans la stra­té­gie na­tio­nale. Et plus spé­ci­fi­que­ment, le sec­teur de l’hô­tel­le­rie, qui est un sec­teur qui puise les res­sources hy­driques et éner­gé­tiques, d’au­tant plus qu’il est à l’ori­gine de la pol­lu­tion et l’éro­sion de plu­sieurs plages et côtes tunisiennes. L’hô­tel est dé­sor­mais un lieu où on gas­pille da­van­tage et où on consomme beau­coup. Mais à l’ins­tar de toute tran­si­tion, s’ins­crire dans une dé­marche de chan­ge­ment vers une ac­ti­vi­té hô­te­lière du­rable semble par­fois, pour les in­ves­tis­seurs, dou­teuse. Ce qui les pousse à bou­der cette dé­marche. En Tu­ni­sie, seule­ment une tren­taine d’éta­blis­se­ments tou­ris­tiques, sur un to­tal de 862, ont adhé­ré à ce concept et ont été la­bel­li­sés Tra­vel Life, le la­bel spé­ci­fique au tou­risme du­rable. A vrai dire, le mi­nis­tère du Tou­risme a an­non­cé l’adop­tion d’une stra­té­gie na­tio­nale dans le sec­teur tou­ris­tique qui vise à di­ver­si­fier le tou­risme et à dé­ve­lop­per d’autres types de tou­risme, outre le tou­risme bal­néaire. L’on cite, par exemple, l’éco­tou­risme, le BioTou­risme, le tou­risme sa­ni­taire, le tou­risme fa­mi­lial, le tou­risme vert, etc., mais l’en­ga­ge­ment des éta­blis­se­ments tou­ris­tiques à ce concept, de­meure en de­çà du pour­cen­tage es­comp­té. Afin de sen­si­bi­li­ser et d’ex­hor­ter les in­ves­tis­seurs à adop­ter une stra­té­gie per­met­tant la tran­si­tion vers l’hô­tel­le­rie du­rable, le Centre in­ter­na­tio­nal des tech­no­lo­gies de l’en­vi­ron­ne­ment de Tu­nis (Ci­tet) a or­ga­ni­sé les 12 et 13 avril écou­lés les Jour­nées de l’éco-in­no­va­tion et qui ont pour thème «l’hô­tel­le­rie du­rable».

Les avan­tages de l’hô­tel­le­rie du­rable

Au cours du sé­mi­naire, Mme Nar­jess Bouas­ker, pré­si­dente de la Com­mis­sion en­vi­ron­ne­ment et dé­ve­lop­pe­ment du­rable de la fé­dé­ra­tion tu­ni­sienne de l’hô­tel­le­rie, a éta­lé les di­vers en­jeux en ma­tière de dé­ve­lop­pe­ment du­rable dans le sec­teur de l’hô­tel­le­rie en Tu­ni­sie. Elle a ex­pli­qué que l’ap­proche de du­ra­bi­li­té, à la­quelle s’ins­crit l’hô­tel­le­rie tu­ni­sienne, re­pose sur trois axes. A sa­voir un axe éco­lo­gique qui vise es­sen­tiel­le­ment à pré­ser­ver les res­sources, un deuxième axe so­cié­tal qui ré­con­ci­lie l’en­tre­prise tou­ris­tique avec son en­vi­ron­ne­ment so­cial et fi­na­le­ment un axe éco­no­mique qui vise à ren­for­cer l’efficacité du sec­teur et lui confé­rer plus de ro­bus­tesse, vu que c’est un sec­teur sen­si­ble­ment tri­bu­taire des chan­ge­ments po­li­tique, éco­no­mique, so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal. Elle a sou­li­gné que la mise en place d’un sys­tème hô­te­lier du­rable im­plique l’adop­tion d’un bon nombre de bonnes pra­tiques qui in­cluent la maî­trise de la consom­ma­tion de l’éner­gie en op­tant pour les éner­gies re­nou­ve­lables. Ega­le­ment, la maî­trise de la consom­ma­tion de l’eau et la lutte contre le gas­pillage s’avère qua­si né­ces­saires, sur­tout que le ni­veau hy­drique est en train de pas­ser au des­sous du seuil de la sé­che­resse, et ce, en uti­li­sant des comp­teurs di­vi­sion­naires et en fa­vo­ri­sant l’ar­ro­sage goutte à goutte. Par ailleurs, le tri sé­lec­tif et la valorisation des dé­chets ont dé­mon­tré leur ef­fi­ca- ci­té à faire des éco­no­mies pour l’hô­tel, outre la créa­tion de la plus­va­lue et des ri­chesses à par­tir des dé­chets. De plus, s’ins­crire dans l’hô­tel­le­rie du­rable per­met de re­le­ver des dé­fis so­ciaux à tra­vers le ren­for­ce­ment de la res­pon­sa­bi­li­té de l’hô­tel en­vers la com­mune où il est ba­sé, mais éga­le­ment via le res­pect et la valorisation du per­son­nel. « La Fé­dé­ra­tion tu­ni­sienne de l’hô­tel­le­rie a pris conscience de l’im­por­tance de la no­tion de du­ra­bi­li­té dans l’ac­ti­vi­té hô­te­lière. Et nous sou­hai­te­rons que d’autres hô­tels suivent cette voie. Un tra­vail de sen­si­bi­li­sa­tion est en train de se faire. Sen­si­bi­li­ser les opé­ra­teurs du tou­risme aux va­leurs de la no­tion de du­ra­bi­li­té» , a-t-elle conclu.

Ci­tet, une as­sis­tance per­for­mante

Se­lon une étude AFaq Af­nor In­ter­na­tio­nal – 2016, un hô­tel éco la­bel­li­sé est ca­pable d’éco­no­mi­ser jus­qu’à 20% sur les fac­tures d’eau et d’éner­gie. De sur­croît, l’étude a mon­tré que le la­bel a une grande in­fluence sur le taux d’oc­cu­pa­tion de l’hô­tel. En ef­fet, 50% des voya­geurs prennent en compte la cer­ti­fi­ca­tion en­vi­ron­ne­men­tale lors du choix d’un hé­ber­ge­ment tou­ris­tique, 87% des voya­geurs sont prêts à faire confiance à un la­bel qui ga­ran­tit que leur voyage res­pecte les prin­cipes du tou­risme du­rable et 50% des tour-opé­ra­teurs af­fichent leur in­té­rêt pour des offres de voyages res­pec­tueuses de l’en­vi­ron­ne­ment et ils dé­clarent qu’ils sont prêts à payer un prix plus éle­vé pour des hé­ber­ge­ments éco-la­bel­li­sés. En Tu­ni­sie, le Ci­tet est l’un des no­tables or­ganes d’ac­com­pa­gne­ment à la mise en place de l’Eco­la­bel tu­ni­sien ain­si que du la­bel in­ter­na­tio­nal Tra­vel Life. L’oc­troi du la­bel s’ef­fec­tue sur la base d’une liste conte­nant plus d’une cen­taine de cri­tères exi­gés et qui de­vraient être vé­ri­fiés lors d’un au­dit tierce par­tie. Aus­si, les do­maines d’in­ter­ven­tion du Ci­tet s’étendent sur un large spectre d’ac­ti­vi­tés de mise à ni­veau. L’on cite le diag­nos­tic en­vi­ron­ne­men­tal, l’ac­com­pa­gne­ment à la mise en place du sys­tème de ma­na­ge­ment de l’en­vi­ron­ne­ment se­lon l’ISO 14001, l’ins­tau­ra­tion au sein de l’éta­blis­se­ment une ap­proche de Pro­duc­tion Propre (PP) et la mise en place du sys­tème ma­na­ge­ment de l’éner­gie se­lon le ré­fé­ren­tiel ISO 50001. Le Pro­gramme de mise à ni­veau des éta­blis­se­ments hô­te­liers (Pmnh) per­met aus­si une aide fi­nan­cière cou­vrant jus­qu’à 50% du coût des pro­cé­dures de la­bel­li­sa­tion ou d’ob­ten­tion de cer­ti­fi­ca­tion, avec un pla­fond al­lant jus­qu’à 20 mille di­nars.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.