«La crise au sein du par­ti est un nuage pas­sa­ger»

La crise a at­teint son pa­roxysme à Ni­da Tou­nès, le par­ti ar­ri­vé en tête des élec­tions législatives et pré­si­den­tielle de 2014. Celle-ci en­ve­nime la scène po­li­tique qui a dé­lais­sé toutes les ques­tions prio­ri­taires et dé­ter­mi­nantes, pour scel­ler le sort d’un

La Presse (Tunisia) - - ACTUALITÉS - W.N.

Crise po­li­tique ai­guë au sein du par­ti ou ten­ta­tive de ren­ver­se­ment ? C’est la ques­tion qui se pose eu égard aux dé­cla­ra­tions qui se suivent et se contre­disent. Contac­té par La Presse, Mon­gi Har­baoui, porte-pa­role de Ni­da Tou­nès, est tout d’abord re­ve­nu sur l’ori­gine des agi­ta­tions qui tra­versent le pays. « Il est in­con­tes­table qu’un par­ti qui n’a que quelques an­nées d’exis­tence su­bisse des frac­tures, sur­tout que la pré­ca­ri­té de ses struc­tures a été ag­gra­vée suite à sa tran­si­tion de l’op­po­si­tion au gou­ver­ne­ment ». Le porte-pa­role de Ni­da a, no­tam­ment, ex­pli­qué que la crise au sein de Ni­da est un nuage pas­sa­ger et qu’il s’agit d’une « crise tem­po­raire » , comme toute crise qui peut tou­cher un par­ti po­li­tique » et a, éga- le­ment, sou­li­gné que les vel­léi­tés po­li­tiques qu’ex­priment cer­tains membres du par­ti et la vo­lon­té d’im­po­ser leur lea­der­ship sur le reste du groupe consti­tue une autre rai­son des conflits ac­tuels. Il est à rap­pe­ler qu’en plus de la réunion de l’ins­tance po­li­tique « dis­soute », d’après Mon­gi Har­baoui, pré­si­dée par So­fien Tou­bel et or­ga­ni­sée le 11 juillet 2018, une autre réunion a eu lieu le même jour au pa­lais de Car­thage. Cinq autres membres du par­ti Ni­da Tou­nès, à sa­voir Mon­gi Har­baoui, Rid­ha Char­fed­dine, La­mia Mlayah, Cha­ker Aya­di et Lot­fi Né­bli, ont été re­çus par le pré­sident de la Ré­pu­blique, Bé­ji Caïd Es­seb­si. Se­lon Har­baoui, l’ob­jet de cette ren­contre n’avait rien à voir avec la crise ni­daiste, mais concer­nait les conflits qui se­couent le bloc par­le­men­taire de Ni­da. « Nous avons évo­qué les conflits propres au bloc par­le­men­taire ni­daiste, car il re­pré­sente notre unique vis-à-vis et c’est à lui seul que re­vient le droit de dé­ci­der ». In­ter­ro­gé sur le sort du par­ti Ni­da, Mon­gi Har­baoui a ré­af­fir­mé que cette crise n’est pas dé­ter­mi­nante et que les frac­tures se­ront très vite ci­ca­tri­sées. Ce qui contre­dit le com­mu­ni­qué pu­blié par le par­ti Ni­da Tou­nès, mer­cre­di 11 juillet, et si­gné par le di­rec­teur exé­cu­tif, Ha­fedh Caïd Es­seb­si, dé­non­çant une ten­ta­tive de com­plot contre le par­ti pro­met­tant des me­sures dis­ci­pli­naires contre les dis­si­dents qui ont par­ti­ci­pé à cette ten­ta­tive de « ren­ver­se­ment ».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.