La coa­li­tion au pou­voir en panne

Le PDCI, pré­si­dé par Ko­nan Bé­dié, re­fuse d’al­ler au par­ti uni­fié tant que le RDR (le par­ti de Ouat­ta­ra) ne s’en­ga­ge­ra pas à sou­te­nir un can­di­dat unique is­su du PDCI en 2020

La Presse (Tunisia) - - INTERNATIONAL -

AFP — A quelques mois d’élec­tions lo­cales et à deux ans de la pré­si­den­tielle, une crise po­li­tique a écla­té au sein de la coa­li­tion au pou­voir en Côte d’Ivoire à l’oc­ca­sion d’un re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel, mais qui ne de­vrait pas al­ler jus­qu’à la rup­ture, se­lon des ana­lystes. Le soir même du pre­mier Conseil des mi­nistres du nou­veau gou­ver­ne­ment, avant-hier, le Par­ti dé­mo­cra­tique de Côte d’Ivoire (PDCI), un des deux grands par­tis de la coa­li­tion au pou­voir, a ré­vé­lé qu’il n’avait pas été consul­té pour le choix des mi­nistres, alors que le ca­bi­net compte une dou­zaine de membres is­sus de ses rangs. Le pré­sident du PDCI, Hen­ri Ko­nan Bé­dié, «n’a été ni consul­té ni in­for­mé pour la for­ma­tion de ce nou­veau gou­ver­ne­ment». «Le PDCI marque son éton­ne­ment qu’Alas­sane Ouat­ta­ra, pré­sident de la Ré­pu­blique de Côte d’Ivoire, élu comme can­di­dat unique sous la ban­nière du RHDP, ait for­mé un gou­ver­ne­ment sans consul­ter le pré­sident» Bé­dié, a com­men­té le mou­ve­ment dans un com­mu­ni­qué. Le pré­sident Ouat­ta­ra avait pour­tant ré­fu­té toute ten­sion dans la ma­jo­ri­té, dans une dé­cla­ra­tion de­vant le Conseil des mi­nistres. «J’en­tends ici et là qu’il y a des ten­sions au ni­veau po­li­tique, ce­la n’est pas vrai». «La Côte d’Ivoire a fait des pro­grès in­ima­gi­nables au cours des sept der­nières an­nées, je de­mande que ce­la se pour­suive dans l’union, et c’est ce qui jus­ti­fie la com­po­si­tion de ce gou­verne- ment», avait-t-il dé­cla­ré. L’en­jeu de la crise: le Ras­sem­ble­ment des Hou­phouë­tistes pour la dé­mo­cra­tie et la paix (RHDP) et l’élec­tion pré­si­den­tielle de 2020. Le RHDP est la coa­li­tion élec­to­rale for­mée de­puis 2005 par le PDCI et le Ras­sem­ble­ment des Ré­pu­bli­cains (RDR), le par­ti de M. Ouat­ta­ra. Ce der­nier veut trans­for­mer le RHDP en un vé­ri­table par­ti po­li­tique, uni­fiant les deux for­ma­tions, PDCI et RDR, avant le scru­tin pré­si­den­tiel de 2020. Le PDCI re­fuse d’al­ler au par­ti uni­fié tant que le RDR ne s’en­ga­ge­ra pas à sou­te­nir un can­di­dat unique is­su du PDCI en 2020. En ef­fet, le PDCI a sou­te­nu deux fois la can­di­da­ture vic­to­rieuse d’Alas­sane Ouat­ta­ra, aux élec­tions pré­si­den­tielles de 2010 et 2015, et il exige main­te­nant la ré­ci­pro­ci­té

«Je t’aime moi non plus»

Mais le RDR re­chigne. Et Alas­sane Ouat­ta­ra laisse même pla­ner de­puis quelques mois l’idée qu’il pour­rait se re­pré­sen­ter pour un troi­sième man­dat. Il a d’ailleurs dé­cla­ré avant-hier qu’il don­ne­rait des «in­di­ca­tions plus pré­cises sur (ses)am­bi­tions fu­tures» lors de son tra­di­tion­nel dis­cours à la Na­tion le 6 août, la veille de la fête na­tio­nale. «On est main­te­nant clai­re­ment dans une crise ou­verte» entre le PDCI et le RDR, es­time le po­li­to­logue Jean Ala­bro. «Il n’est pas dans les ha­bi­tudes du PDCI de faire un com­mu­ni­qué. L’usage ivoi­rien est plu­tôt de dia­lo­guer en cou­lisses». «Il y a une crise au sein de la coa­li­tion, cha­cun veut maî­tri­ser l’autre, mais per­sonne ne veut prendre le risque d’une rup­ture», juge Ous­mane Zi­na, en­sei­gnant­cher­cheur en sciences po­li­tiques à l’uni­ver­si­té de Boua­ké. On en­voie des piques et on at­tend la ré­ponse de l’ad­ver­saire». Le com­mu­ni­qué du PDCI marque en tout cas une es­ca­lade. A la veille de la dis­so­lu­tion du gou­ver­ne­ment le 3 juillet, une par­tie des mi­nistres PDCI avaient lan­cé un cou­rant dis­si­dent dans leur for­ma­tion po­li­tique, se di­sant fa­vo­rables au par­ti uni­fié. Le len­de­main, Hen­ri Ko­nan Bé­dié, an­cien pré­sident ivoi­rien (19931999) avait pu­blié une «note» au ton très sec, en­joi­gnant «l’ini­tia­teur de ce mou­ve­ment et ses com­parses (...) à se res­sai­sir pour pré­ser­ver le PDCI des dé­rives op­por­tu­nistes pré­ju­di­ciables à sa co­hé­sion». Pour Pierre Dag­bo Gode, pro­fes­seur de sciences po­li­tiques à l’uni­ver­si­té Félix Hou­phouët Boi­gny d’Abid­jan, le com­mu­ni­qué d’avan­thier montre «une saute d’hu­meur du PDCI» plu­tôt qu’une crise. «La stra­té­gie du PDCI c’est +je t’aime moi non plus+: les deux par­tis sont dans un sys­tème d’en­chères, mais ils ne sont pas prêts à une rup­ture ra­di­cale». «La vraie crise se­rait la sor­tie du PDCI du RHDP», es­time M. Zi­na. «Mais le RDR veut main­te­nir l’idée que le PDCI est tou­jours dans le RHDP. Au­cun des deux ne peut ga­gner les élec­tions seul», rap­pelle M. Ala­bro.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.