Longue vie au CAB !

La Presse (Tunisia) - - SPORT - Aux ori­gines

Les Re­quins du Nord fêtent leur 90e an­ni­ver­saire à la mi-juillet

La pre­mière étape de la créa­tion du CAB a été mar­quée par des sen­ti­ments beau­coup plus pa­trio­tiques que spor­tifs. La ré­gion de Bi­zerte était sous ad­mi­nis­tra­tion co­lo­niale di­ri­gée avec une main de fer, et les co­lons fai­saient tout pour que l’es­prit na­tio­na­liste ne s’ex­prime nul­le­ment même en ta­pant dans un bal­lon. Mal­gré tous les obs­tacles dres­sés par les forces co­lo­niales, le rêve de­vient réa­li­té, après que cer­tains joueurs opé­rant dans des clubs étran­gers et mi­li­taires eurent re­joint le nou­veau club (CAB 1928) par­mi les­quels on ci­te­ra Has­sen Bouch­ber, Ta­har Cha­loueh et son frère Ti­ja­ni; Driss et Ibra­him Za­ghoua­ni et Mo­ha­med Ben Said. Tan­dis que d’autres joueurs les avaient re­joints comme Mo­ha­med Ben Ameur du PFCB ain­si que Mah­moud Chou­ka et Ab­de­ka­der El­khia­ri de Tin­ja Sports.

Ji­la­ni Kha­mas­si, Cheikh Amor, Mo­ha­med Ben Ameur, Ali Ben Ama­ra… Que de noms qui illus­trent le pas­sé glo­rieux du CAB. Ji­la­ni Kha­mas­si s’était por­té vo­lon­taire pour dé­po­ser les sta­tuts du club au cours de l’été 1927 et ce rêve ne s’est concré­ti­sé que le 20 juin 1928. Le pre­mier co­mi­té du CAB for­mé en 1928 se com­pose comme suit: Pré­sident : Yous­sef Sfaxi Pre­mier vice-pré­sident : Has­sen Ben Cheikh Deuxième vice-pré­sident: Ah­med Khan­féche Se­cré­taire gé­né­ral : Khé­maies Be­la­khoua Se­cré­taire gé­né­ral ad­joint : Ji­la­ni Kha­mas­si Tré­so­rier : Ba­dred­dine Jdi­di Tré­so­rier ad­joint : Mo­ha­med Bsi­ri Membres : Ham­da Sfaxi – Hé­di Mchir­gui – Ha­ma Sa­naa – Bra­him El­la­zam – Mo­ha­med Ben Romd­hane – Ah­med Jla­j­la – Sa­lah Ma­kh­lou­kha.

Le pre­mier onze

La pre­mière équipe ca­biste se­niors se com­po­sait comme suit : Bra­him Za­ghoua­ni – Has­san Bouch­ber- Chad­li Mchir­gui – Ab­del­ka­der Khia­ri – Mo­ha­med Ben Ameur – Mah­moud Chou­ka – Yous­sef Bou­zen­kouche – Ta­har Chal­wah – Ali Aka­ri – Ti­ja­ni Chal­wah – Driss Chal­wah. Ce fai­sant, le dé­part était ti­mide mal­gré la pré­sence de joueurs de grand ta­lent dans son ef­fec­tif. Les causes étaient mul­tiples par­mi les­quelles le manque d’un ter­rain pour les en­traî­ne­ments. En ef­fet, le CAB était obli­gé de s’en­traî­ner sur un ter­rain agri­cole en terre bat­tue à l’ouest de la ville (der­rière Oued Har­ra­ga). Mal­gré l’ap­port de nou­veaux joueurs comme Mo­ha­med et Mes­saoud Ben Said, Ham­da El­med­deb, Azaiz Chal­wah, Hé­di Lah­mar, Nour­dine Lah­mar «chou­hi­ra» alias Las­soued, Mus­ta­pha Deh­ma­ni, Ha­bib Kha­mais et Ha­bib Ab­der­ra­zek, les ré­su­lats tar­daient à ve­nir.

L’en­traî­neur s’ap­pe­lait Arnon

Les fi­nances du club n’étaient pas au mieux, seul le concours des fréres Yous­sef et Ham­da Sfaxi per­met­tait de sub­ve­nir aux be­soins. Même le stade mu­ni­ci­pal lui était fer­mé et ré­ser­vé uni­que­ment au PFCB, le CAB jouait sur un ter­rain mi­li­taire du cô­té de Bab Ma­teur. Mal­gré ces obs­tacles et les dif­fi­cul­tés ad­mi­nis­tra­tives créées par un pou­voir hos­tile, le CAB n’avait ces­sé de grim­per les éche­lons et cueillit le fruit de son tra­vail en 1936 avec son ac­ces­sion en di­vi­sion d’hon­neur, juste deux ans après la créa­tion de la Ligue du Nord, en ter­mi­nant deuxième der­rière Ita­lia Tu­nis et deuxième en 1937 der­rière Sa­voie la Gou­lette. Pour des rai­sons fi­nan­cières et avec la disparition de quelques di­ri­geants fon­da­teurs et le vieillis­se­ment des autres membres, il a été dé­ci­dé de re­lé­guer le CAB en di­vi­sion deux, quoique le club était vice-cham­pion de Tu­ni­sie. En 1939, le CAB était de re­tour par­mi l’élite, mais la Se­conde Guerre mon­diale et l’oc­cu­pant na­zi en avaient dé­ci­dé au­tre­ment: pas de cham­pion­nat et ce jus­qu’en 1943. Au re­tour du cham­pion­nat en 1944, le CAB était au top, in­fli­geant des dé­faites aux plus pres­ti­gieux clubs de l’époque: l’Union Spor­tive Fer­ry­ville (ac­tuel­le­ment Men­zel Bour­gui­ba) par le score de trois à zé­ro, et l’UST à Tu­nis même, de­ve­nant cham­pion de Tu­ni­sie. Le CAB n’avait ces­sé de gla­ner les vic­toires en of­frant à ses sup­por­ters deux autres titres de cham­pion de Tu­ni­sie en 1945 et 1948. Vive le CAB !

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.