LE CHÔ­MAGE

JUS­QU’À QUAND ?

Le Manager - - Billet - MOU­NIR ZALILA

c’est la ques­tion que se pose tout de­man­deur d’em­ploi, par­ti­cu­liè­re­ment par­mi les plus jeunes d’entre eux, en mal de vivre, qui ne voient pas le moindre bout de tun­nel, fai­sant d’eux de fra­giles proies à toute forme de dé­via­tion de com­por­te­ment en so­cié­té. «Em­ploi, Li­ber­té, di­gni­té na­tio­nale” est le slo­gan scan­dé lors de di­vers mou­ve­ments de re­ven­di­ca­tions qui se font sen­tir épi­so­di­que­ment. S’est alors en­ga­gée une forme de mar­chan­dage sur des créa­tions d’em­plois ex ni­hi­lo que tout laisse à pen­ser qu’il ne s’agit là que d’em­plâtres sur une jambe de bois ! A se de­man­der ce que sont de­ve­nues toutes ces ré­flexions, cette somme d’ex­pé­riences pro­ve­nant de dif­fé­rents pro­grammes, ex­pé­ri­men­taux au dé­part, de­ve­nus ef­fec­tifs par la suite et sou­te­nus par la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, comme le pro­gramme na­tio­nal d’es­sai­mage, les conven­tions d’es­sai­mage avec les en­tre­prises pu­bliques au dé­part et éten­dues au pri­vé ? Quid des em­plois et en­tre­prises créés par le biais de l’es­sai­mage, des stages d’ini­tia­tion à la vie pro­fes­sion­nelle, cou­ram­ment ap­pe­lés SIVP et autres ini­tia­tives de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle ? Et puis, ne convien­drait-il pas éga­le­ment d’en­ga­ger le pro­ces­sus, dès main­te­nant, de la créa­tion des em­plois de de­main ? Le de­main dont il est ques­tion c’est dé­jà au­jourd’hui ! Une étude ré­cente, en­ga­gée par le World Eco­no­mic Fo­rum (Fu­ture of jobs), avance que dans cinq ans, plus d’un tiers des com­pé­tences (35%) consi­dé­rées comme im­por­tantes dans la main-d’oeuvre ac­tuelle au­ront chan­gé. A 2020, nous y sommes. La qua­trième ré­vo­lu­tion in­dus­trielle va ap­por­ter une ro­bo­tique avan­cée, un tran­sport au­to­nome, une in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle et un ap­pren­tis­sage mé­ca­nique des ma­té­riaux de pointe, des bio­tech­no­lo­gies, la na­no­tech­no­lo­gie et la gé­no­mique. Ces dé­ve­lop­pe­ments vont trans­for­mer en pro­fon­deur la fa­çon dont nous vi­vons et notre fa­çon de tra­vailler. Cer­tains em­plois dis­pa­raî­tront, d’autres vont naître ou vont croître et les em­plois qui n’existent même pas au­jourd’hui de­vien­dront mon­naie cou­rante. Ce qui est cer­tain, c’est que la main-d’oeuvre fu­ture de­vra ali­gner son en­semble de com­pé­tences pour se mettre à ni­veau. Som­mes­nous en­ga­gés dans la ré­flexion de cet ave­nir tout proche ? Avec près de la moi­tié de la po­pu­la­tion âgée de moins de 30 ans, le pays bouillonne d’un po­ten­tiel to­ta­le­ment mé­con­nu. Com­ment les rêves de ces per­sonnes peuvent-ils être réa­li­sés avant qu’il ne soit trop tard ? En­ga­geons alors un rêve na­tio­nal où les dé­ci­deurs sur le plan po­li­tique comme les di­ri­geants d’en­tre­prises et la so­cié­té ci­vile ont le de­voir de par­ta­ger une cer­taine vi­sion d’un ave­nir so­cial du pays plus juste et plus pros­père avec une so­cié­té in­clu­sive où tous les ha­bi­tants de l’en­semble des ré­gions puissent jouir d’un em­ploi, de la li­ber­té et de la sé­cu­ri­té. Les droits de l’homme ça passe par là ! Dé­sor­mais, à tous ces jeunes qui dé­bordent d’éner­gie et qui piaffent d’im­pa­tience pour se faire une digne place dans la so­cié­té, il ne s’agit plus d’être à leur écoute mais de les res­pon­sa­bi­li­ser.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.