Fonds bi­la­té­ral pour ai­der à la co­pro­duc­tion d’oeuvres ci­né­ma­to­gra­phiques fran­co-tu­ni­siennes

Le Manager - - Sommaire -

Constat gé­né­ral: les sources de fi­nan­ce­ment sont une den­rée rare pour le ci­né­ma tu­ni­sien. Pour preuve, il est rare de trou­ver un film tu­ni­sien dans la liste des films sub­ven­tion­nés. C’est pour­quoi, que l’ins­ti­tut fran­çais a ré­cem­ment an­non­cé of­fi­ciel­le­ment le lan­ce­ment du fonds bi­la­té­ral d’aide à la co­pro­duc­tion d’oeuvres ci­né­ma­to­gra­phiques fran­co-tu­ni­siennes en pré­sence d’oli­vier Poivre d’ar­vor, Am­bas­sa­deur de France en Tu­ni­sie, Chris­tophe Tar­dieu, di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué du Centre Na­tio­nal et de l’image ani­mée (CNC) et Fa­thi Khar­rat, son ho­mo­logue du Centre Na­tio­nal du Ci­né­ma et de l’image (CNCI).

De Ber­lin à Cannes en pas­sant par la Chine, le suc­cès du ci­né­ma tu­ni­sien n’est plus à dé­mon­trer comme en té­moigne la pa­no­plie de prix internationaux et de no­mi­na­tions qui se suc­cèdent à de pres­ti­gieux fes­ti­vals. Un en­goue­ment qui s’ex­plique, se­lon Chris­tophe Tar­dieu, par une ci­né­ma­to­gra­phie jeune et ré­cente qui se ré­vèle comme étant l’une des plus pro­met­teuses du mo­ment. Sou­te­nant ces émi­nents suc­cès, cette conven­tion vient don­ner une bouf­fée d’air frais. Elle vient, tou­jours se­lon Chris­tophe Tar­dieu, “sou­te­nir des pro­jets fran­co-tunisiens dans l’in­té­rêt des cultures com­munes et dans l’in­té­rêt même du ci­né­ma “. En ef­fet, créé pour une du­rée de trois ans (2017-2019), ce fonds est des­ti­né à sub­ven­tion­ner de longs mé­trages ci­né­ma­to­gra­phiques et s’ins­crit dans le cadre de l’ac­cord de co­pro­duc­tion conclu entre la France et la Tu­ni­sie en 1994. La France, en tant que prin­ci­pal par­te­naire du ci­né­ma tu­ni­sien, sou­haite ren­for­cer et ac­com­pa­gner la créa­tion tu­ni­sienne mais éga­le­ment fa­vo­ri­ser les échanges ci­né­ma­to­gra­phiques entre les deux pays. Ces fi­nan­ce­ments se­ront at­tri­bués sur la base d’une dé­ci­sion com­mune de la com­mis­sion pro­fes­sion­nelle qui est com­po­sée de 6 membres, à sa­voir 3 membres de la CNCI et 3 membres de la CNC. L’en­chère de dé­part est de 460 000 eu­ros soit 300 000 eu­ros du CNC et 160 000 eu­ros du CNCI, ce qui de­vrait per­mettre de pro­duire 4 à 6 longs mé­trages par an. Cet ap­pui se­ra cu­mu­lable avec les autres aides pu­bliques exis­tantes et pour­ra être re­vu à la hausse. L’ap­pel à pro­jets se­ra pu­blié en juillet et clô­tu­ré en sep­tembre et les ré­sul­tats se­ront an­non­cés en fin d’an­née. Les films éli­gibles sont les longs mé­trages de plus de 60 mi­nutes et dont le pro­duc­teur ain­si que la mai­son de pro­duc­tion soient de na­tio­na­li­té tu­ni­sienne ou fran­çaise. No­tons que le CNC vou­drait étendre ce fonds à tout le Magh­reb. La co­opé­ra­tion ayant dé­jà dé­bu­té avec le Ma­roc, tout porte à croire que la Tu­ni­sie se­ra le pro­chain bé­né­fi­ciaire. Un fonds de sou­tien pour­rait éga­le­ment voir le jour d’ici la fin de l’an­née en Afrique Sub­sa­ha­rienne. LE MA­NA­GER

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.