Abdellatif Hamam, di­rec­teur gé­né­ral de L’ÉNA:

ABDELLATIF HAMAM, DI­REC­TEUR GÉ­NÉ­RAL DE L’ÉCOLE NA­TIO­NALE D’AD­MI­NIS­TRA­TION

Le Manager - - Sommaire - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR AH­MED SAOUDI

La di­gi­ta­li­sa­tion, la dé­cen­tra­li­sa­tion et les pro­jets fu­turs de L’ENA

La Tu­ni­sie a abri­té en juillet der­nier le Congrès an­nuel de l’ins­ti­tut in­ter­na­tio­nal des sciences ad­mi­nis­tra­tives, or­ga­ni­sé par l’ecole na­tio­nale d'ad­mi­nis­tra­tion. À cette oc­ca­sion, Le Ma­na­ger est al­lé à la ren­contre d’abdellatif Hamam, di­rec­teur gé­né­ral de l’école. In­ter­view. Pour­quoi le choix de la ré­si­lience de l’ad­mi­nis­tra­tion comme thème de la con­fé­rence an­nuelle de L’IIAS ?

Le Congrès in­ter­na­tio­nal de L’IIAS est un ren­dez-vous an­nuel très im­por­tant, il re­groupe plus de 350 ex­perts, spé­cia­listes et aca­dé­mi­ciens en ma­na­ge­ment pu­blic ve­nus de plu­sieurs pays. Pour cette édi­tion, L’IIAS a choi­si de dé­battre de la ques­tion de la ré­si­lience et de la ca­pa­ci­té d'adap­ta­tion de l'ad­mi­nis­tra­tion pu­blique, une thé­ma­tique d’ac­tua­li­té au vu des chan­ge­ments ra­pides aux­quels de­vront faire face les ins­ti­tu­tions pu­bliques. La ré- si­lience ad­mi­nis­tra­tive a été ain­si abor­dée dans toutes ses formes : fi­nan­cière, éco­lo­gique, ju­ri­dique, etc. Le choix de la Tu­ni­sie s’est jus­ti­fié par le fait que c’est une dé­mo­cra­tie émer­gente qui met en place une pra­tique de gou­ver­nance proche des ci­toyens. Nous es­sayons de nous do­ter d’une in­fra­struc­ture ins­ti­tu­tion­nelle mais sur­tout de dé­ve­lop­per une cul­ture et de bonnes pra­tiques d'une ges­tion res­pon­sable. Nous re­mer­cions à ce titre notre com­pa­triote Sou­fiane Sah­raoui le di­rec­teur gé­né­ral élu de L’IISA qui a mis à pro­fit son in­fluence pour don­ner de la vi­si­bi­li­té à la Tu­ni­sie.

Quelles ont été les re­tom­bées de cette ma­ni­fes­ta­tion ?

Ce Congrès était l’oc­ca­sion pour L’ENA de conclure plu­sieurs conven­tions. Nous avons ain­si si­gné un ac­cord d'as­sis­tance tech­nique avec L'IIAS qui nous per­met­trait de pro­fi­ter du large ré­seau d'ex­perts de l’ins­ti­tut pour nous ac­com­pa­gner dans la trans­for­ma­tion pé­da­go­gique de l’école. Nous avons éga­le­ment élar­gi le champ de co­opé­ra­tion avec l'ins­ti­tut d'ad­mi­nis­tra­tion pu­blique du Bah­reïn pour re­ce­voir des sta­giaires bah­reï­nis en Tu­ni­sie. Cette ren­contre nous a per­mis aus­si d’en­ta­mer les dis­cus­sions avec l'as­so­cia­tion afri­caine de la bonne gou­ver­nance dans le but de pou­voir or­ga­ni­ser son pro­chain congrès an­nuel en Tu­ni­sie. Et dans le cadre de la di­ver­si­fi­ca­tion des sources d'ap­pren­tis­sage de L’ENA, nous avons si­gné un ac­cord de par­te­na­riat avec la Chi­na So­cie­ty of Pu­blic Ser­vice Re­form; une or­ga­ni­sa­tion gou­ver­ne­men­tale dont la mis­sion est de conce­voir des pro­jets de trans­for­ma­tion de l'ad-

mi­nis­tra­tion pu­blique. La CSPSR a réus­si à in­tro­duire d'im­por­tants chan­ge­ments ti­rant plei­ne­ment pro­fit des nou­velles tech­no­lo­gies et des avan­cées de l'ad­mi­nis­tra­tion numérique.

De nos jours, l’ad­mi­nis­tra­tion pu­blique s’est lar­ge­ment nu­mé­ri­sée. La for­ma­tion qu’offre votre école s’y est-elle pré­pa­rée?

Les hauts fonc­tion­naires en for­ma­tion à L’ENA re­çoivent un ap­pren­tis­sage proche de la réa­li­té puis­qu'il est prin­ci­pa­le­ment as­su­ré par des pra­ti­ciens. Bien en­ten­du, nous in­té­grons la dimension tech­no­lo­gique à tous les ni­veaux de cette for­ma­tion et elle est aus­si pré­sente à tra­vers les thé­ma­tiques émer­gentes qui sont ins­crites dans les pro­grammes d'en­sei­gne­ment. Nous es­sayons de vul­ga­ri­ser aux élèves toutes les po­li­tiques pu­bliques mises en place dans le cadre de la construc­tion d'une ad­mi­nis­tra­tion élec­tro­nique. La dé­cen­tra­li­sa­tion se­ra ac­com­pa­gnée d’une nou­velle ma­nière de gou­ver­ner. Les en­sei­gne­ments pro­cu­rés à L’ENA ont-ils in­té­gré ces chan­ge­ments ? Bien évi­dem­ment. L’ENA a si­gné au dé­but de l'an­née 2018 une conven­tion de par­te­na­riat avec le mi­nis­tère des Af­faires lo­cales suite à la­quelle notre ins­ti­tu­tion se char­ge­ra de dé­fi­nir les par­cours de for­ma­tion né­ces­saires en termes de gou­ver­nance lo­cale et dé­cen­tra­li­sée. C'est un tra­vail que nous al­lons en­ta­mer avec le mi­nis­tère et que nous al­lons af­fi­ner en écou­tant les be­soins réels des élus lo­caux et des ad­mi­nis­tra­tions lo­cales. Nous oeu­vrons éga­le­ment à pré­sen­ter sous une forme pé­da­go­gique les dis­po­si­tions du nou­veau Code des collectivités lo­cales. Ce code de plus de 480 ar­ticles est ex­trê­me­ment dense et a be­soin d'être ex­pli­ci­té, d'être mis à la dis­po­si­tion des ac­teurs dans une forme di­dac­tique et pé­da­go­gique.

Quelles sont les amé­lio­ra­tions à in­tro­duire au­jourd’hui à l’ad­mi­nis­tra­tion tu­ni­sienne, où en est le rôle de L’ENA ?

Notre pays a be­soin d'une ad­mi­nis­tra­tion ef­fi­cace et ef­fi­ciente ca­pable d'in­tro­duire les nom­breux chan­ge­ments re­quis tout en te­nant compte de la na­tu­relle ré­sis­tance au chan­ge­ment. Notre ins­ti­tut a cette am­bi­tion d'être un ac­teur qui contri­bue à la dif­fu­sion d'une cul­ture de chan­ge­ment ins­ti­tu­tion­nel se­reine et qui fait avan­cer les vrais chan­tiers de ré­forme ad­mi­nis­tra­tive. Nous de­vons ac­com­pa­gner l’évo­lu­tion de l’ad­mi­nis­tra­tion par une ac­tua­li­sa­tion conti­nue des connais­sances de nos fonc­tion­naires. L’ENA veut aus­si être ac­teur de la di­plo­ma­tie éco­no­mique en dif­fu­sant les bonnes pra­tiques tu­ni­siennes dans le cadre de la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale. En ef­fet, L’ENA a dé­jà for­mé des hauts cadres de la Mau­ri­ta­nie, du Ni­ger, du Sé­né­gal, du Mali ... Il est im­por­tant de re­prendre ce genre de co­opé­ra­tion avec les pays afri­cains. Notre ins­ti­tu­tion doit avoir cette am­bi­tion de rayon­ner dans son en­vi­ron­ne­ment afri­cain. Quels sont les pro­jets fu­turs de L’ENA? La prio­ri­té est à la ré­forme de la sco­la­ri­té au ni­veau du cycle su­pé­rieur pour in­té­grer no­tam­ment les soft skills et les com­pé­tences trans­ver­sales et rendre les di­plô­més le plus opé­ra­tion­nels pos­sible. Pour la for­ma­tion ini­tiale et conti­nue, nous tra­vaillons de con­cert avec la pré­si­dence du gou­ver­ne­ment, en par­ti­cu­lier avec la di­rec­tion gé­né­rale de la for­ma­tion et du per­fec­tion­ne­ment des com­pé­tences, pour faire en sorte que la for­ma­tion ac­com­pagne l'évo­lu­tion des car­rières et qu’à chaque étape de la car­rière d'un haut fonc­tion­naire ses connais­sances puissent être amé­lio­rées. Dans ce pro­jet, nous comp­tons in­té­grer une dimension tech­no­lo­gique im­por­tante et faire en sorte que la dis­tance ne soit pas un han­di­cap pour la for­ma­tion. Nous vou­lons conso­li­der l'ex­pé­rience que nous avons me­née avec notre par­te­naire al­le­mand, la GIZ, pour conso­li­der da­van­tage le sa­voir-faire de l'aca­dé­mie in­ter­na­tio­nale de la bonne gou­ver­nance et l'uti­li­ser comme pla­te­forme de dif­fu­sion des pra­tiques de bonne gou­ver­nance. Nous as­pi­rons éga­le­ment à dé­ve­lop­per les pres­ta­tions du Centre d'ex­per­tise et de re­cherche ad­mi­nis­tra­tives pour lui per­mettre d'être un four­nis­seur de nou­velles idées, de nou­velles mé­thodes pra­tiques, et le consul­tant par ex­cel­lence de nos ser­vices pu­blics. L’école cé­lèbre en fé­vrier pro­chain son 70ème an­ni­ver­saire. À quoi de­vrons-nous nous at­tendre à cette oc­ca­sion ? Nous avons mis en place un co­mi­té qui se penche sur la ques­tion et qui va, en fonc­tion de nos moyens et en croi­sant nos in­té­rêts avec ceux de nos par­te­naires, dé­ter­mi­ner quelles am­bi­tions on peut avoir pour le 70ème an­ni­ver­saire. Le plus im­por­tant est qu'on veut faire de cet évé­ne­ment un mo­ment fort pour pré­sen­ter la vi­sion que nous vou­lons avoir de L'ENA en 2025 ou en 2030. Je pense que c'est le mo­ment de lan­cer cette ré­flexion. Nous al­lons bien­tôt lan­cer un con­cours d'ar­chi­tec­ture pour re­voir l'es­pace que nous avons afin d’as­su­rer la co­hé­rence des es­paces, mo­der­ni­ser et dé­ve­lop­per nos in­fra­struc­tures pé­da­go­giques, ac­tua­li­ser et créer du confort pé­da­go­gique pour les ap­pre­nants. Notre am­bi­tion est de faire de L’ENA un la­bo­ra­toire de nou­velles idées, de nou­velles pra­tiques, de nou­velles ma­nières de conce­voir l'ergonomie ad­mi­nis­tra­tive, et conce­voir le de­si­gn des es­paces ad­mi­nis­tra­tifs de sorte que l'ad­mi­nis­tra­tion de­vienne un centre de vie et de bon­heur.

Nous oeu­vrons à pré­sen­ter sous une forme pé­da­go­gique les dis­po­si­tions du nou­veau Code des collectivités lo­cales.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.