FUITE DES CERVEAUX

La rétention des ta­lents a-t-elle at­teint ses li­mites ?

Le Manager - - Acteurs & Business Business -

La

fuite des cerveaux, cette mi­gra­tion des tra­vailleurs qua­li­fiés, in­gé­nieurs, in­for­ma­ti­ciens ou mé­de­cins vers des pays à plus haut ni­veau de dé­ve­lop­pe­ment est de­ve­nu un phé­no­mène mon­dial. Une étude de la Har­vard Bu­si­ness Re­view a mon­tré qu’entre 1990 et 2010, le nombre d’im­mi­grés dans le monde pour­vus d’un di­plôme uni­ver­si­taire a aug­men­té de 130%. Les im­mi­grés hau­te­ment qua­li­fiés gagnent de plus en plus sou­vent les Etats-unis et les autres pays an­glo­phones. Constat si­gni­fi­ca­tif : moi­tié des en­tre­pre­neurs et des tra­vailleurs des tech­no­lo­gies de la Si­li­con Val­ley sont nés à l’étran­ger, tou­jours se­lon la même étude. La Tu­ni­sie n’est pas épar­gnée, ces der­nières an­nées cet exode de ma­tière grise s’ac­cé­lère à forte al­lure. Les en­tre­prises du sec­teur des TIC s’alarment du coût que cette fuite du pays in­combe à l’en­tre­prise, mi­nant sa com­pé­ti­ti­vi­té. Quand bien même, ils n’ont de cesse de dé­ployer des mé­ca­nismes de rétention des ta­lents. Le fan­tasme d’un el­do­ra­do au nord de la mé­di­ter­ra­née l’em­porte. D’autres s’ins­crivent en faux et consi­dèrent ce phé­no­mène comme une re­con­nais­sance de la qua­li­té des di­plô­més tu­ni­siens. Ils ver­raient en la Tu­ni­sie une pla­te­forme pro­dui­sant une belle qua­li­té d’in­gé­nieurs.

SOURCE: OF­FICE DES TU­NI­SIENS À L'ÉTRAN­GER

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.