Naz­li Haf­sia et la pen­sée ré­for­miste en Tu­ni­sie

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture - Ha­tem BOURIAL

In Me­mo­riam

Consa­crés au ma­riage tra­di­tion­nel en Tu­ni­sie, à l'oeuvre de Ab­del­je­lil Zaouche et au sé­jour en Tu­ni­sie de la prin­cesse Naz­li Fadhel, les ou­vrages de la re­gret­tée Naz­li Haf­sia sont des ba­lises dans les études non uni­ver­si­taires sur la mo­der­ni­té tu­ni­sienne. Une oeuvre qui dé­friche un do­maine en­core peu in­ves­ti par la re­cherche aca­dé­mique...

Ju­riste de for­ma­tion, Naz­li Haf­sia vient de dé­cé­der le 17 août der­nier lais­sant une oeuvre im­por­tante es­sen­tiel­le­ment consa­crée à la ques­tion ré­for­miste en Tu­ni­sie ain­si qu'aux fi­gures pionnières de la mo­der­ni­té tu­ni­sienne.

La fon­da­trice du Sa­lon de l'ar­ti­sa­nat

Après une car­rière au mi­nis­tère de l'éco­no­mie nationale, Naz­li Haf­sia s'est consa­crée à une re­traite ac­tive pla­cée sous le double signe de la re­cherche et de la créa­tion. Em­bras­sant son tra­vail d'écri­ture comme un sa­cer­doce, elle a réa­li­sé plu­sieurs ou­vrages de ré­fé­rence du­rant ces vingt der­nières an­nées.

Avant d'en­vi­sa­ger le tra­vail d'écri­vain-cher­cheur, Naz­li Haf­sia avait par­ti­ci­pé à plu­sieurs réa­li­sa­tions du temps où elle of­fi­ciait à l'ad­mi­nis­tra­tion tu­ni­sienne. C'est ain­si qu'on lui doit lar­ge­ment la nais­sance du Sa­lon de l'ar­ti­sa­nat qu'elle a contri­bué à créer tout en lui don­nant ses pre­mières lettres de no­blesse. De plus, au dé­but des an­nées 80, elle avait pi­lo­té de nom­breuses

ini­tia­tives en fa­veur de la jeu­nesse tu­ni­sienne, no­tam­ment dans le do­maine du mi­cro-cré­dit et de l'em­ploi des jeunes.

C'est tout autre chose qui re­tien­dra en­suite le par­cours de Naz­li Haf­sia, au­teure d'une mo­no­gra­phie uni­ver­si­taire sur la ville de Msa­ken. En ef­fet, elle pu­blie­ra un pre­mier ou­vrage re­mar­qué sur "Le contrat de ma­riage en Tu­ni­sie jus­qu'en 1956". Pré­fa­cé par Ah­med Mestiri, l'un des ar­ti­sans du Code du sta­tut per­son­nel et pre­mier mi­nistre de la Jus­tice de la Tu­ni­sie in­dé­pen­dante, cet ou­vrage est d'abord ce­lui d'une ju­riste ten­tée par la re­cherche his­to­rique. En ef­fet, ce livre re­cèle non seule­ment une for­mi­dable manne do­cu­men­taire mais aus­si une dé­marche so­cio­lo­gique qui éclaire le CSP d'une ma­nière nou­velle.

A la re­cherche des mo­der­nistes tu­ni­siens

Après ce pre­mier ou­vrage, Naz­li Haf­sia se consa­cre­ra aux ré­for­mistes tu­ni­siens ou plus pré­ci­sé­ment à ce qu'elle qua­li­fie de "pre­miers mo­der­nistes". Son vaste pro­jet se dé­ployait en ef­fet de 1846 à 1861, une

pé­riode char­nière dans notre his­toire. C'est à cette époque que fut abo­li l'es­cla­vage (1846), pro­mul­gué le Pacte fon­da­men­tal (1857) et oc­troyée la pre­mière consti­tu­tion (1861).

Ce qui in­té­rés­se­ra Naz­li Haf­sia se­ra de suivre la ma­tu­ra­tion de la pen­sée ré­for­miste tout en dé­cou­vrant pour ses lec­teurs les ac­teurs de ce mou­ve­ment de fond. Elle com­men­ce­ra ain­si par un livre consa­cré à Ab­del­je­lil Zaouche (1873-1947) puis re­vien­dra sur les tra­vaux et les jours de la prin­cesse égyp­tienne Naz­li Fadhel en Tu­ni­sie (1896-1913). Avec ses ou­vrages, elle po­se­ra quelques pro­lé­go­mènes de la pen­sée ré­for­miste tu­ni­sienne et s'im­po­se­ra comme une hu­ma­niste de culture uni­ver­selle.

Alors qu'elle vient de s'éteindre, Naz­li Haf­sia au­ra ou­vert une brèche nou­velle dans l'étude des ré­for­mistes tu­ni­siens dans leur di­ver­si­té et in­vite de la sorte les jeunes cher­cheurs à se pen­cher plus at­ten­ti­ve­ment sur ce pan de notre his­toire. Paix à son âme...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.