Un sé­rieux aver­tis­se­ment à ses concur­rents en cham­pion­nat

La vic­toire de L’EST en coupe

Le Temps (Tunisia) - - La Une - M.R

A quelques jours du dé­mar­rage du Cham­pion­nat

Suc­cès lar­ge­ment mé­ri­té de L'ES Tu­nis au bout d'une fi­nale jouée à sens unique avec des joueurs es­pé­ran­tistes do­mi­na­teurs dans tous les coins et re­coins de la pe­louse du stade de Ra­dés sous les yeux de plus de 40 mille spec­ta­teurs qui ont eu droit à un ré­ci­tal foot­bal­lis­tique de la part d'une équipe « sang et or » en pleine pos­ses­sion de ses moyens et dé­jà prête pour la nou­velle sai­son et une équipe clu­biste qui se cherche en­core, pire en­core, une équipe sans iden­ti­té qui n'a fait que se dé­fendre pour li­mi­ter les dé­gâts.

Le der­by de la fi­nale n'a nul­le­ment te­nu ses pro­messes, par la faute d'un CA dé­pas­sé dans tous les com­par­ti­ments du jeu, avec des joueurs aus­si li­mi­tés tech­ni­que­ment que tac­ti­que­ment et qui ont man­qué de fraî­cheur, mais sur­tout d'ini­tia­tives pour pou­voir contre­car­rer un ad­ver­saire lar­ge­ment su­pé­rieur et beau­coup plus com­plet dans ses lignes avec des joueurs très mo­ti­vés qui n'ont pas lais­sé place au ha­sard. Du­rant 90 mi­nutes, les joueurs de L'EST ont fait éta­lage d'un ba­gage tech­nique et d'une co­hé­sion tac­tique qui ont plan­té l'ad­ver­saire qui a man­qué de mo­ti­va­tion, tra­hi par la mé­forme to­tale de bon nombres de ses joueurs et qui n'a pas fait le poids sur le plan of­fen­sif pour es­pé­rer dé­ran­ger L'EST. A ce­la, il fau­drait re­te­nir les mau­vais choix de Kaïs Ya­cou­bi, qui n'a pas ti­ré les conclu­sions du match des de­mi-fi­nales à La Mar­sa, lais­sant Ab­del­ka­der Oues­la­ti sur le banc pen­dant près d'une heure de jeu, alors qu'il a été l'ar­ti­san de la qua­li­fi­ca­tion en fi­nale et qui a es­sayé de se­couer ses co­équi­piers à son en­trée sur le ter­rain, mais c'était trop tard. Dé­fense : Aï­fa et Ja­zi­ri au four et au mou­lin A la lu­mière des pé­ri­pé­ties de cette fi­nale, c'est le com­par­ti­ment dé­fen­sif du CA qui a su­bi pen­dant presque tout le match le poids du match, et par­ti­cu­liè­re­ment la paire axiale com­po­sée de Fa­kh­red­dine Ja­zi­ri et Bi­lel Aï­fa ai­dés par Ah­med Kha­lil et Wis­sem Ben Ya­hia, alors que les deux la­té­raux Ham­za Agre­bi et Ous­sa­ma Had­da­di n'ont pas eu leur ren­de­ment ha­bi­tuel et ont été lar­ge­ment dé­pas­sés dans les duels et pris de vi­tesse par leurs ad­ver­saires. Le CA doit cer­tai­ne­ment une fière chan­delle à son gar­dien Fa­rouk Ben Mus­ta­pha en­fin re­trou­vé et qui lui a évi­té une dé­faite plus cor­sée. En face, les dé­fen­seurs de L'EST n'ont pas eu beau­coup à faire et ont pas­sé un après-mi­di tran­quille à l'ins­tar de leur gar­dien Moez Ben Che­ri­fia qui n'a tou­ché que quelques balles du­rant tout le match. Bel­ka­roui et Dhaoua­di im­pé­riales dans leur zone n'ont rien lais­sé pas­sé, alors que Mbar­ki c'est per­mis le luxe de mon­ter constam­ment en at­taque, beau­coup plus que Kha­lil Cha­mam qui a pré­fé­ré la pru­dence. Mi­lieu de ter­rain : la ma­chine de L'EST a bien tour­né L'ES Tu­nis a fa­ci­le­ment do­mi­né la ba­taille de l'en­tre­jeu dans tous ses dé­tails. Dans les duels aé­riens, comme dans la cou­ver­ture, la re­lance, l'ani­ma­tion et le sou­tien of­fen­sif, les joueurs de L'EST ont lar­ge­ment do­mi­né les dé­bats. Am­mar Souyah qui a joué la carte d'anis Ba­dri après celle de Khe­mi­ri à Ga­bés et Chaâ­la­li contre L'ESS a par­fai­te­ment réus­si son coup. C'est que le néo es­pé­ran­tiste a été tout sim­ple­ment ex­cellent du­rant la ma­jeure par­tie de la ren­contre. Avec Saâd Bguir tou­jours clair­voyant dans ses gestes et passes, ils ont étouf­fé le mi­lieu de ter­rain du CA to­ta­le­ment ef­fa­cé et qui n'a pu comp­ter sur la va­leur tech­nique de ses élé­ments, à l'image de Bra­him Che­ni­hi qui a fait le fi­gu­rant ou Bas­sem Srar­fi lar­ge­ment dé­pas­sé par la tour­nure du match.

L'en­tre­jeu de L'EST très en­tre­pre­nant à l'image d'adem Re­jaï­bi mé­ta­mor­pho­sé pour l'oc­ca­sion a été d'une ef­fi­ca­ci­té rare et a lar­ge­ment contri­bué à pla­quer les la­té­raux clu­bistes, Agre­bi et Had­da­di, par ses chan­ge­ments fré­quents de po­si­tions et sa vi­tesse d'exé­cu­tion. At­taque : Entre le jour et la

nuit Le score fi­na­le­ment se passe de tout com­men­taire, et ce n'était pas chè­re­ment payé pour une équipe clu­biste qui n'a eu qu'une seule et unique oc­ca­sion du­rant 90 mi­nutes de jeu sans comp­ter le temps ad­di­tion­nel. Dans ce com­par­ti­ment les ar­gu­ments de L'EST étaient plus consis­tants avec des joueurs plus prompts et mieux ins­pi­rés. Entre les Yas­sine Khe­nis­si, Adem Re­jaï­bi et Anis Ba­dri d'un cô­té et Jacques Bes­son, Bas­sem Srar­fi et Sa­beur Khe­li­fa d'un autre il n'y avait pas pho­to. Du cô­té de L'EST l'ani­ma­tion of­fen­sive était as­su­rée par chaque pos­ses­seur du bal­lon qui trou­vait à tous les coups les so­lu­tions pour ef­fec­tuer une passe, as­su­rer un dribble avec un sou­tien cons­tant de l'un de ses co­équi­piers grâce au bon pla­ce­ment des joueurs leur vi­va­ci­té et leur com­plé­men­ta­ri­té. Du cô­té du CA on avait l'im­pres­sion que les joueurs se re­trou­vaient pour la pre­mière fois en­semble. Au­cune en­tente entre eux, avec un Jacques Bes­son ins­crit aux abon­nés ab­sents, un Sa­beur Khe­li­fa qui a per­du beau­coup de sa verve, de sa ra­pi­di­té et donne de­puis la sai­son écou­lée l'im­pres­sion d'être ras­sa­sié. Mi­niaoui ren­tré à l'heure de jeu n'était pas meilleur et au risque de me trom­per il n'a tou­ché le bal­lon que deux ou trois fois en 30 mi­nutes. C'était bien peu pour pou­voir ri­va­li­ser avec L'EST et le ré­sul­tat se passe de tout com­men­taire.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.