Jour­nées ci­né­ma­to­gra­phiques de Car­thage

Et Ous­mane Sem­bène?

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ha­tem BOURIAL

Plu­sieurs hom­mages sont ins­crits au pro­gramme des JCC 2016. De ma­nière sur­pre­nante, le Sé­né­ga­lais Ous­mane Sem­bène ne fi­gu­re­ra pas par­mi ces ré­tros­pec­tives. Pour­tant, il fut le pre­mier Ta­nit d'or de l'his­toire des JCC et un per­son­nage es­sen­tiel dans le dé­ve­lop­pe­ment du fes­ti­val qui fai­sait en­core ses pre­miers pas...

Jour­nées ci­né­ma­to­gra­phiques de Car­thage

Plu­sieurs hom­mages sont ins­crits au pro­gramme des JCC 2016. De ma­nière sur­pre­nante, le Sé­né­ga­lais Ous­mane Sem­bène ne fi­gu­re­ra pas par­mi ces ré­tros­pec­tives. Pour­tant, il fut le pre­mier Ta­nit d'or de l'his­toire des JCC et un per­son­nage es­sen­tiel dans le dé­ve­lop­pe­ment du fes­ti­val qui fai­sait en­core ses pre­miers pas...

Le cin­quan­tième an­ni­ver­saire des Jour­nées ci­né­ma­to­gra­phiques de Car­thage de­vrait prendre les contours d'une grande fête de la ci­né­phi­lie et d'une ré­tros­pec­tive d'un de­mi-siècle de ci­né­ma arabe et afri­cain.

Le fon­da­teur mo­ral des JCC avec Yous­sef Cha­hine

De nom­breux hom­mages vont en ef­fet être or­ga­ni­sés et per­met­tront au pu­blic de dé­cou­vrir les oeuvres des monstres sa­crés du ci­né­ma arabe et afri­cain et plus lar­ge­ment de ce que Ta­har Che­riaa nom­mait le tiers­ci­né­ma. En ef­fet, des hom­mages à Yous­sef Cha­hine, Idris­sa Oue­drao­go, Dji­bril Diop­mam­bet­ty et Ab­bès Kia­ros­ta­mi sont dé­jà an­non­cés au pro­gramme et de­vraient consti­tuer un vé­ri­table ré­gal pour les pu­ristes. En ce sens, des co­pies res­tau­rées des oeuvres les plus mar­quantes de ces ci­néastes se­ront pro­je­tées au cours du fes­ti­val.

Pour que la fête soit to­tale, le fes­ti­val de­vrait à notre sens aus­si rendre hom­mage à Ous­mane Sem­bène qui est com­mu­né­ment consi­dé­ré comme l'un des co-fon­da­teurs de ces JCC avec Che­riaa et Cha­hine. Per­son­nage es­sen­tiel des pre­mières édi­tions des JCC, Sem­bène a beau­coup fait pour la no­to­rié­té du fes­ti­val en Afrique de l'ouest. De plus, il a été ré­vé­lé en tant que réa­li­sa­teur par les JCC. Les ci­né­philes tu­ni­siens se sou­viennent que les films de ce réa­li­sa­teur sé­né­ga­lais fai­saient dans la Tu­ni­sie des an­nées 70 une sor­tie com­mer­ciale dans des salles comme le Co­li­sée.

Le pre­mier Ta­nit d'or de l'his­toire des JCC

Ce grand au­to­di­dacte avait été pro­pul­sé au de­vant de la scène avec un Ta­nit d'or pour les pre­mières JCC pour "La Noire de...".

Ce film vi­sion­naire trai­tait de l'in­adap­ta­tion d'une jeune Afri­caine dans son pays d'exil. Ré­duite à la ser­vi­tude par des em­ployeurs sans scru­pules, la jeune Dioua­na fi­ni­ra par se sui­ci­der. Sem­bène avait éga­le­ment re­te­nu l'at­ten­tion du pu­blic des JCC avec son court-mé­trage "Bo­rom Sa­ret" (Le char­re­tier) qui ra­conte le quo­ti­dien d'un char­re­tier dans les bi­don­villes de Da­kar aux prises avec un fonc­tion­naire in­tran­si­geant qui fait confis­quer sa char­rette, un scé­na­rio qui n'est pas sans ra­vi­ver la mé­moire d'un cer­tain Boua­zi­zi... Bien sûr, l'oeuvre de Sem­bène est très riche et des films comme "Le Man­dat", "Ced­do" ou "Xa­la" ont eu un écho uni­ver­sel. No­tons que cer­taines oeuvres de ce ci­néaste, à l'ins­tar de "Camp de Thia­roye" ont été co-pro­duites par la Tu­ni­sie et comp­taient au gé­né­rique plu­sieurs com­pé­tences tu­ni­siennes.

Pour toutes ces rai­sons, un hom­mage à Ous­mane Sem­bène se­rait tout aus­si bien­ve­nu que les autres ré­tros­pec­tives en cette édi­tion du cin­quan­te­naire.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.