«Per­sonne ne conçoit une Es­pé­rance sans titres»

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Am­mar Souayah

La 8ème fi­nale entre l’es­pé­rance ST et le Club Afri­cain est re­ve­nue à l’équipe de Bab Soui­ka. Et ce, au terme d’un match que les « Sang et Or » ont contrô­lé de bout en bout à la grande sur­prise de tous ceux qui s’at­ten­daient à vivre 90 mi­nutes de foot­ball de qua­li­té mar­qué par l’in­dé­ci­sion et l’in­ten­si­té. Ce fut, mal­heu­reu­se­ment, la faute d’un vis-à-vis to­ta­le­ment hors du coup, ce qui a fait dire à Moïez Ben Ché­ri­fia qu’il a failli perdre toute sa con­cen­tra­tion en l’ab­sence du moindre tir l’ac­cu­lant à se trou­ver en dif­fi­cul­té. Dé­sé­qui­libres fla­grants entre les forces

en pré­sence Une fin de match lo­gique au vu du dé­rou­le­ment de la ren­contre, cou­ron­née par une vic­toire sans ap­pel et dont le score au­rait pu être plus large sans ce manque de con­cen­tra­tion de Re­jeï­bi et Ba­dri de­vant un Ben Mus­ta­pha li­vré à lui-même, l’ex­cès de pré­ci­pi­ta­tion de Balb­wa qui a rem­pla­cé ce même Rjeï­bi. En fait, l’es­pé­rance ST qui a éli­mi­né en dé­pla­ce­ment l’etoile SS ( 1ère dé­faite à do­mi­cile en deux sai­sons) et le Stade Ga­bé­sien les deux fi­na­listes de la der­nière édi­tion ne pou­vait se per­mettre d’échouer en de­mi-fi­nale. Am­mar Souayah a évi­té, dans sa dé­cla­ra­tion d’après match, d’évo­quer le score qui a sanc­tion­né le match mais il a te­nu à mettre l’ac­cent sur le mé­rite de ses joueurs : «Ce sacre que j’at­ten­dais per­son­nel­le­ment est le fruit d’une pré­pa­ra­tion d’avant sai­son bien gé­rée et le mé­rite de joueurs to­ta­le­ment concen­trés sur leur su­jet tout au long de la­dite pré­pa­ra­tion. Je suis d’au­tant plus sa­tis­fait que cette vic­toire est ve­nue confir­mer celles ra­me­nées de Sousse et de Ga­bès dans les condi­tions que l’on connaît.

Je ne ter­mine pas sans évo­quer le fac­teur cor­rec­tion qui a pré­va­lu sur le ter­rain avant, au cours du match et no­tam­ment au coup de sif­flet fi­nal. Ce­la laisse au­gu­rer un bon dé­rou­le­ment de la sai­son qui frappe à nos portes. Main­te­nant, il nous reste main­te­nant à gar­der les pieds sur terre et al­ler de l’avant sa­chant que plu­sieurs autres dé­fis at­tendent notre équipe. L’es­pé­rance est bien par­tie pour al­ler au bout de ses am­bi­tions, nos joueurs n’ont pas d »ex­cuses à faire pré­va­loir au cas où… ». C’est un peu l’im­pres­sion ma­ni­fes­tée par tous les pré­sents tout comme par Kaïes Ya­cou­bi l’en­traî­neur du Club Afri­cain qui, en vé­ri­table pro­fes­sion­nel, a re­con­nu sans am­bages la su­pé­rio­ri­té de l’ad­ver­saire «sang et or» au­quel il a pré­sen­té toutes ses fé­li­ci­ta­tions. Force men­tale, es­prit de groupe

et ap­pli­ca­tion A l’es­pé­rance ST, ce n’est pas la vic­toire en elle-même qui est à re­te­nir mais le pro­fes­sion­na­lisme de son staff tech­nique qui a veillé sur une pré­pa­ra­tion ron­de­ment et in­tel­li­gem­ment gé­rée par­ve­nant à faire d’eux des joueurs de­ve­nus par la force des choses to­ta­le­ment confiants en leurs moyens. A l’ins­tar d’un Ta­ha Khé­nis­si au­teur de quatre par­mi les cinq buts réa­li­sés par son équipe, un Ta­ha Khé­nis­si qui est sou­vent par­ve­nu à dé­blo­quer la voie de la vic­toire à ses co-équi­piers au mo­ment qu’il faut. Sans pour au­tant né­gli­ger l’ap­port de ces der­niers dont un cer­tain Chaa­la­li de­ve­nu la plaque tour­nante de l’équipe. Voi­là un joueur qui a fait d’énormes pro­grès et dire qu’on a failli le «bra­der» à titre de prêt. L’es­pé­rance ST c’est éga­le­ment cette équipe qui a pra­ti­qué un foot­ball simple fait de passes courtes et de tri­an­gu­la­tions, une Es­pé­rance ST qui a re­trou­vé cette qua­li­té de la gagne et dé­ci­dée à al­ler en­core de l’avant. Moïne Chaa­ba­ni en est plus que convain­cu quand il nous a dé­cla­ré quelques heures après le match : « Pour une fois, notre vic­toire dans un match aus­si im­por­tant n’a été contes­tée par qui­conque. Elle a été l’oeuvre d’une équipe bien pré­pa­rée pour un der­by qui né­ces­si­tait une prise de conscience gé­né­rale, une so­li­da­ri­té de tous les ins­tants et une force men­tale à toutes épreuves. Ce sacre en coupe est ve­nu à la veille d’une sai­son pleine de pa­ris à ga­gner et nos joueurs doivent res­ter les pieds sur terre et conti­nuer une con­cen­tra­tion de tous les ins­tants ». Une page est tour­née, une autre s’ouvre bien­tôt avec pour ob­jec­tif d’être à la hau­teur des sa­cri­fices consen­tis pour do­ter l’équipe d’un groupe de joueurs en me­sure d’al­ler vers la conquête d’autres sacres dont cette ligue afri­caine qui lui échappe de­puis l’an 2011. Ren­dez-vous donc à par­tir de de­main, date de la re­prise des en­traî­ne­ments après les trois jours de re­pos bien mé­ri­té ac­cor­dés à tout le groupe. Ra­fik BEN ARFA

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.