« J’ai été un mau­vais élève qui dé­ran­geait ses en­sei­gnants !»

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture - Ka­mel BOUAOUINA

Fé­rid Cha­makh est un hu­mo­riste d’ori­gine magh­ré­bine. Il a car­ton­né au fes­ti­val ‘’Juste pour rire’’ à Ham­ma­met avec son hu­mour ha­bi­tuel où il ra­conte son par­cours aty­pique, avec cette ten­dance à se re­trou­ver là où il ne de­vrait pas être. Des rires, de la danse et de la bonne hu­meur au me­nu. Fé­rid a par­ta­gé avec le pu­blic des anec­dotes à ma­jo­ri­té ins­pi­rées de sa vie. Af­fable et dé­con­trac­té, il s’est confié à notre col­la­bo­ra­teur.

Le Temps : Tout d’abord com­ment ex­pli­quez­vous ce pas­sage de Saint Etienne à Pa­ris ? Fé­rid Cha­mekh : Je suis ori­gi­naire de Sainte­tienne, dan­seur ca­poe­riste à la base. J’ai dé­cou­vert le théâtre au Centre dra­ma­tique de Saint-etienne. Par la suite, je suis mon­té à Pa­ris pour faire de la bla­gou­nette sur scène, et ça marche plu­tôt bien. Etiez- vous des­ti­né à l’hu­mour ? Oui, puisque j’ai été tur­bu­lent dans ma classe, un mau­vais élève qui dé­ran­geait ses en­sei­gnants. Je n’étais pas des­ti­né à l’en­sei­gne­ment d’au­tant plus que mon prof de fran­çais m’a in­ci­té à choi­sir d’autres che­mins no­tam­ment le théâtre. J’ai pris des cours sous forme d’ate­liers, c’est là que j’ai com­men­cé à pra­ti­quer l’im­pro­vi­sa­tion théâ­trale. En­suite, j’ai in­té­gré une troupe de théâtre d’hu­mour, di­ri­gée par Marc Feuillet à la MJC de Beau­lieu. Ça a du­ré quatre ans jus­qu’à mon dé­part pour la ca­pi­tale en 2007. J’ai alors com­men­cé à écrire mes propres textes et à les jouer seul sur scène. Quels sont les hu­mo­ristes que vous avez ad­mi­rés à l’époque ? J’ai une ad­mi­ra­tion pour Elie Ka­kou, Jim Car­rey ou Mi­chel Cour­te­manche, car le stand up j’aime ça ! Je suis éga­le­ment un fervent ad­mi­ra­teur de Bus­ter Kea­ton, d’ed­die Mur­phy, Ch­ris Rock, Katt Williams et Ke­vin Hart. Quelles sont vos sources d’ins­pi­ra­tion ? Mon quo­ti­dien, mon vé­cu, l’ac­tua­li­té politique, mon en­tou­rage…tout ce­la m’ins­pire. Là où je vois une si­tua­tion ba­nale ou même triste j'es­saye de trou­ver l'angle drôle. Vous avez car­ton­né avec votre pièce « Cous­cous aux lar­dons » de Fé­rid Om­ri ?

Cette pièce a connu un grand suc­cès. C'est une co­mé­die sur le ma­riage mixte qui s’est jouée à gui­chets fer­més… seize fois par se­maine. Hu­mo­riste en pleine as­cen­sion, vous avez in­té­gré la troupe ‘’Ja­mel Co­me­dy club’’ en 2014... Com­ment cette ren­contre s’est-elle pas­sée ?

Ja­mel Co­me­dy Club est une émis­sion de té­lé­vi­sion heb­do­ma­daire de 26 mi­nutes créée, pro­duite et pré­sen­tée par Ja­mel Deb­bouze , dif­fu­sée en clair sur la chaîne Ca­nal+ tous les sa­me­dis. Elle est di­ri­gée par Jean Mi­chel Joyeaux qui sé­lec­tionne les ar­tistes pour don­ner la chance aux no­vices. Vous pou­vez être choi­si pour par­ti­ci­per à l'émis­sion ou autre. Pou­vez-vous nous en dire plus sur votre der­nier spec­tacle à Ham­ma­met ? C’est un peu mon par­cours car je suis pas­sé par pas mal d’en­droits aty­piques. J’évoque aus­si mes ori­gines, mon en­tou­rage et aus­si l’ac­tua­li­té, le cli­mat so­cial… J’ai abor­dé des su­jets d’ac­tua­li­té brû­lante, tels que le ra­cisme, la stig­ma­ti­sa­tion de cer­taines com­mu­nau­tés à l'étran­ger et le ter­ro­risme, le tout mê­lé de beau­coup d'hu­mour. Je ra­conte un peu ça, le tout sau­pou­dré de danses et de mi­miques. J’ai es­sayé de com­mu­ni­quer avec le pu­blic tu­ni­sien. C’était su­per ! Pen­sez-vous que la Tu­ni­sie est un vi­vier au ni­veau des co­miques ?

Je par­tage cette idée. La Tu­ni­sie est un vi­vier de gens ta­len­tueux dans tous les do­maines ar­tis­tiques, par­ti­cu­liè­re­ment dans l’hu­mour. Je cite entre autres Ni­dhal Saa­di et Lot­fi Ab­del­li, deux vrais ar­tistes qui car­tonnent en Tu­ni­sie.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.