Les der­nières armes chi­miques ex­pé­diées vers l'eu­rope

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Li­bye

La Li­bye a ex­pé­dié vers l’eu­rope ses der­nières armes chi­miques, s’as­su­rant ain­si qu’elles ne puissent tom­ber entre les mains de groupes ex­tré­mistes ac­tifs dans ce pays ron­gé par l’in­sta­bi­li­té et la vio­lence. Sous la su­per­vi­sion de L’ONU, un na­vire da­nois a quit­té sa­me­di le port de Mis­ra­ta, à 200 km à l’est de Tri­po­li, pour trans­por­ter les stocks d’armes chi­miques vers l’al­le­magne, ont an­non­cé hier des res­pon­sables.

Cette opé­ra­tion in­ter­vient au terme d’un pro­ces­sus en­ga­gé par le gou­ver­ne­ment li­byen d’union na­tio­nale (GNA), ap­puyé par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale. Il avait de­man­dé l’aide in­ter­na­tio­nale pour en fi­nir avec la me­nace que fai­sait pe­ser la pré­sence de telles armes hé­ri­tées du ré­gime de l’ex-dic­ta­teur Mouam­mar Kadha­fi. Le GNA crai­gnait qu’elles ne tombent entre les mains du groupe Etat is­la­mique (EI), pré­sent dans le pays de­puis 2015. Ces ji­ha­distes sont ce­pen­dant en train d’être dé­faits dans leur bas­tion de Syrte, presque to­ta­le­ment re­pris par les forces pro­gou­ver­ne­men­tales. «Nous ne vou­lions pas de ces armes, par­ti­cu­liè­re­ment dans la si­tua­tion sé­cu­ri­taire ac­tuelle mais éga­le­ment en rai­son de la pré­sence de L’EI dans la ré­gion» où elles étaient sto­ckées, à 200 km au sud de Syrte, a pré­ci­sé un haut res­pon­sable de la sé­cu­ri­té à Mis­ra­ta. «Toutes les armes chi­miques ont été ex­pé­diées hors du pays», a confir­mé à L’AFP l’un des vice-pre­mier mi­nistres du GNA Mous­sa el­ko­ni.

«Il s’agit d’en­vi­ron 500 tonnes de pro­duits chi­miques toxiques qui se­ront dé­truits à Muns­ter en Al­le­magne» par une so­cié­té ayant dé­jà dé­truit des stocks du ré­gime sy­rien, a dé­cla­ré pour sa part le porte-pa­role du mi­nis­tère al­le­mand de la Dé­fense. Ces pro­duits chi­miques, qui «peuvent être uti­li­sés pour pro­duire des gaz toxiques ou des agents de com­bat (...) doivent ar­ri­ver en Al­le­magne dans les se­maines pro­chaines», a-t-il ajou­té. Le gou­ver­ne­ment da­nois avait of­fert mi-août ses ser­vices pour trans­por­ter cet ar­se­nal en co­or­di­na­tion avec l’or­ga­ni­sa­tion de L’ONU pour l’in­ter­dic­tion des armes chi­miques (OIAC), afin qu’il soit dé­truit dans un autre pays plu­tôt qu’il ne tombe dans les mains d’ex­tré­mistes. Le gou­ver­ne­ment scan­di­nave «ne peut (pour l’heure) ni confir­mer ni nier» les in­for­ma­tions li­byennes, a tou­te­fois in­di­qué un porte-pa­role du mi­nis­tère des Af­faires étran­gères.

Le 22 juillet, le Conseil de sé­cu­ri­té de L’ONU avait adop­té une ré­so­lu­tion vi­sant à ai­der le GNA à se dé­bar­ras­ser de cette me­nace chi­mique. La Li­bye a re­joint L’OIAC en 2004, lorsque le co­lo­nel Kadha­fi, sou­cieux de se rap­pro­cher de l’oc­ci­dent, avait pro­mis de dé­truire ses stocks de gaz mou­tarde, arme uti­li­sée sur­tout pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale. Se­lon L’OIAC, 55% des stocks de gaz mou­tarde de la Li­bye ont dé­jà été éli­mi­nés et les mu­ni­tions sus­cep­tibles d’être uti­li­sées comme vec­teurs ont été dé­truites. L’or­ga­ni­sa­tion dé­fi­nit comme «armes chi­miques» non seule­ment celles dé­jà consti­tuées mais aus­si les sub­stances toxiques des­ti­nées à être uti­li­sées dans ces armes. Leur dis­pa­ri­tion «est une bonne nou­velle pour la Li­bye, la paix (dans ce pays) et nous re­mer­cions tous les pays qui ont par­ti­ci­pé» à l’opé­ra­tion, a dé­cla­ré M. Ko­ni. Le GNA ob­tient ain­si sa­tis­fac­tion alors qu’il peine à as­seoir son au­to­ri­té sur tout le pays de­puis sa for­ma­tion au prin­temps. Le Pre­mier mi­nistre Fayez al-sar­raj n’a ain­si pas réus­si jus­qu’à pré­sent à faire ap­prou­ver le gou­ver­ne­ment d’union par le Par­le­ment ba­sé dans l’est du pays, qui sou­tient un gou­ver­ne­ment pa­ral­lèle. Ex­pri­mant le sou­tien de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale, le pré­sident fran­çais Fran­çois Hol­lande a an­non­cé mar­di avoir in­vi­té M. Sar­raj à Pa­ris «dans les pro­chains jours».

D’ici là, le Pre­mier mi­nistre pour­rait avoir ren­for­cé sa po­si­tion avec la vic­toire des forces pro­gou­ver­ne­men­tales à Syrte contre L’EI.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.