Près de 2 mil­liards de di­nars de pertes en 2015/2016

• L’UTAP ap­pelle à des me­sures spé­ciales en fa­veur des agri­cul­teurs • Mou­ton de l’aïd : l’offre dé­passe la de­mande

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­lah BEN HA­MA­DI

L’UTAP ap­pelle à des me­sures spé­ciales en fa­veur des agri­cul­teurs Mou­ton de l’aïd : l’offre dé­passe la de­mande

Lors d'un point de presse te­nu hier, le pré­sident de l'union tu­ni­sienne de l'agriculture et de la pêche, Ab­del­ma­jid Zar, a confir­mé de nou­veau que l'offre en ma­tière de mou­tons de l'aïd dé­passe la de­mande, si­gna­lant que l'offre com­porte un mil­lion 133 mille têtes alors que la de­mande se si­tue aux alen­tours de 930 mille.

Lors d’un point de presse te­nu hier, le pré­sident de l’union tu­ni­sienne de l’agriculture et de la pêche, Ab­del­ma­jid Zar, a confir­mé de nou­veau que l’offre en ma­tière de mou­tons de l’aïd dé­passe la de­mande, si­gna­lant que l’offre com­porte un mil­lion 133 mille têtes alors que la de­mande se si­tue aux alen­tours de 930 mille. Il a in­di­qué qu’il existe, aus­si, dans l’offre, 300 mille têtes en­trées illé­ga­le­ment par contre­bande de Li­bye et d’al­gé­rie. Il a évo­qué aus­si un re­cul dans la pro­duc­tion des four­rages et une aug­men­ta­tion des coûts de pro­duc­tion au ni­veau du sec­teur agri­cole en gé­né­ral, ce qui pour­rait pous­ser à aug­men­ter les prix des mou­tons dans les points de vente libres, car les prix dans les points de vente or­ga­ni­sés ont été fixés entre 10 di­nars et 11 di­nars le ki­lo se­lon le poids du mou­ton. Le point de presse a été consa­cré no­tam­ment à la pré­sen­ta­tion des dif­fi­cul­tés et des pro­blèmes que ren­contrent les agri­cul­teurs et le sec­teur agri­cole en gé­né­ral, en ce mo­ment en par­ti­cu­lier, à cause de la sè­che­resse qui sé­vit de­puis deux ans, et d’autres fac­teurs, nom­breux et di­vers, que le pré­sident de L’UTAP a at­tri­bués à l’ab­sence d’une stra­té­gie et d’une vi­sion à long terme qui re­donne à l’agriculture l’im­por­tance qu’elle mé­rite compte te­nu de sa place éco­no­mique et so­ciale en Tu­ni­sie et lui as­sure tous les moyens lui per­met­tant de contri­buer de fa­çon plus ef­fi­cace au dé­ve­lop­pe­ment et à la créa­tion des ri­chesses. Il a de­man­dé à cette oc­ca­sion, du nou­veau gou­ver­ne­ment l’adop­tion de me­sures spé­ciales en fa­veur des agri­cul­teurs et de l’agriculture dans le cadre de la nou­velle loi des fi­nances afin de sur­mon­ter ces dif­fi­cul­tés et ces pro­blèmes. Il a si­gna­lé le re­cul im­por­tant en­re­gis­tré dans la pro­duc­tion de l’olive et de l’huile d’olive, et dans la pro­duc­tion des cé­réales, à cause de la sé­che­resse, ain­si que ses re­tom­bées sur la baisse des quan­ti­tés d’eaux sto­ckées dans les bar­rages et la cou­pure des eaux d’ir­ri­ga­tion dans des pé­ri­mètres ir­ri­gués, ce qui pour­rait avoir des in­ci­dences sur la pro­duc­tion des pri­meurs no­tam­ment dans la ré­gion du Sa­hel, si la si­tua­tion per­dure.

Se ré­fé­rant aux chiffres of­fi­ciels du mi­nis­tère de l’agriculture et des grou­pe­ments agri­coles in­ter­pro­fes­sion­nels, le pré­sident de L’UTAP a no­té que les pertes en­re­gis­trées par le sec­teur agri­cole ont at­teint près de 2 mil­liards de di­nars et plus exac­te­ment 1994 mil­lions di­nars du­rant la sai­son 2015/2016.

Or, a-t-il ajou­té, les agri­cul­teurs ne mé­nagent au­cun ef­fort pour rem­plir au mieux le rôle qui leur est dé­vo­lu et as­su­rer une pro­duc­tion agri­cole abon­dante et de bonne qua­li­té, et ar­rivent à réa­li­ser des per­for­mances lorsque les condi­tions sont pro­pices, comme l’illus­trent les ex­cé­dents de pro­duc­tion en­re­gis­trés dans plu­sieurs sec­teurs à l’ins­tar de ceux du lait et des viandes, mais ils ne sont pas res­pon­sables des pro­blèmes d’après la pro­duc­tion, comme les pro­blèmes liés à la com­mer­cia­li­sa­tion et à la trans­for­ma­tion de la pro­duc­tion agri­cole, outre les pertes oc­ca­sion­nées par la des­truc­tion de la pro­duc­tion pour di­verses rai­sons, comme celle du lait qui n’est pas ac­cep­té par les centres de col­lectes et les cen­trales lai­tières. Ces pertes gé­né­rées par les des­truc­tions si­gna­lées de la pro­duc­tion agri­cole at­teignent plus de 5 mil­lions tonnes par an, d’une va­leur de l’ordre de 35 mil­lions di­nars, a dit le pré­sident de L’UTAP qui a af­fir­mé que les sub­ven­tions ac­cor­dées par l’etat au pro­fit de l’agriculture ne pro­fitent pas, non plus, aux agri­cul­teurs, à l’ins­tar des sub­ven­tions consa­crées au lait qui vont aux centres de col­lectes et aux cen­trales lai­tières uni­que­ment.

Evo­quant l’en­det­te­ment du sec­teur agri­cole, il a in­di­qué que le mon­tant des in­té­rêts est le double du prin­ci­pal de la dette, ré­cla­mant l’an­nu­la­tion des in­té­rêts cu­mu­lés sur les prêts dont le mon­tant est su­pé­rieur à 5000 di­nars, sa­chant qu’une dé­ci­sion avait été prise pour l’an­nu­la­tion des prêts d’un mon­tant égal ou in­fé­rieur à 5000 di­nars.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.