Quelles so­lu­tions pour faire face à la di­sette de pro­duc­tion ? « Le taux de pro­duc­tion est à zé­ro et l’af­faire de la CPG est pa­ra­ly­sée, en at­ten­dant une réu­nion of­fi­cielle entre les de­man­deurs d’em­ploi et les res­pon­sables de la com­pa­gnie, ain­si qu’une in

Le Temps (Tunisia) - - Économie & Finances - Khou­loud AMRAOUI

• Ali Ouech­ta­ti, char­gé de la com­mu­ni­ca­tion à la CPG au Temps :

L’in­dice de la pro­duc­tion in­dus­trielle au titre du pre­mier se­mestre 2016 ré­cem­ment pu­blié par l’ins­ti­tut Na­tio­nal de la Sta­tis­tique (INS) fait état d’une amé­lio­ra­tion de la pro­duc­tion du phos­phate brute pas­sant de 1868.6 mille tonnes au cours du pre­mier se­mestre de 2016 à 965.8 mille tonnes au cours de la même pé­riode de l’an­née 2015.

Tou­te­fois, et avec le re­tour des ten­sions so­ciales au bas­sin mi­nier, la pro­duc­tion du phos­phate est à l’ar­rêt. L’on parle d’un mar­di noir à Gaf­sa. Une nou­velle vague de pro­tes­ta­tion s’est dé­clen­chée à Md­hi­la de­puis le lun­di der­nier, qui se pour­suit jus­qu’au­jourd’hui. Sur ce, les opé­ra­tions d’ap­pro­vi­sion­ne­ment des usines du Groupe Chi­mique Tu­ni­sien (GCT) ont été par consé­quent blo­quées. « Ac­tuel­le­ment, le taux de pro­duc­tion est à zé­ro et l’af­faire de la CPG est pa­ra­ly­sée, en at­ten­dant une réu­nion entre les de­man­deurs d’em­plois et les res­pon­sables de la com­pa­gnie, ain­si qu’une in­ter­ven­tion du mi­nis­tère de l’éner­gie et des mines », nous dé­clare Ali Ouech­te­ti, char­gé de la com­mu­ni­ca­tion à la CPG. Ali Ouech­ta­ti a ajou­té que les di­plô­més sans-em­ploi ob­servent jus­qu’à main­te­nant le sit-in dans plu­sieurs sites de pro­duc­tion de phos­phate et au ni­veau de la gare, ce qui a conduit au blo­cage des cir­cuits de dis­tri­bu­tion à Met­laoui. « Nul ne peut nier que le chô­mage dans cette ré­gion comme ce­lui de à Met­laoui est de­ve­nu un pro­blème en­dé­mique, en contre par­tie, l’etat et la com­pa­gnie CPG ne sup­portent plus. Il faut être conscient de la si­tua­tion ac­tuelle », pré­ci­set-il. Se­lon l’agence TAP, le di­rec­teur gé­né­ral ad­joint de la com­pa­gnie de Phos­phate Gaf­sa, a af­fir­mé que l’ar­rêt de trans­port du phos­phate aux usines du GCT a un im­pact né­ga­tif sur les ac­ti­vi­tés des sec­teurs du phos­phate et des en­grais. De même, il a mis l’ac­cent sur l’im­por­tance des usines de Met­laoui dans l’ap­pro­vi­sion­ne­ment de la com­pa­gnie de phos­phate de Gaf­sa. Rap­pe­lons que le nou­veau chef du Gou­ver­ne­ment, Yous­sef Cha­hed a te­nu der­niè­re­ment une réu­nion consa­crée au dos­sier du phos­phate dans le bas­sin mi­nier en pré­sence de la mi­nistre de l’éner­gie et des Mines, Hé­la Chei­kh­rou­hou afin de trou­ver des so­lu­tions qui peuvent ex­tir­per la Com­pa­gnie de cette crise en­com­brante. La si­tua­tion du sec­teur du phos­phate ne cesse de se dé­gra­der : un sec­teur qui re­pré­sente le socle dy­na­mique de l’éco­no­mie na­tio­nale. Tou­te­fois, il est es­sen­tiel de trou­ver un com­pro­mis entre le gou­ver­ne­ment et le syn­di­cat de la com­pa­gnie CGT afin de ré­soudre ce pro­blème d’une ma­nière dé­fi­ni­tive et mettre fin à ses ten­sions.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.