Trois pe­tits tours et puis s’en vont

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture - Mo­na BEN GAMRA

Trois soi­rées phares pour le pac­tole de trois cent mille di­nars et une pro­gram­ma­tion dé­ci­dée « en trois jours » (sic). L’idée, pa­raît-il, était tout juste de faire de la pré­sence sur la scène cultu­relle et par là-même ba­layer d’un re­vers de main toutes les in­ten­tions ‘’mal­veillantes’’ lor­gnant la fes­ti­vi­té… On au­rait au pas­sage, fait triom­pher la po­li­tique du ‘’pous­se­toi’’ pour que je m’y mette…

Quoi qu’il en soit ‘’Ta­bar­ka jazz fes­ti­val’’ est de re­tour mais c’est par la pe­tite porte qu’il fait son en­trée.

Le fes­ti­val a, pour­tant, tou­jours fait fi­gure de vé­ri­table évé­ne­ment cultu­rel. De­puis 1973 la ba­si­lique de la ville du nord –ouest tu­ni­sien a convié de grands ar­tistes de la trempe de Mi­riam Ma­ke­ba, Billy Paul, Cé­sa­ri­sa Evo­ra, Claude Nou­ga­ro, Léo Fer­ré, Miles Da­vis et Diz­zy Gilles­pie. C’était du temps d’un « night in Tu­ni­sia » qui fai­sait la gloire d’un pays et la no­to­rié­té d’une sta­tion bal­néaire qui avait pour de­vise son cé­lèbre slo­gan: “Je ne veux pas bron­zer idiot”. Ce fes­ti­val my­thique a connu de nom­breuses per­tur­ba­tions

du­rant les der­nières an­nées. Ma­gouilles, ma­ni­gances et ma­ni­pu­la­tion et leur co­rol­laire de conflit d’in­té­rêts ont fi­na­le­ment eu rai­son du très at­ten­du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du jazz de Ta­bar­ka, qui de­puis 2006 a vu son sort os­cil­ler entre an­nu­la­tions et re­ports. Un co­mi­té se sub­sti­tue à un autre et la dé­ci­sion des au­to­ri­tés gou­ver­ne­men­tales a tar­dé à ve­nir pour tran­cher dans une si­tua­tion qui tend à de­ve­nir ri­di­cule. Ces per­tur­ba­tions n’ont pas été sans désap­poin­ter aus­si bien les mi­lieux ar­tis­tiques que bon nombre de pas­sion­nés et autres ama­teurs du jazz qui n’ar­rivent tou­jours pas à com­prendre les rai­sons de tels contre­temps in­tem­pes­tifs.

Le fes­ti­val se tient cette an­née du 1er au 3 sep­tembre, comme à son ac­cou­tu­mée, à la ba­si­lique de la ville. Il est di­ri­gé par Mo­ha­med Na­bil Ben Ab­dal­lah, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion ré­gio­nale de l’hô­tel­le­rie au nord-ouest. Lors de la confé­rence de presse te­nue der­niè­re­ment an­non­çant le pro­gramme 2016 de la ma­ni­fes­ta­tion, Ben Ab­dal­lah a nié tout dé­pas­se­ment lors de la pré­cé­dente édi­tion. Mieux en­core, il a an­non­cé que tous les états fi­nan­ciers se­ront pu­bliés sous peu. Que Nen­ni ! La reine du jazz mé­rite mieux qu’un simple ap­pel à la trans­pa­rence.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.