La pa­tiente dans le co­ma et l’équipe mé­di­cale poin­tée du doigt

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Société -

La cé­sa­rienne en cours de tra­vail peut être dé­ci­dée car on es­time que le bé­bé ne va pas bien, et qu’il faut le faire naître le plus ra­pi­de­ment pos­sible. ou que la mère ne sup­porte pas un ac­cou­che­ment nor­mal. Des ac­ci­dents peuvent ce­pen­dant ar­ri­ver et qui ne sont pas tous dus à une er­reur mé­di­cale. C’est le cas dans la pré­sente af­faire où une pa­tiente qui ac­cou­ché der­niè­re­ment sous cé­sa­rienne, à l’hô­pi­tal de Bi­zerte, est tom­bée dans le co­ma et ne s’est pas en­core ré­veillée. Sa fa­mille ac­cuse l’équipe mé­di­cale d’avoir mal fait son tra­vail.

Elle est ac­tuel­le­ment dans le bloc de ré­ani­ma­tion, et sa fa­mille a de­man­dé des comptes à l’hô­pi­tal. Le mé­de­cin chef du ser­vice ma­ter­ni­té doit rendre compte par un rap­port dans le­quel il étaye­ra les causes qui ont abou­ti à cet ac­ci­dent, et d’ores et dé­jà il af­firme qu’il n’y a pas d’er­reur mé­di­cale et que les choses évo­luent dans le bon sens concer­nant la pa­tiente dont l’état est en train de s’amé­lio­rer.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.