Yous­sef Cha­hed sur la bonne voie, mais ce n’est qu’un dé­but…

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Nou­red­dine HLAOUI

Dès sa prise de fonc­tion en tant que nou­veau chef du gou­ver­ne­ment d'union na­tio­nale, Yous­sef Cha­hed s'est trou­vé confron­té à des si­tua­tions dra­ma­tiques tou­chant, de sur­croît, les sec­teurs ré­per­to­riées comme étant prio­ri­taires par l'ac­cord de Car­thage, à sa­voir la lutte contre le ter­ro­risme , le manque de dé­ve­lop­pe­ment ré­gio­nal, plus par­ti­cu­liè­re­ment dans les zones dé­fa­vo­ri­sées et re­cu­lées. Et toutes ces tra­gé­dies ont eu lieu à Kas­se­rine, une ré­gion, par na­ture, très chaude et de la quelle ont éma­né plu­sieurs étin­celles ayant fait em­bra­ser le cli­mat so­cial. Et on avait écrit, sur ces mêmes co­lonnes, qu'in­vo­lon­tai­re­ment, M. Cha­hed a eu, avant même son ar­ri­vée au Pa­lais de La Kas­bah, à pas­ser son pre­mier test gran­deur na­ture. Et pour un pre­mier test, il a eu à pas­ser un vé­ri­table exa­men. Qu'on en juge : Deux at­taques ter­ro­ristes consé­cu­tives en l'es­pace de 48 heures, sui­vies d'un ter­rible ac­ci­dent ayant fait plu­sieurs vic­times entre morts et bles­sés.

Dès sa prise de fonc­tion en tant que nou­veau chef du gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale, Yous­sef Cha­hed s’est trou­vé confron­té à des si­tua­tions dra­ma­tiques tou­chant, de sur­croît, les sec­teurs ré­per­to­riées comme étant prio­ri­taires par l’ac­cord de Car­thage, à sa­voir la lutte contre le ter­ro­risme , le manque de dé­ve­lop­pe­ment ré­gio­nal, plus par­ti­cu­liè­re­ment dans les zones dé­fa­vo­ri­sées et re­cu­lées.

Et toutes ces tra­gé­dies ont eu lieu à Kas­se­rine, une ré­gion, par na­ture, très chaude et de la quelle ont éma­né plu­sieurs étin­celles ayant fait em­bra­ser le cli­mat so­cial. Et on avait écrit, sur ces mêmes co­lonnes, qu’in­vo­lon­tai­re­ment, M. Cha­hed a eu, avant même son ar­ri­vée au Pa­lais de La Kas­bah, à pas­ser son pre­mier test gran­deur na­ture.

Et pour un pre­mier test, il a eu à pas­ser un vé­ri­table exa­men. Qu’on en juge : Deux at­taques ter­ro­ristes consé­cu­tives en l’es­pace de 48 heures, sui­vies d’un ter­rible ac­ci­dent ayant fait plu­sieurs vic­times entre morts et bles­sés. On at­ten­dait avec grande cu­rio­si­té la ré­ac­tion de l’équipe gou­ver­ne­men­tale et son at­ti­tude dans la ges­tion de ces ca­tas­trophes. Après une cer­taine len­teur, due pro­ba­ble­ment à l’hé­bé­tude et à la puis­sance du choc ayant sui­vi les drames, Yous­sef Cha­hed et ses « co-équi­piers » ont su ré­agir avec promp­ti­tude et ef­fi­ca­ci­té. Tout d’abord, ac­com­pa­gné des trois mi­nistres de la Dé­fense, de la San­té et du Trans­port, le chef du gou­ver­ne­ment, s’est ren­du à Kas­se­rine et s’est ré­par­ti les tâches avec eux. Cha­cun s’oc­cu­pant de l’état des lieux con­cer­nant son sec­teur.

Mais c’est la si­tua­tion des bles­sés dans l’hô­pi­tal ré­gio­nal de Kas­se­rine qui a re­te­nu, le plus, l’at­ten­tion de l’opi­nion pu­blique, plus pré­ci­sé­ment, à tra­vers les ré­seaux so­ciaux. Et là, Yous­sef Cha­hed a pris le « beau risque », de s’en­ga­ger à faire en­ta­mer la concré­ti­sa­tion des dé­ci­sions et autres me­sures an­non­cées dans les vingt quatre heures.

Il avait don­né des ins­truc­tions fermes à la mi­nistre de la San­té Sa­mi­ra Me­raî pour do­ter, im­mé­dia­te­ment et dans la jour­née d’hier ven­dre­di, l’hô­pi­tal ré­gio­nal de Kas­se­rine de tout le ma­té­riel né­ces­saire à son fonc­tion­ne­ment. Il a, éga­le­ment, or­don­né que des mé­de­cins spé­cia­listes soient af­fec­tés dans cet éta­blis­se­ment dans les plus brefs dé­lais.

Il a, éga­le­ment, pro­mis une ini­tia­tive à Gaf­sa pour désa­mor­cer les cli­vages qui règnent dans le Bas­sin minier

En ef­fet, ap­pli­quant l’adage « chose pro­mise, chose due », Yous­sef Cha­hed a tout mis en oeuvre pour que le ma­té­riel, les équi­pe­ments et le per­son­nel hu­main ar­rive, dans la jour­née d’hier même, sur place à l’hô­pi­tal de Kas­se­rine. Et c’est toute une équipe du mi­nis­tère de la San­té qui s’est ren­due, en fin d’après­mi­di, à Kas­se­rine avec, no­tam­ment, deux am­bu­lances, des mé­di­ca­ments, des four­ni­tures et bien d’autres équi­pe­ments.

Si­mul­ta­né­ment à cette cé­lé­ri­té de la part de la mi­nistre de la San­té, le chef du gou­ver­ne­ment a te­nu une im­por­tante réunion avec le se­cré­taire d’etat à l’ener­gie et d’autres hauts res­pon­sables du sec­teur pour dis­cu­ter de la si­tua­tion dans le Bas­sin minier afin de re­cher­cher les so­lu­tions adé­quates dans cette zone sen­sible. Il faut dire que l’évo­lu­tion des évé­ne­ments dans cette ré­gion est pré­oc­cu­pante suite à la ces­sa­tion de pro­duc­tion au sein du Groupe chi­mique et le blo­cage à la Com­pa­gnie de Phos­phate Gaf­sa (CPG). Or, au mo­ment où le gou­ver­ne­ment se trouve en « plein tra­vail », cer­tains po­li­ti­ciens conti­nuent à lan­cer les dé­cla­ra­tions pu­bliques je­tant des pa­vés dans la mare et fai­sant preuve de manque fla­grant de ma­tu­ri­té po­li­tique, par­ti­cu­liè­re­ment en ces mo­ments dé­li­cats né­ces­si­tant, plu­tôt, so­li­da­ri­té, sa­gesse et re­te­nue, sur­tout au ni­veau du lan­ce­ment d’idées in­op­por­tunes, qu’il au­rait mieux va­lu qu’elles soient sug­gé­rées lors des réunions en cercles fer­més. A ce pro­pos, on men­tion­ne­ra que le chef du bloc par­le­men­taire de Ni­daa Tou­nès, So­fiène Tou­bel pro­pose l’oc­troi de 20% des re­ve­nus pro­ve­nant des re­cettes des phos­phates aux Gaf­siens. «L’etat doit as­su­rer le dé­ve­lop­pe­ment dans la ré­gion de Gaf­sa en lui at­tri­buant une par­tie des re­ve­nues du phos­phate pour as­su­rer son dé­ve­lop­pe­ment, comme le re­com­mande une par­tie de la so­cié­té ci­vile », a-t-il ex­pli­ci­té en sub­stance. Il est à no­ter que le pré­sident du mou­ve­ment En­nahd­ha, Ra­ched Ghan­nou­chi, avait abon­dé dans le même sens, le sa­me­di 27 août 2016 à Ra­dio Gaf­sa, en in­di­quant que le gou­ver­ne­ment de­vra en­tre­prendre des né­go­cia­tions avec les ha­bi­tants de Gaf­sa, et faire en sorte qu’une par­tie des re­ve­nus du phos­phate soit dé­diée à la ré­gion. Il y a lieu de rap­pe­ler que le même ap­pel avait été lan­cé par l’an­cien pré­sident pro­vi­soire de la Ré­pu­blique Mon­cef Mar­zou­ki, qui avait pro­mis le 21 juin 2012, aux ha­bi­tants de Gaf­sa, que « 20% des re­ve­nus an­nuels du phos­phate se­ront al­loués à la ré­gion afin d’amé­lio­rer l’in­fra­struc­ture et créer de nou­veaux postes d’em­plois ». Mais les pro­blèmes du nou­veau gou­ver­ne­ment ne concernent pas uni­que­ment les ré­gions et les évé­ne­ments conjonc­tu­rels. Le sec­teur de l’en­sei­gne­ment, qui bé­né­fi­cie du plus gros bud­get, sus­cite, aus­si, des in­quié­tudes et des craintes. Re­ve­nant sur les pro­blèmes de fi­nan­ce­ment ren­con­trés par le mi­nis­tère, Né­ji Jel­loul a dé­cla­ré que «97% du bud­get du mi­nis­tère de l’edu­ca­tion est consa­cré au paie­ment des sa­laires » ap­pe­lant à réé­qui­li­brer le bud­get du mi­nis­tère. Le mi­nistre s’est aus­si ex­pri­mé sur les grèves ob­ser­vées par le cadre en­sei­gnant af­fir­mant qu’il croit à l’im­por­tance d’amé­lio­rer le ni­veau de vie des en­sei­gnants, mais rap­pelle que le pays passe par une crise éco­no­mique par­ti­cu­lière et qu’il y a des bud­gets à res­pec­ter et des équi­libres fi­nan­ciers à prendre en consi­dé­ra­tion. «Ceux qui ré­clament des aug­men­ta­tions doivent at­tendre à ce que je sois tom­bé sur un tré­sor », a-t-il dé­cla­ré sur un ton iro­nique. En tout état de cause, les ob­ser­va­teurs es­timent que la clé pour so­lu­tion­ner une par­tie des pro­blèmes ré­side dans l’ap­pli­ca­tion des lois par tous, ce qui n’est pas en­core le cas. Là aus­si, Yous­sef Cha­hed a pro­mis de re­mé­dier à cette la­cune, mais la tâche s’an­nonce au­tre­ment plus ar­due. Y réus­si­ra t-il ? Dif­fi­cile à pré­dire tel­le­ment le dé­fi pa­raît dé­li­cat dans la me­sure où les ci­toyens ont pris le pli de l’im­pu­ni­té

D’ailleurs, le jour où les ac­ti­vi­tés re­de­viennent nor­males dans cer­taines en­tre­prises en ces­sa­tion de pro­duc­tion dont no­tam­ment celles de la CPG ou en­core de PETROFAC, on pour­ra dire alors que le chef du gou­ver­ne­ment a te­nu ses en­ga­ge­ments et a réus­si son pa­ri.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.