Le Tu­ni­sien et le mou­ton de l’aïd

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Près de 70% des Tu­ni­siens consacrent entre 300 et 500 di­nars à l'ac­qui­si­tion des mou­tons de sa­cri­fice, ré­vèle une en­quête de ter­rain réa­li­sée par l'ins­ti­tut na­tio­nal de consom­ma­tion (INC) au cours du mois de juin 2016. Le di­rec­teur gé­né­ral de L'INC Ta­rek Ben Ja­zia, a sou­li­gné, lors d'un en­tre­tien ac­cor­dé à TAP, hier, que l'en­quête, réa­li­sée sur un échan­tillon re­pré­sen­ta­tif de 2002 per­sonnes sur tout le ter­ri­toire tu­ni­sien, a ré­vé­lé que 38,6% des per­sonnes ques­tion­nées consacrent entre 300 et 400 di­nars et 30,9% entre 400 et 500 di­nars pour l'ac­qui­si­tion des bêtes de sa­cri­fice. 12,1% des Tu­ni­siens consacrent entre 500 et 700 di­nars alors que 1,9% achètent les bêtes de sa­cri­fice pour plus de 700 di­nars.

Près de 70% des Tu­ni­siens consacrent entre 300 et 500 di­nars à l’ac­qui­si­tion des mou­tons de sa­cri­fice, ré­vèle une en­quête de ter­rain réa­li­sée par l’ins­ti­tut na­tio­nal de consom­ma­tion (INC) au cours du mois de juin 2016. Le di­rec­teur gé­né­ral de L’INC Ta­rek Ben Ja­zia, a sou­li­gné, lors d’un en­tre­tien ac­cor­dé à TAP, hier, que l’en­quête, réa­li­sée sur un échan­tillon re­pré­sen­ta­tif de 2002 per­sonnes sur tout le ter­ri­toire tu­ni­sien, a ré­vé­lé que 38,6% des per­sonnes ques­tion­nées consacrent entre 300 et 400 di­nars et 30,9% entre 400 et 500 di­nars pour l’ac­qui­si­tion des bêtes de sa­cri­fice. 12,1% des Tu­ni­siens consacrent entre 500 et 700 di­nars alors que 1,9% achètent les bêtes de sa­cri­fice pour plus de 700 di­nars. Près de 55,4% des en­quê­tés ont sou­li­gné qu’ils achètent le mou­ton à n’im­porte quel prix même s’ils sont éle­vés (no­tam­ment dans les ré­gions du sudest et du sud-ouest) et 32,2% achètent de la viande en cas de prix éle­vés. L’en­quête a en­core re­le­vé que 78,3% des consom­ma­teurs sa­cri­fient un mou­ton dont 92,5% pour des rai­sons re­li­gieuses, 47,6% pour des rai­sons d’ha­bi­tudes, 37,7% pour les en­fants et 33,6% le font pour imi­ter les amis et les voi­sins. L’échan­tillon qui ne sa­cri­fie pas sou­vent un mou­ton (21,7%), l’ex­plique par la hausse des prix. Con­cer­nant les prin­cipes de choix des bêtes de sa­cri­fice, Ben Ja­zia a sou­li­gné que l’en­quête a ré­vé­lé que 47% des consom­ma­teurs ont une bonne idée sur les cri­tères de choix des mou­tons alors que plus de 38% disent ne savent pas que choi­sir. Tou­jours se­lon l’en­quête de L’INC, 46,8% des consom­ma­teurs achètent le mou­ton dans les points de vente (Rah­ba), 37,9% du pro­duc­teur di­rec­te­ment, 3,2% des points de vente or­ga­ni­sés et of­fi­ciels (so­cié­té El­lou­houm). Ben Ja­zia a sou­li­gné dans ce cadre que l’offre des points de vente or­ga­ni­sés reste li­mi­tée ce qui ex­plique la faible de­mande de la part des ache­teurs. Le res­pon­sable a éga­le­ment évo­qué à ce pro­pos l’ap­pa­ri­tion du phé­no­mène d’ac­qui­si­tion des mou­tons dans les grandes sur­faces com­mer­ciales, se­lon 1,1% des en­quê­tés. S’agis­sant des types de mou­tons, 92% des consom­ma­teurs af­firment ache­ter des mou­tons, 12,9% achètent le bar­kous (mou­ton de plus d’un an) et 4,8% sa­cri­fient une chèvre. Ben Ja­zia a rap­pe­lé que cette an­née la fête du sa­cri­fice coïn­cide avec la ren­trée sco­laire ce qui pour­ra consti­tuer un far­deau pour les fa­milles tu­ni­siennes.

Il a, par ailleurs, in­di­qué que l’opé­ra­tion d’ac­qui­si­tion est de­ve­nue pour le tu­ni­sien une ha­bi­tude qui se rap­proche plus de l’obli­ga­tion que de la Sun­na, rap­pe­lant dans ce contexte que 55% des Tu­ni­siens achètent le mou­ton de sa­cri­fice à n’im­porte quel prix. Le re­cours à l’en­det­te­ment pour ache­ter la bête du sa­cri­fice ne man­que­ra pas de creu­ser en­core da­van­tage l’en­det­te­ment des fa­milles qui se prêtent aux dé­penses de la ren­trée sco­laire, a-t-il en­core fait sa­voir.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.