10.000 nou­veaux li­cen­cie­ments

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Tur­quie - Purge post-putsch

La Tur­quie a re­le­vé de leurs fonc­tions près de 10.000 em­ployés dans la sé­cu­ri­té, la jus­tice et l'édu­ca­tion, pour­sui­vant une vaste purge en­ga­gée par le ré­gime du pré­sident Re­cep Tayyip Er­do­gan après le coup d'etat man­qué du 15 juillet. Les au­to­ri­tés turques ont lan­cé une traque im­pla­cable contre les par­ti­sans du pré­di­ca­teur exi­lé aux Etats-unis Fe­thul­lah Gü­len, ac­cu­sé d'avoir or­ches­tré la ten­ta­tive de putsch -- qui a fait plus de 260 morts -- et d'être à la tête d'un "Etat pa­ral­lèle" in­fil­trant les ins­ti­tu­tions d'etat. Se­lon un dé­cret pu­blié hier au jour­nal of­fi­ciel, un to­tal de 7.669 po­li­ciers ont été ren­voyés, ain­si que 323 gen­darmes, char­gés de la sé­cu­ri­té in­té­rieure. Plus de 2.300 per­sonnes tra­vaillant au sein de l'en­sei­gne­ment su­pé­rieur ont éga­le­ment été li­cen­ciées, comme 28.000 autres dé­jà concer­nées au sein de l'edu­ca­tion, dont des mil­liers de pro­fes­seurs. Cette der­nière vague de li­mo­geages a éga­le­ment vu plus de 500 per­sonnes ren­voyées de la di­rec­tion des af­faires re­li­gieuses, d'après le dé­cret. Les nou­velles me­sures ont été an­non­cées quelques heures après que le Pre­mier mi­nistre turc Bi­na­li Yil­di­rim a af­fir­mé, jeu­di soir, que son pays n'amen­de­rait pas sa lé­gis­la­tion an­ti­ter­ro­riste comme l'exige l'union eu­ro­péenne (UE) pour exemp­ter les ci­toyens turcs de vi­sa à l'en­trée dans l'es­pace Schen­gen. "Nous avons dit clai­re­ment à L'UE : dans les condi­tions ac­tuelles, nous ne pou­vons pas amen­der nos lois an­ti­ter­ro­ristes. C'est une ques­tion de vie ou de mort pour nous", a af­fir­mé M. Yil­di­rim à la presse à An­ka­ra à l'is­sue d'un en­tre­tien avec le pré­sident du Par­le­ment eu­ro­péen Mar­tin Schulz, pre­mier res­pon­sable eu­ro­péen de ce rang à se rendre en Tur­quie de­puis le putsch avor­té.

Jeu­di, des cen­taines de pro­cu­reurs et de juges ont été congé­diés dans le cadre de l'en­quête sur les liens de l'ad­mi­nis­tra­tion avec Gü­len, éle­vant le nombre de membres du sys­tème ju­di­ciaire ren­voyés à 3.390, se­lon la chaîne de té­lé­vi­sion turque NTV. Au­pa­ra­vant, le mi­nistre de la Dé­fense, ci­té par les mé­dias turcs, avait an­non­cé la ré­vo­ca­tion de 820 mi­li­taires sup­plé­men­taires -- sans comp­ter les gé­né­raux ou les ami­raux. Au to­tal, plus de 4.000 mi­li­taires ont été re­le­vés de leurs fonc­tions de­puis le putsch man­qué. Des di­zaines de mil­liers de per­son­nels de l'ad­mi­nis­tra­tion ju­di­ciaire, mi­li­taires ou uni­ver­si­taires ain­si que de la po­lice ont été ren­voyés, dé­te­nus ou ar­rê­tés, après avoir été ac­cu­sés d'être liés au mou­ve­ment gü­le­niste ou au coup lui-même. Dans le même temps, la Tur­quie conti­nuait de li­bé­rer cer­tains pri­son­niers pour faire de la place dans les pri­sons aux com­plices pré­su­més de la ten­ta­tive du coup d'etat.

Ven­dre­di, le mi­nistre de la Jus­tice Be­kir Boz­dag a in­di­qué que des di­zaines de mil­liers de pri­son­niers avaient été li­bé­rés de­puis le 15 juillet. "Hier soir (jeu­di), 33.838 dé­te­nus avaient été li­bé­rés", a dé­cla­ré M. Boz­dag lors d'une réunion mi­nis­té­rielle à An­ka­ra, pré­si­dée par le Pre­mier mi­nistre Bi­na­li Yil­di­rim et dif­fu­sée en di­rect à la té­lé­vi­sion. Le 17 août, le mi­nistre avait lui même an­non­cé que 38.000 pri­son­niers condam­nés pour des faits an­té­rieurs au coup d'etat al­laient bé­né­fi­cier d'une me­sure de li­bé­ra­tion an­ti­ci­pée sous contrôle ju­di­ciaire.

Cette me­sure, qui "n'est pas une am­nis­tie", "concerne les crimes com­mis avant le 1er juillet 2016", mais en sont ex­clus les pri­son­niers condam­nés pour actes de ter­ro­risme, at­teintes à la sé­cu­ri­té de l'etat, vio­la­tions de se­crets d'etat, meurtres ou tra­fic de drogue, avait-il pré­ci­sé. Se­lon l'agence pro­gou­ver­ne­men­tale Ana­do­lu, la ca­pa­ci­té to­tale des pri­sons en Tur­quie est d'en­vi­ron 187.000 per­sonnes mais de­puis le coup d'etat, la po­pu­la­tion car­cé­rale a at­teint plus de 200.000 per­sonnes. M. Er­do­gan, qui en­tend dé­bar­ras­ser le pays de ce qu'il nomme le "vi­rus" de la con­fré­rie Gü­len", a de­man­dé à plu­sieurs re­prises à Wa­shing­ton l'ex­tra­di­tion de l'exi­mam, mais ce der­nier nie fer­me­ment toute res­pon­sa­bi­li­té dans le putsch avor­té. En vi­site à An­ka­ra la se­maine der­nière, le vice-pré­sident amé­ri­cain Joe Bi­den a as­su­ré que la Tur­quie de­vrait four­nir plus d’élé­ments in­cri­mi­nant M. Gü­len si elle vou­lait ob­te­nir son ex­tra­di­tion, pré­ci­sant qu'"au­cune preuve" de son im­pli­ca­tion pré­su­mée dans le coup d'etat ra­té n'avait été pré­sen­tée.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.