L’ecole a du bon…

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­mia HARRAR

Ce qu'il y a de gé­nial avec l'ecole, tous ni­veaux confon­dus, c’est les va­cances qui vont avec. Si­non, tout ce­la n'au­rait plus de sens. Tra­vailler, connaître, dé­cou­vrir, ap­prendre, s'ini­tier à l'état du monde et à la marche du monde, c'est juste fa­cul­ta­tif; car, ce qu'il y a de plus pas­sion­nant dans le ca­len­drier sco­laire, c'est for­cé­ment ces sym­pa­thiques es­paces blancs, qui si­gni­fient qu'il y a moyen de s'en sor­tir en al­lé­geant la charge, et qu’il faut prendre son mal en pa­tience et ava­ler la pi­lule aus­si amère soit-elle, puis­qu'au bout il y a la dé­li­vrance.

Ce qu’il y a de gé­nial avec l’ecole, tous ni­veaux confon­dus, c’est les va­cances qui vont avec. Si­non, tout ce­la n’au­rait plus de sens. Tra­vailler, connaître, dé­cou­vrir, ap­prendre, s’ini­tier à l’état du monde et à la marche du monde, c’est juste fa­cul­ta­tif; car, ce qu’il y a de plus pas­sion­nant dans le ca­len­drier sco­laire, c’est for­cé­ment ces sym­pa­thiques es­paces blancs, qui si­gni­fient qu’il y a moyen de s’en sor­tir en al­lé­geant la charge, et qu’il faut prendre son mal en pa­tience et ava­ler la pi­lule aus­si amère soit-elle, puis­qu’au bout il y a la dé­li­vrance. Les ca­hiers, les livres, et tout le saint-frus­quin, c’est uni­que­ment pour don­ner le change en at­ten­dant les jours heureux. Dont se lan­guissent tous les éco­liers du monde, at­tris­tés d’être en­fer­més entre quatre murs, quand ils pour­raient être de­hors, à ta­per dans un bal­lon, ou à jouer à la ma­relle. Ou à se tour­ner les pouces, pour­quoi pas après tout? Tan­dis qu’au loin passent les nuages, pour qu’ils puissent al­ler à la chasse aux pa­pillons, en lieu et place de se mor­fondre à es­sayer de trou­ver, pour­quoi, et dans quel but, ce sa­cré Char­le­magne a in­ven­té l’ecole. Un sa­dique ce­lui-là. Il vou­lait tor­tu­rer les pe­tits bouts de chou pour une rai­son in­con­nue. Il peut se van­ter d’avoir réus­si. Mais son stra­ta­gème dia­bo­lique avait des failles: c’est ce qui nous vaut le plai­sir des va­cances, tou­jours re­com­men­cées. Sous nos la­ti­tudes, c’est en­core mieux: nous avons trou­vé la pa­rade. Une grève par-ci, une grève par-là, et c’est la joie ga­ran­tie dans tous les foyers. Les « mioches » sont ra­vis un max puis­qu’on leur an­nonce, d’ores et dé­jà, et bien avant la ren­trée ef­fec­tive des classes dans les col­lèges et ly­cées, une sus­pen­sion des cours, à par­tir du 21 sep­tembre cou­rant. A du­rée in­dé­ter­mi­née, s’il vous plaît! Elle n’est pas belle la vie ?

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.