Un imam ar­rê­té pour dé­lit de concu­bi­nage

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Societe -

Le ma­riage cou­tu­mier ou « Or­fi » était long­temps pra­ti­qué du­rant la pé­riode co­lo­niale, où la bi­ga­mie était per­mise et le droit de la fa­mille s’ins­pi­rait de la lé­gis­la­tion mu­sul­mane avec des va­riantes se­lon les écoles sun­nites , dont la plus pré­do­mi­nante en Tu­ni­sie était l’école ma­lé­kite. Il a fal­lu l’in­ter­ven­tion du lé­gis­la­teur à l’aube de l’in­dé­pen­dance, avec le code du sta­tut sous l’in­fluence de Bour­gui­ba, dont l’éman­ci­pa­tion de la femme au sein de la cel­lule fa­mi­liale était par­mi ses pre­mières pré­oc­cu­pa­tions. En ver­tu du­dit code pro­mul­gué en 1956, la bi­ga­mie fut in­ter­dite, et par là même le ma­riage cou­tu­mier.

Ce­lui-ci consti­tuait une so­lu­tion de fa­ci­li­té pour ne pas trop s’en­ga­ger avec l’heu­reuse élue qui pou­vait fa­ci­le­ment d’ailleurs être ré­pu­diée par la suite sans au­cune dif­fi­cul­té.

C’est le cas dans la pré­sente af­faire, où un imam à Sousse, a été in­ter­pel­lé par les agents de la bri­gade cri­mi­nelle, qui ont été in­for­més qu’il était en mé­nage avec une femme al­gé­rienne, mé­de­cin de son état tra­vaillant dans l’un des hô­pi­taux de la ré­gion.

Il a dé­cla­ré en ef­fet qu’il était uni avec la femme concer­née, en ver­tu d’un ma­riage « or­fi », re­con­nu par la lé­gis­la­tion al­gé­rienne. Cette union est aux yeux de la loi tu­ni­sienne, nulle et non ave­nue, et consti­tue même un dé­lit de concu­bi­nage que la loi pu­nit d’em­pri­son­ne­ment. La seule is­sue pour l’imam en ques­tion est de ré­gu­la­ri­ser sa si­tua­tion avec un contrat de ma­riage se­lon la pro­cé­dure énon­cée par le code du sta­tut per­son­nel. Le tri­bu­nal pour­rait lui ac­cor­der les cir­cons­tances at­té­nuantes.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.