Le président phi­lip­pin ex­prime ses re­grets

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Après avoir in­sul­té Oba­ma

Le président phi­lip­pin, Ro­dri­go Du­terte, s'est ef­for­cé hier d'apai­ser les ten­sions avec les Etats-unis après avoir in­sul­té Ba­rack Oba­ma et pro­vo­qué ce fai­sant l'an­nu­la­tion d'une ren­contre pré­vue entre les deux chefs d'etat. Connu pour son franc-par­ler, Ro­dri­go Du­terte a dé­cla­ré lun­di aux jour­na­listes qu'il taxe­rait le président amé­ri­cain de noms d'oi­seaux s'il cher­chait à contes­ter les opé­ra­tions an­ti-drogue en cours aux Phi­lip­pines.

Il a uti­li­sé à cet égard l'équi­valent phi­lip­pin de "fils de pute" à pro­pos du lo­ca­taire de la Mai­son blanche, ex­pres­sion à la­quelle il avait dé­jà eu re­cours pour qua­li­fier le pape Fran­çois et l'am­bas­sa­deur des Etats-unis aux Phi­lip­pines. Ces dé­cla­ra­tions, pour les­quelles Ro­dri­go Du­terte a ex­pri­mé des re­grets, ont oc­cul­té l'ou­ver­ture du som­met de l'asean (As­so­cia­tion des na­tions de l'asie du Sud-est) à Ven­tiane, la ca­pi­tale du Laos, et as­som­bri le voyage du président Ba­rack Oba­ma en Asie, à quelques mois de la fin de son se­cond man­dat. Ba­rack Oba­ma en­ten­dait pro­fi­ter de cette oc­ca­sion pour mettre un coup de pro­jec­teur sur la stra­té­gie amé­ri­caine dans la ré­gion et ré­pondre ain­si aux dé­mons­tra­tions mus­clées de Pé­kin, en mer de Chine du Sud no­tam­ment.

De source di­plo­ma­tique, on es­time que l'in­ci­dent illustre les dif­fi­cul­tés de Wa­shing­ton à consti­tuer un front uni avec ses par­te­naires d'asie du Sud-est pour contre­car­rer les vel­léi­tés ex­pan­sion­nistes chi­noises. Après l'an­nu­la­tion de la ren­contre entre les deux hommes, Ro­dri­go Du­terte a pu­blié deux com­mu­ni­qués dans les­quels il ex­prime des re­grets qu'il a ré­ité­rés de­vant la presse.

"Le président Du­terte a ex­pli­qué que les ar­ticles de presse in­di­quant que le président Oba­ma al­lait le ser­mon­ner sur la ques­tion des exé­cu­tions ex­tra­ju­di­ciaires l'avaient ame­né à pro­non­cer ces mots très forts", a in­di­qué le gou­ver­ne­ment phi­lip­pin dans un com­mu­ni­qué.

"Il re­grette que ses pro­pos de­vant la presse aient pro­vo­qué une telle contro­verse", ajoute le texte. "Il a ex­pri­mé toute son es­time et son af­fi­ni­té pour le président Oba­ma et pour le par­te­na­riat entre nos deux pays."

Ben Rhodes, conseiller ad­joint à la Sé­cu­ri­té na­tio­nale du président amé­ri­cain, a dé­plo­ré les pro­pos du président phi­lip­pin, es­ti­mant qu'ils qu'ils n'avaient pas contri­bué à créer un en­vi­ron­ne­ment construc­tif pour une ren­contre bi­la­té­rale.

Pé­kin re­jette ces ac­cu­sa­tions et es­time au contraire que les Etatsu­nis at­tisent les ten­sions dans la ré­gion. La Cour per­ma­nente d'ar­bi­trage de La Haye a don­né gain de cause aux Phi­lip­pines, ju­geant qu'il n'y avait "au­cun fon­de­ment ju­ri­dique pour que la Chine re­ven­dique des droits his­to­riques sur des ressources dans les zones ma­ri­times" de la ma­jeure par­tie de la mer de Chine du Sud.

Des re­pré­sen­tants des deux pays ont dé­cla­ré qu'il n'y au­rait pas de ren­contre for­melle or­ga­ni­sée au Laos sans ex­clure que les deux hommes aient une brève dis­cus­sion. A la place de l'en­tre­vue pré­vue avec Ro­dri­go Du­terte, Ba­rack Oba­ma a ren­con­tré la pré­si­dente sud-co­réenne, Park Geun-hye, au len­de­main du tir de trois mis­siles ba­lis­tiques nord-co­réens. Il a à cette oc­ca­soin de­man­dé la mise en oeuvre de sanc­tions contre la Co­rée du Nord, ajou­tant que ces es­sais té­moi­gnaient de la me­nace que Pyon­gyang fait pe­ser sur la ré­gion. Le président amé­ri­cain de­vrait éga­le­ment ren­con­trer le Pre­mier mi­nistre ja­po­nais, Shin­zo Abe, pour évo­quer ce su­jet.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.