Bruits et chu­cho­te­ments

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture -

27ème édi­tion du fes­ti­val du film arabe de Fa­meck

In­vi­tée d’hon­neur de la 26ème édi­tion, la Tu­ni­sie se­ra pré­sente avec deux films cette an­née à la 27ème édi­tion du fes­ti­val du film arabe de Fa­meck (nord-est de la France) qui se tien­dra du 5 au 16 oc­tobre 2016. Il s’agit de " Zi­zou" ou "Par­fum de prin­temps " de Fé­rid Bou­ghe­dir et " Nheb­bek Hé­di " de Mo­ha­med Ben At­tia. " Zi­zou " (par­fum de prin­temps) de Fe­rid Bou­ghe­dir a été re­te­nu dans la sé­lec­tion of­fi­cielle du fes­ti­val In­ter­na­tio­nal du film de Wa­shing­ton, (14-24 Avril 2016) et pré­sen­té en Pre­mière mon­diale les 15 et 16 avril 2016, dans sa ver­sion ori­gi­nale tu­ni­sienne en­tiè­re­ment par­lée en arabe et sous-ti­trée en an­glais. "Zi­zou" une fable iro­nique et tendre sur un per­son­nage de Can­dide mo­derne qui dé­couvre sa so­cié­té sur fond de nais­sance du Prin­temps arabe, donne à dé­cou­vrir une fa­cette vé­ri­dique de la nais­sance de la " Ré­vo­lu­tion du jas­min " vue avec le re­cul de l’humour. Ce film a été choi­si comme film d'ou­ver­ture de la 16ème édi­tion du fes­ti­val du ci­né­ma du Sud qui a ho­no­ré Fé­rid Bou­ghe­dir à tra­vers la pro­jec­tion de plu­sieurs de ses films du­rant tout le fes­ti­val du 27 au 30 avril der­nier. Le film est la der­nière oeuvre du ci­néaste en 2016 qui vient d'af­fi­cher ain­si son re­tour sur la scène ci­né­ma­to­gra­phique après 20 ans d'ab­sence. Campent dans les rôles prin­ci­paux Ab­del­mo­neem Chouayat, Fat­ma Ben Sai­dane, Wa­ji­ha Jen­dou­bi, Ai­cha Ben Ah­med, Ched­li Ar­faoui, Ikram Az­zouz et Raouf Ben Amor. Quant au film "Nheb­bek Hé­di", prix de la pre­mière meilleure oeuvre à la 66ème édi­tion du fes­ti­val de Ber­lin au mois de fé­vrier 2016, a été le seul film arabe en com­pé­ti­tion pour l'ours d'or. Le film ra­conte l'his­toire de Hé­di, un jeune homme sans his­toires. In­dif­fé­rent à tout ce qui l’en­toure, il laisse faire. Il laisse sa mère en­va­his­sante et au­to­ri­taire or­ga­ni­ser son ma­riage, son su­pé­rieur hié­rar­chique, son frère, tout le monde lui dicte la bonne conduite. Non pas qu’il ne com­prenne pas ce qui lui ar­rive, mais il pré­fère at­tendre que ça se passe. Plus tard, il fait la connais­sance de Rim, une jeune ani­ma­trice dans un hô­tel. In­tri­gué par son in­sou­ciance et sa li­ber­té, Hé­di fi­nit par se lais­ser em­bar­quer dans une re­la­tion amou­reuse pas­sion­nelle. Hé­di se trouve con­fron­té à faire des choix.

La liste des films longs, courts et do­cu­men­taires sé­lec­tion­nés pour la com­pé­ti­tion of­fi­cielle du fes­ti­val du film arabe de Fa­meck n’est pas en­core dé­voi­lée of­fi­ciel­le­ment par le fes­ti­val or­ga­ni­sé par la Ci­té So­ciale et la Ligue de l’en­sei­gne­ment - FOL Mo­selle, le Fes­ti­val du Film Arabe de Fa­meck - Val de Fensch qui est né de la ren­contre entre un groupe de jeunes ado­les­cents, pas­sion­nés de ci­né­ma, et un prêtre ou­vrier nom­mé Ma­rio Giu­bi­lei, ani­ma­teur du Centre. D’abord lo­cal et mo­deste, le Fes­ti­val a au­jourd’hui pris de l’am­pleur et est de­ve­nu l’un des ren­dez-vous ma­jeur de la ren­trée cultu­relle dans la ré­gion. Il pro­pose plus de 50 films, dont beau­coup in­édits ou en avant-pre­mière, avec pour ob­jec­tif de pro­mou­voir une ci­né­ma­to­gra­phie émer­gente. La pro­gram­ma­tion re­groupe plus de 110 pro­jec­tions sur dix jours, pour quelques 15 000 fes­ti­va­liers re­pré­sen­tant de nom­breux pays arabes : Ma­roc, Al­gé­rie, Tu­ni­sie, Egypte, Mau­ri­ta­nie, Sy­rie, Pa­les­tine, Irak, Yé­men, Li­ban... Le Fes­ti­val du Film Arabe se veut être un lieu d’ex­pres­sion ar­tis­tique et cultu­relle s’adres­sant au plus grand nombre et un lieu d’échange per­met­tant une dé­cou­verte de l’autre. L’évé­ne­ment vise à ap­por­ter di­verses ap­proches des so­cié­tés arabes et à illus­trer, à tra­vers les films pro­po­sés, la ri­chesse et la di­ver­si­té de la culture arabe, et ce d’une ma­nière dif­fé­rente de celle que peuvent pro­po­ser les mé­dias. Les pré­oc­cu­pa­tions des pays arabes servent sou­vent de toile de fond aux thèmes de leur ci­né­ma : lutte pour l’exis­tence du pays, pro­blèmes re­li­gieux, dif­fi­cul­tés de la vie quo­ti­dienne, dif­fi­cul­tés so­ciales ou éco­no­miques, pro­blème du sta­tut de la femme, dé­chi­re­ment entre mo­der­ni­té eu­ro­péenne et tra­di­tion... L’im­por­tance de ces su­jets se­rait certes une rai­son suf­fi­sante pour s’in­té­res­ser à ces films, mais la ma­nière dont chaque ci­néaste les réa­lise leur ap­porte en sus une di­men­sion ar­tis­tique toute par­ti­cu­lière.

"Pour une in­for­ma­tion ob­jec­tive et plu­ra­liste" L’agence Tu­nis Afrique Presse (TAP) vient d’édi­ter la ver­sion fran­çaise du livre qu’elle a pu­bliée en jan­vier der­nier, a l’oc­ca­sion de la cé­lé­bra­tion du 55 an­ni­ver­saire de sa créa­tion le pre­mier jan­vier 1961.

Le livre, in­ti­tu­lé : " Agence Tap : pour une in­for­ma­tion ob­jec­tive et plu­ra­liste " a été ré­di­gé en arabe par le jour­na­liste écri­vain et ré­dac­teur en chef a l’agence, M. Sah­raoui GAMAOUN . Sa tra­duc­tion vers le fran­çais a été as­su­rée par trois an­ciens ré­dac­teurs en chef à l’agence. Il s’agit de MM. Raouf BEN REJEB, an­cien chef du bu­reau de Tap à Pa­ris, an­cien res­pon­sable de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion au mi­nis­tère des Af­faires Etran­gères, Yous­sef KODIA , an­cien chef du bu­reau de l’agence TAP à Ra­bat , an­cien res­pon­sable de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion au mi­nis­tère des Fi­nances , et Mo­ha­med KRAIEM , an­cien chef du bu­reau de l’agence au Caire, et an­cien res­pon­sable de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion à la mu­ni­ci­pa­li­té de Tu­nis. Pré­fa­cé par la Pré­si­dente Di­rec­trice Gé­né­rale, Dr Ha­mi­da EL BOUR, le livre re­trace les dif­fé­rentes étapes his­to­riques de l’agence TAP, de­puis sa créa­tion en 1961, au len­de­main de l’in­dé­pen­dance, don­nant par la même oc­ca­sion, un aper­çu ana­ly­tique sur la si­tua­tion po­li­tique et le pay­sage mé­dia­tique en Tu­ni­sie, ca­rac­té­ri­sé par un bal­lo­te­ment entre ou­ver­ture et fer­me­ture, a la fois po­li­tique et mé­dia­tique. Le livre met en exergue les prin­ci­paux évé­ne­ments qui ont mar­qué l’his­toire de la TAP et au cours des­quels elle a joue un rôle de pre­mier plan, tant au ni­veau na­tio­nal qu’in­ter­na­tio­nal.

A ce su­jet, il s’at­tarde no­tam­ment sur le role joue par l’agence pour l’ins­tau­ra­tion d’un nou­vel ordre mon­dial de l’in­for­ma­tion, plus juste et plus équi­li­bré pour les pays du tiers monde, et rap­pelle dans ce contexte que l’agence TAP a pré­si­dé du­rant cinq an­nées le pool des agences de presse des pays non alignes , au dé­but des an­nées 80. De même, elle a contri­bue a la créa­tion, a Tu­nis en 1990 , de l’al­liance des agences de presse mé­di­ter­ra­néennes, jouant un role de pre­mier plan dans l’ins­tau­ra­tion des rap­ports de co­opé­ra­tion mé­dia­tique entre les deux rives de la mé­di­ter­ra­née .

Abor­dant les dé­fis d’ave­nir , le livre passe en re­vue et ana­lyse les ef­forts dé­ployés par l’agence, de­puis cinq an­nées, pour réus­sir sa tran­si­tion ef­fec­tive d’un ser­vice gou­ver­ne­men­tal vers un ser­vice pu­blic, ayant la mis­sion d’as­su­rer une in­for­ma­tion ob­jec­tive et plu­ra­liste, sur la base d’une ligne édi­to­riale qui s’ap­puie sur les mé­ca­nismes d’au­to­ré­gu­la­tion au ni­veau du trai­te­ment et de la dif­fu­sion des in­for­ma­tions .

Le livre énu­mère a cet ef­fet les com­po­santes de la stra­té­gie de tran­si­tion ré­dac­tion­nelle adop­tée par l’agence pour ré­pondre aux mul­tiples dé­fis et en­jeux de l’ave­nir, a sa­voir etre ca­pable de bien se po­si­tion­ner dans un champ mé­dia­tique de plus en plus plu­riel, ou­vert et concur­ren­tiel. Il s’agit d’af­fron­ter les en­jeux vi­taux de la com­pé­ti­ti­vi­té, en rap­port avec les mu­ta­tions qui ont marque le pay­sage mé­dia­tique en Tu­ni­sie et ailleurs, avec no­tam­ment l’ap­pa­ri­tion des sup­ports mé­dia­tiques élec­tro­niques qui ont gé­né­ré de nou­velles ha­bi­tudes de lec­ture et de ré­cep­tion du mes­sage mé­dia­tique.

" Ce­la né­ces­site, comme l’in­dique la pré­face du livre , un chan­ge­ment fon­da­men­tal du rythme de la pro­duc­tion et une grande di­ver­si­fi­ca­tion des ser­vices en adop­tant les nou­velles ten­dances du jour­na­lisme d’agence. L’ob­jec­tif ul­time reste en­fin, la pro­po­si­tion d’un pro­duit jour­na­lis­tique plu­ra­liste et com­pé­ti­tif qui s’im­pose sur la scène mé­dia­tique ou­verte sur les plans na­tio­nal et in­ter­na­tio­nal ". En conclu­sion le livre pré­sente un aper­çu do­cu­men­taire, dans un style té­lé­gra­phique propre a l’agence, des prin­ci­paux évé­ne­ments ayant émaillé le par­cours de l’agence Tu­nis Afrique Presse de­puis sa créa­tion en 1961 jus­qu'à au­jourd’hui (2016).

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.