Les consé­quences du Brexit se font dé­jà sen­tir

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Un ca­bi­net de conseil en re­cru­te­ment d’étu­diants ré­vèle que 30% des étu­diants in­ter­na­tio­naux sont dé­sor­mais ré­ti­cents à ve­nir étu­dier au Royaume-uni, après le ré­fé­ren­dum en fa­veur de la sor­tie de l’union eu­ro­péenne. Si le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique prend son temps pour ap­pli­quer la dé­ci­sion de son peuple de sor­tir de l’union eu­ro­péenne, les pre­mières consé­quences se font dé­jà sen­tir. Et le sec­teur de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur est par­ti­cu­liè­re­ment concer­né. Dès l’annonce des ré­sul­tats du ré­fé­ren­dum, de très nom­breux étu­diants se de­man­daient quelles se­raient les consé­quences du Brexit sur les échanges uni­ver­si­taires avec la Grande-bre­tagne. Ils sont dé­sor­mais près d’un tiers à être dé­sor­mais ré­ti­cents à ve­nir étu­dier outre-manche, se­lon une étude d’un ca­bi­net de conseil en re­cru­te­ment dé­taillée par le quo­ti­dien bri­tan­nique The In­de­pendent . Es­ti­mant que le pays est «moins ac­cueillant» de­puis que la ma­jo­ri­té de ses ha­bi­tants a choi­si de quit­ter L’UE, 30% des étu­diants étran­gers - dont 83% sont ori­gi­naires d’un pays hors UE - in­ter­ro­gés par le ca­bi­net Hob­sons dé­clarent ne pas être sus­cep­tibles de ve­nir étu­dier en Grande-bre­tagne. 6% d’entre eux dé­clarent même qu’ils ne choi­si­ront ja­mais cette des­ti­na­tion pour étu­dier à cause du ré­fé­ren­dum. Des ré­sul­tats in­quié­tants et très in­ha­bi­tuels pour le pays qui se classe de­puis plu­sieurs an­nées en deuxième po­si­tion des des­ti­na­tions pré­fé­rées des jeunes pour étu­dier, der­rière les États-unis.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.