Les dé­marches à en­tre­prendre par la Tu­ni­sie

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Sen­si­bi­li­ser aux pos­si­bi­li­tés que met le Fonds vert pour le cli­mat (FVC) à la dis­po­si­tion des pays en dé­ve­lop­pe­ment pour qu’ils ho­norent leurs en­ga­ge­ments vis-à-vis de l’ac­cord de Pa­ris, dé­battre et cla­ri­fier le rôle du sec­teur pri­vé tu­ni­sien dans la contri­bu­tion à l’effort de lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et dans la col­la­bo­ra­tion avec le FVC, tels sont les prin­ci­paux thèmes qui se­ront dé­bat­tus au cours du pre­mier ate­lier na­tio­nal axé sur les en­jeux de la mise en oeuvre de cet ac­cord de Pa­ris. Ce dé­bat qui a dé­mar­ré hier et se pour­suit au­jourd’hui vise à iden­ti­fier les dé­marches à en­tre­prendre par la Tu­ni­sie pour se confor­mer aux re­com­man­da­tions du­dit ac­cord, via la mo­bi­li­sa­tion de l’ap­pui du FVC et a réuni les dif­fé­rents ac­teurs concer­nés par le chan­ge­ment cli­ma­tique (mi­nis­tères, ins­ti­tu­tions pu­bliques, sec­teur pri­vé, so­cié­té ci­vile, ins­ti­tu­tions de re­cherche, par­le­men­taires), Pour la Tu­ni­sie, l’en­jeu de la mise en oeuvre de l’ac­cord de Pa­ris ne se li­mite pas à la ré­duc­tion des émis­sions des gaz à ef­fet de serre (GES), mais est un vé­ri­table en­jeu de dé­ve­lop­pe­ment du­rable, a af­fir­mé Né­jib Os­man re­pré­sen­tant du PNUD (Pro­gramme des Na­tions unies pour le dé­ve­lop­pe­ment). Cet ac­cord, pré­cise en­core le res­pon­sable, re­pré­sente une op­por­tu­ni­té pour le fi­nan­ce­ment de l’éco­no­mie tu­ni­sienne et no­tam­ment de sa tran­si­tion éner­gé­tique. «L’ac­cord de Pa­ris nous donne l’op­por­tu­ni­té de mo­bi­li­ser les res­sources des­ti­nées à ai­der au fi­nan­ce­ment de pro­jets d’at­té­nua­tion et d’adap­ta­tion des pays en dé­ve­lop­pe­ment pour, d’une part li­mi­ter ou ré­duire les émis­sions de GES et d’autre part, s’adap­ter aux im­pacts des chan­ge­ments cli­ma­tiques en te­nant compte des be­soins du pays» , a-t-il en­core fait sa­voir. Au cours de son in­ter­ven­tion, le res­pon­sable a rap­pe­lé que la Tu­ni­sie s’est ins­crite vo­lon­tai­re­ment sur la voie d’un dé­ve­lop­pe­ment à faible in­ten­si­té car­bone.

Plu­sieurs ini­tia­tives ont été conduites: la réa­li­sa­tion de divers tra­vaux sur la tran­si­tion éner­gé­tique, l’éla­bo­ra­tion d’une stra­té­gie sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques en 2012, la pro­duc­tion d’un pre­mier rap­port bian­nuel en 2014 et la pré­pa­ra­tion de la contri­bu­tion na­tio­nale en 2015. Au­tant d’ini­tia­tives qui lui ont va­lu le sta­tut d’un pays vo­lon­ta­riste, au sein des pays en dé­ve­lop­pe­ment à re­ve­nus li­mi­tés et in­ter­mé­diaires, dans la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tiques.

Pour le res­pon­sable, l’ob­jec­tif re­cher­ché est de ré­orien­ter l’éco­no­mie na­tio­nale vers un dé­ve­lop­pe­ment bas car­bone c’est-à-dire s’orien­ter de plus en plus à uti­li­ser les tech­no­lo­gies non éner­gi­vores et à faible émis­sion de GES. Con­crè­te­ment, il s’agit d’aban­don­ner pro­gres­si­ve­ment les éner­gies fos­siles et de s’orien­ter vers l’uti­li­sa­tion des éner­gies re­nou­ve­lables, a-t-il en­core sou­li­gné. Les vé­ri­tables en­jeux concernent le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et portent es­sen­tiel­le­ment sur les as­pects en­vi­ron­ne­men­taux, so­ciaux et éco­no­miques, no­tam­ment la ga­ran­tie de la tran­si­tion éner­gé­tique, d’au­tant plus que l’éner­gie est le sec­teur le plus concer­né. L’éner­gie pro­duit 55% des émis­sions des GES, sui­vie par l’agri­cul­ture (20%), l’industrie (11%) les fo­rêts (9%) et les déchets (5%), a pour sa part in­di­qué Mo­ha­med Zmer­li res­pon­sable au sein du mi­nis­tère des Col­lec­ti­vi­tés lo­cales et de l’en­vi­ron­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.