"Qu'il s'ap­pelle Ro­nal­do ou Le­wan­dows­ki, mon but est le même"

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

An­ce­lot­ti :

Après deux larges vic­toires en deux matches, le nou­vel en­traî­neur du Bayern Mu­nich dé­bute fort sa sai­son. Dans un en­tre­tien ac­cor­dé au quo­ti­dien es­pa­gnol Mar­ca, Car­lo An­ce­lot­ti est re­ve­nu sur ses dé­buts au club al­le­mand. "À mon ar­ri­vée à Mu­nich, j'ai trou­vé un grand club très bien or­ga­ni­sé, une belle am­biance, rien ne pou­vait me sur­prendre. Et j'avais jus­te­ment be­soin de vivre une nou­velle ex­pé­rience, connaître une nou­velle culture." Ar­ri­vé au Bayern Mu­nich, l'an­cien coach de L'AC Mi­lan n'a plus le pri­vi­lège d'en­traî­ner l'un des meilleurs joueurs du monde, Cris­tia­no Ro­nal­do. "Je m'en­tends très bien avec Cris­tia­no, Il nous a ai­dé à ga­gner la Ligue des Cham­pions, comme tout le monde. Mais il est à Ma­drid, c'est un ad­ver­saire dé­sor­mais. Chaque équipe à ses propres forces. Le Real a Cris­tia­no, Ra­mos, Kroos, Ben­ze­ma, des joueurs très forts. Main­te­nant j'ai une autre équipe avec ses propres ca­rac­té­ris­tiques et pour moi le tra­vail est le même. Mon but est d'avoir une bonne re­la­tion avec les joueurs, qu'il s'ap­pelle Ro­nal­do ou Le­wan­dows­ki." En­fin, Car­lo An­ce­lot­ti est re­ve­nu sur son évic­tion du Real Ma­drid en mai 2015 : "La deuxième par­tie de sai­son n'a pas été bonne, mais je ne veux pas en­trer dans les po­lé­miques. Lorsque j'ai si­gné je sa­vais qu'un jour je de­vais par­tir et je garde un bon sou­ve­nir de Ma­drid."

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.