Com­ment te­nir le bâ­ton par le mi­lieu ?

• Bé­chir Bou­j­day, membre du Bu­reau Exé­cu­tif de L’UTICA au Temps : « Une pro­po­si­tion a été faite au gou­ver­ne­ment afin de créer une struc­ture na­tio­nale pour lut­ter contre les opé­ra­tions du com­merce pa­ral­lèle ».

Le Temps (Tunisia) - - Économie & Finances - Khou­loud AMRAOUI

« Il est temps d’oser adop­ter les bonnes so­lu­tions ca­pables de ju­gu­ler ce phé­no­mène ra­va­geur. Il faut no­tam­ment re­voir à la baisse les taux de droit de douanes pour les pro­duits ob­jets de contre­bande »

Pour com­battre ce fléau, plu­sieurs dos­siers doivent être né­go­ciés. Les ré­formes glo­bales sont in­dis­pen­sables afin d’en ré­duire l’im­pact. Les ré­formes dont je parle touchent les im­pôts, la lutte contre le chô­mage, la sim­pli­fi­ca­tion des for­ma­li­tés et des pro­cé­dures ad­mi­nis­tra­tives et l’ap­pro­vi­sion­ne­ment ré­gu­lier du mar­ché »

• A Ben Guer­dane, 3 800 ha­bi­tants tra­vaillent dans le mar­ché noir !

La pro­pa­ga­tion du phé­no­mène de la contre­bande ne cesse de s’am­pli­fier. En dé­pit des lois et des ef­forts four­nis par l’etat, les car­tels et les dé­pas­se­ments existent en­core. En­vi­ron 54 % de l’éco­no­mie na­tio­nale s’éva­porent et ont pour ori­gine no­cive le com­merce pa­ral­lèle, un pour­cen­tage ac­ca­blant qui re­pré­sente tout un fléau mas­sif. Rap­pe­lons que la contre­bande a son im­pact di­rect sur le cycle éco­no­mique, une me­nace de tout ins­tant qui brise l’élan de l'éco­no­mie en­gen­drant de graves sé­quelles sur le fonc­tion­ne­ment et sur les ac­ti­vi­tés éco­no­mique en gé­né­ral et dont les com­mer­çants as­su­jet­tis et loyaux à s’ac­quit­ter de leurs im­pôts n’ont ces­sé de pro­tes­ter contre la pro­li­fé­ra­tion de ce fléau dé­vas­ta­teur. Entre temps, les pertes du com­merce pa­ral­lèle sont de plus en plus ag­gra­vées, prés de 2 Mil­liard de di­nars par an. La Pré­si­dente de L’UTICA, Mme Oui­ded Bou­cha­maoui a dé­cla­ré au­pa­ra­vant dans une confé­rence de presse que l’éco­no­mie in­for­melle touche au­jourd’hui tous les sec­teurs et toutes les ré­gions et même le sec­teur des ser­vices n’est pas épar­gné. Dans ce cadre, le membre du Bu­reau Exé­cu­tif de L’UTICA, Bé­chir Bou­j­day nous a af­fir­mé que ce fléau né­ces­site un en­ga­ge­ment sé­rieux de la part du gou­ver­ne­ment. De même, il a dé­cla­ré que L’UTICA a fait une pro­po­si­tion au gou- ver­ne­ment : « créer une struc­ture na­tio­nale pour lut­ter contre les opé­ra­tions du com­merce pa­ral­lèle et le lan­ce­ment d’une stra­té­gie ré­pres­sive afin de ju­gu­ler ce fléau ».

Re­voir à la baisse les taux de droit de douanes

« Il est temps d’oser adop­ter les bonnes so­lu­tions ca­pables de ju­gu­ler ce phé­no­mène ra­va­geur. Il faut no­tam­ment re­voir à la baisse les taux de droit de douanes pour les pro­duits ob­jets de contre­bande », a pré­ci­sé le membre du Bu­reau Exé­cu­tif de L’UTICA, Bé­chir Bou­j­day. Mr Be­chir Bou­j­day a dé­cla­ré aus­si que le gou­ver­ne­ment Che­hed a dé­voi­lé une par­tie de la réa­li­té. Tou­te­fois, les pro­cé­dures dé­jà prises res­tent in­suf­fi­santes.

Il a in­sis­té pour dire que l’etat et même L’UTICA ont tou­jours consi­dé­ré le com­merce pa­ral­lèle comme un acte cri­mi­nel. « Pour com­battre ce fléau, plu­sieurs dos­siers doivent être né­go­ciés. Les ré­formes glo­bales sont in­dis­pen­sables afin d’en ré­duire l’im­pact. Les ré­formes dont je parle touchent les im­pôts, la lutte contre le chô­mage, la sim­pli­fi­ca­tion des for­ma­li­tés et des pro­cé­dures ad­mi­nis­tra­tives et l’ap­pro­vi­sion­ne­ment ré­gu­lier du mar­ché », a ajou­té Bé­chir Bou­j­day.

A Ben Guer­dane 3 800 ha­bi­tants tra­vaillent dans le mar­ché noir

Se­lon le rap­port de la Banque mon­diale in­ti­tu­lé « L’es­ti­ma­tion du com­merce in­for­mel à tra­vers les fron­tières ter­restres de la Tu­ni­sie », la contre­bande est un mo­teur éco­no­mique dans les ré­gions fron­ta­lières et les ré­gions dé­fa­vo­ri­sées. Se­lon la même source et à Ben Guer­dane, « 3 800 ha­bi­tants se li­vre­raient au mar­ché noir (soit en­vi­ron 20 % de la po­pu­la­tion ac­tive), fai­sant de ce sec­teur la lo­co­mo­tive éco­no­mique de la ré­gion».

La liai­son entre la si­tua­tion so­ciale et le fléau de la contre­bande et du com­merce pa­ral­lèle est étroite. De­puis la Ré­vo­lu­tion ce phé­no­mène a pris un rythme ex­po­nen­tiel me­na­çant l’éco­no­mie réelle. Les huit gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs, n’ont pas pu stop­per cette hé­mor­ra­gie. Ten­sions so­ciales obligent. Néan­moins, au­jourd’hui il fau­drait sa­voir ou avoir le cou­rage de te­nir le bâ­ton par le mi­lieu. La lutte contre la contre­bande qui va de pair avec la lutte contre le ter­ro­risme est une tâche alam­bi­quée, mais il faut un dé­but à tout. D’ailleurs, la Banque mon­diale a pro­po­sé dans son étude sus-in­di­quée de li­mi­ter au maxi­mum l'am­pleur du tra­fic tout en amé­lio­rant les condi­tions de vie des po­pu­la­tions vi­vant dans les zones fron­ta­lières.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.