Ca­me­ron change d'avis, il dé­mis­sionne du Par­le­ment

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Royaume-uni

Da­vid Ca­me­ron a an­non­cé qu'il dé­mis­sion­nait de son poste de dé­pu­té de la cir­cons­crip­tion de Wit­ney, qu'il oc­cupe de­puis 2001. L'an­nonce est une sur­prise : en ef­fet, après avoir dé­mis­sion­né du poste de Pre­mier mi­nistre, Da­vid Ca­me­ron avait dit vou­loir conti­nuer en tant que "back­ben­cher", c'est-à-dire simple dé­pu­té, comme le font sou­vent tra­di­tion­nel­le­ment les pre­miers mi­nistres bri­tan­niques (c'est ce qu'avait fait Gor­don Brown, son pré­dé­ces­seur, pen­dant cinq ans). Se­lon James Han­ning, jour­na­liste et co­au­teur d'une bio­gra­phie de Da­vid Ca­me­ron,écri­vant pour le site Heats­treet, il y au­rait deux rai­sons à ce chan­ge­ment d'avis : l'en­nui...et l'ar­gent. Si après avoir quit­té le 10 Dow­ning Street Da­vid Ca­me­ron a re­çu "un dé­luge d'offres d'em­ploi" qu'il a toutes re­fu­sées, en­suite "pen­dant les va­cances d'été" il "s'est trou­vé constam­ment dé­çu par son té­lé­phone qui avant n'ar­rê­tait pas de vi­brer." Il a éga­le­ment été ou­blié par le Par­ti conser­va­teur : The­re­sa May n'était pas le suc­ces­seur qu'il au­rait vou­lu, et elle a im­po­sé sa patte au gou­ver­ne­ment, la prin­ci­pale étant qu'il n'est "pas le gou­ver­ne­ment de Ca­me­ron". Da­vid Ca­me­ron est en­train d'écrire ses mé­moires, mais on lui a fait com­prendre que s'il veut une bonne avance d'un édi­teur, il faut s'y mettre vite, et pro­mettre des mé­moires "sans re­te­nue". Or com­pli­qué de "ba­lan­cer" et en même temps être dé­pu­té, théo­ri­que­ment so­li­daire du gou­ver­ne­ment... Le jour­na­liste ré­sume le di­lemme de l'an­cien pre­mier mi­nistre : "Pour­quoi en­cou­ra­ger une ar­mée de jour­na­listes, qui lui de­mandent d'émettre une opi­nion sur chaque mo­ment du man­dat de The­re­sa May ? Pour­quoi poin­ter à West­mins­ter et se don­ner du mal à sou­te­nir un di­ri­geant [dont] il est scep­tique ? Et, peut-être plus im­por­tant que tout, pour­quoi s'oc­cu­per avec un sa­laire de dé­pu­té de 74 000 livres par an [87 000 eu­ros], avec une obli­ga­tion de dé­cla­rer pu­bli­que­ment ses autres sources de re­ve­nus, alors que, par exemple, Bill Clin­ton est payé 400 000 livres pour une heure de dis­cours ?" Que va faire le re­trai­té de moins de 50 ans ? "Il a par­lé avec pas­sion en pri­vé de cam­pagnes contre la cor­rup­tion dans les pays en dé­ve­lop­pe­ment" et conti­nue sans doute de se sou­cier de l'en­vi­ron­ne­ment. Il pour­rait donc créer une ONG, "mais une qui lui per­met­tra aus­si de gon­fler ses re­ve­nus en même temps."

L'an­cien pre­mier mi­nistre Da­vid Ca­me­ron

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.