Be­cken­bauer ac­cu­sé d'avoir tou­ché 5,5M€ pour son tra­vail "bé­né­vole" lors du Mon­dial 2006 !

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Franz Be­cken­bauer, qui avait af­fir­mé avoir tra­vaillé gra­cieu­se­ment comme pré­sident du co­mi­té d'or­ga­ni­sa­tion du Mon­dial 2006 al­le­mand, au­rait en fait tou­ché 5,5 mil­lions d'eu­ros se­lon l'heb­do­ma­daire der Spie­gel mer­cre­di, dans une ac­cu­sa­tion aus­si­tôt contes­tée par les avo­cats du "Kai­ser". Se­lon le Spie­gel, l'an­cien joueur de l'équipe d'al­le­magne et du Bayern Mu­nich au­rait en plus ten­té de dis­si­mu­ler cette somme au fisc. Un dos­sier de plus pour le Kai­ser. Dé­jà em­bour­bé dans une af­faire de cor­rup­tion et de blan­chi­ment d'ar­gent dans le cadre de l'at­tri­bu­tion du Mon­dial 2006, Franz Be­cken­bauer voit de nou­veau son image écor­née avec les ac­cu­sa­tions du jour­nal der Spie­gel. L'heb­do­ma­daire Al­le­mand af­firme que le double Bal­lon d'or qui avait af­fir­mé avoir tra­vaillé gra­cieu­se­ment comme pré­sident du co­mi­té d'or­ga­ni­sa­tion de la Coupe du Monde 2006 - au­rait en fait tou­ché 5,5 mil­lions d'eu­ros pour oc­cu­per cette fonc­tion. Une somme qu'il au­rait éga­le­ment ten­té de dis­si­mu­ler au fisc Au­tri­chien. Les avo­cats de Be­cken­bauer ont pré­sen­té mer­cre­di ma­tin leur ver­sion af­fir­mant, d'une part, que les sommes per­çues ré­sul­taient d'une ac­ti­vi­té pri­vée pour l'un des spon­sors de la Coupe du monde, et d'autre part que l'ar­gent avait été cor­rec­te­ment dé­cla­ré au fisc d'au­triche, son pays de ré­si­dence. L'in­for­ma­tion a en tout cas pro­vo­qué la co­lère du pré­sident de la Fé­dé­ra­tion Al­le­mande de Football (DFB), Rein­hard Grin­del, qui a ac­cu­sé Be­cken­bauer, 71 ans, et les or­ga­ni­sa­teurs du Mon­dial 2006 d'avoir men­ti et trom­pé l'opi­nion pu­blique.

Se­lon le site in­ter­net du Spie­gel, c'est bien la DFB qui a ver­sé l'ar­gent à Be­cken­bauer, dans le cadre de contrats pré­voyant de lui ré­tro­cé­der une par­tie des re­cettes réa­li­sées grâce au spon­sor Odd­set, une so­cié­té de pa­ris spor­tifs qui a uti­li­sé son image dans une cam­pagne pu­bli­ci­taire. L'ar­gent au­rait été pris sur une do­na­tion de 12 mil­lions d'eu­ros faite par Odd­set au co­mi­té d'or­ga­ni­sa­tion. C'est exac­te­ment l'ex­pli­ca­tion des avo­cats de Be­cken­bauer pour ré­fu­ter toute ma­ni­pu­la­tion im­mo­rale. Se­lon eux, il s'agit bien d'un paie­ment pour une pres­ta­tion pu­bli­ci­taire, et non pour le tra­vail d'or­ga­ni­sa­tion du Mon­dial. L'an­cien pré­sident de la DFB, Theo Zwan­zi­ger, a éga­le­ment vo­lé au se­cours de Be­cken­bauer: "Tout est en ordre, a-t-il dit. Ces ver­se­ments n'étaient pas une ré­mu­né­ra­tion pour le tra­vail de Be­cken­bauer au Co­mi­té d'or­ga­ni­sa­tion". "On ne pou­vait pas de­man­der en plus à Be­cken­bauer, ajoute-t-il, de faire ca­deau de sa va­leur pu­bli­ci­taire". Rein­hard Grin­del, l'ac­tuel pré­sident de la DFB, n'a pas re­te­nu cet ar­gu­ment: "Nous sa­vions", dit-il, "que Franz Be­cken­bauer avait tra­vaillé pour Odd­set dans le cadre de la Coupe du monde. Mais nous ne sa­vions pas jus­qu'à pré­sent qu'il avait tou­ché pour ce­la une somme de 5,5 mil­lions prise sur le bud­get de l'or­ga­ni­sa­tion du Mon­dial 2006. Évi­dem­ment, on ne peut pas dire dans ces condi­tions qu'il a tra­vaillé à titre gra­cieux pour le Co­mi­té d'or­ga­ni­sa­tion", a dé­cla­ré le pa­tron de la DFB dans un com­mu­ni­qué de­puis Athènes, où il as­sis­tait au con­grès de L'UEFA. A pro­pos des ac­cu­sa­tions de fraude fis­cale, les avo­cats de Be­cken­bauer af­firment que l'ar­gent a été cor­rec­te­ment dé­cla­ré en Au­triche, mais que le fisc al­le­mand a taxé la DFB au titre de l'im­pôt sur le paie­ment à un ré­sident fis­cal étran­ger. C'est cette somme que Be­cken­bauer a rem­bour­sée per­son­nel­le­ment à la DFB, ce que confir­mait l'ar­ticle du Spie­gel.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.