Les pré­mices d’une nou­velle tem­pête à Ni­daa Tounes?

So­fiene Tou­bel sur un siège éjec­table

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sal­ma BOURAOUI

Dans une dé­cla­ra­tion à l'agence TAP, le dé­pu­té du bloc par­le­men­taire du mou­ve­ment de Ni­daa Tounes, Ta­har Bat­tikh, a in­di­qué que trente-huit de ses col­lègues ont si­gné une pé­ti­tion à tra­vers la­quelle ils ré­clament d'élire un nou­veau pré­sident du bloc par­le­men­taire. Se­lon le concer­né, ces élec­tions de­vraient avoir lieu lors de la te­nue des jour­nées par­le­men­taires du mou­ve­ment pré­vues pour la fin du mois cou­rant. Con­tac­té par Le Temps, Ta­har Bat­tikh a te­nu à pré­ci­ser que cette pé­ti­tion ne re­pré­sente en au­cun cas un re­trait de confiance de l'ac­tuel pré­sident du bloc, So­fiene Tou­bel. Notre in­ter­lo­cu­teur nous a en ef­fet ex­pli­qué que Tou­bel a été élu à ce poste suite à la dé­mis­sion de Mo­ha­med Fadhel Ben Om­rane. Bat­tikh nous a as­su­ré que le pro­cès ver­bal des jour­nées par­le­men­taires te­nues dans la ville de Sousse en avril der­nier in­dique que Tou­bel a été élu afin de conti­nuer le man­dat de Ben Om­rane qui avait dé­mis­sion­né au cours du­dit man­dat.

Dans une dé­cla­ra­tion à l’agence TAP, le dé­pu­té du bloc par­le­men­taire du mou­ve­ment de Ni­daa Tounes, Ta­har Bat­tikh, a in­di­qué que trente-huit de ses col­lègues ont si­gné une pé­ti­tion à tra­vers la­quelle ils ré­clament d’élire un nou­veau pré­sident du bloc par­le­men­taire. Se­lon le concer­né, ces élec­tions de­vraient avoir lieu lors de la te­nue des jour­nées par­le­men­taires du mou­ve­ment pré­vues pour la fin du mois cou­rant. Con­tac­té par Le Temps, Ta­har Bat­tikh a te­nu à pré­ci­ser que cette pé­ti­tion ne re­pré­sente en au­cun cas un re­trait de confiance de l’ac­tuel pré­sident du bloc, So­fiene Tou­bel. Notre in­ter­lo­cu­teur nous a en ef­fet ex­pli­qué que Tou­bel a été élu à ce poste suite à la dé­mis­sion de Mo­ha­med Fadhel Ben Om­rane. Bat­tikh nous a as­su­ré que le pro­cès ver­bal des jour­nées par­le­men­taires te­nues dans la ville de Sousse en avril der­nier in­dique que Tou­bel a été élu afin de conti­nuer le man­dat de Ben Om­rane qui avait dé­mis­sion­né au cours du­dit man­dat. Re­ve­nant au rè­gle­ment in­té­rieur du bloc par­le­men­taire, Ta­har Bat­tikh et les autres si­gna­taires ont re­le­vé une close qui sti­pule qu’à chaque nou­velle ses­sion par­le­men­taire, des élec­tions doivent se te­nir afin d’élire un pré­sident.

Se­lon l’in­té­res­sé, So­fiene Tou­bel peut très bien être re­con­duit à son poste à condi­tion que ce­la passe par des élec­tions.

Plus tard dans la jour­née, Ta­har Bat­tikh a dé­voi­lé, au cours d’une in­ter­ven­tion ra­dio­pho­nique, qu’il existe un groupe au sein du bloc, di­ri­gé par Tou­bel, qui est sou­mis à des par­ties étran­gères au mou­ve­ment tout en sous-en­ten­dant que ce même groupe est re­lié à un lob­by cor­rom­pu. Pour le dé­pu­té Hs­san Laâ­ma­ri, cette de­mande n’est pas nul­le­ment sur­ve­nue dans le but d’éjec­ter So­fiene Tou­bel puisque ce der­nier n’a été élu que pour fi­nir le man­dat de Ben Om­rane et que, comme la nou­velle ses­sion par­le­men­taire dé­bute, il faut que le bloc par­le­men­taire de Ni­daa Tounes ap­plique son rè­gle­ment in­té­rieur en or­ga­ni­sant de nou­velles élec­tions. Et d’ajou­ter que ces élec­tions ne concernent pas uni­que­ment le poste de pré­sident de bloc.

Tou­te­fois, la si­tua­tion semble être un peu plus com­pli­quée que ce­la, à en croire le dé­pu­té du même bloc, Mon­gi Har­baoui, qui a es­ti­mé, dans une dé­cla­ra­tion ac­cor­dée au Temps, que cette pé­ti­tion sur­vient dans le cadre d’une cam­pagne de dé­ni­gre­ment vi­sant So­fiene Tou­bel.

Pour Har­baoui, cette ini­tia­tive est plus sus­pecte qu’elle ne le pa­raît et fait par­tie d’une ten­ta­tive de frap­per le mou­ve­ment et plus pré­ci­sé­ment son bloc qui tente de ré­cu­pé­rer sa place d’an­tan au sein de l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple. Se­lon le dé­pu­té, il existe des ac­teurs po­li­tiques concur­rents de Ni­daa Tounes qui font par­tie de cette cam­pagne.

Bien que les ini­tia­teurs aient ten­té de faire pas­ser cette pé­ti­tion comme étant une simple pro­cé­dure ha­bi­tuelle, la dé­cla­ra­tion de Ta­har Bat­tikh et celle de Mon­gi Har­baoui nous amène à dé­duire qu’il s’agit plu­tôt d’une nou­velle tem­pête qui s’abat sur le mou­ve­ment au pou­voir. Mal­gré le dé­part de Moh­sen Mar­zouk, la dis­so­lu­tion du co­mi­té consti­tu­tif et l’éloi­gne­ment de Rid­ha Bel­hadj, Ni­daa Tounes peine en­core à re­trou­ver un équi­libre loin de toutes ces pe­tites gué­guerres. Ni­daa Tounes qui de­vrait – si tout va bien d’ici là – or­ga­ni­ser son très at­ten­du pre­mier congrès élec­tif, en­voie des mes­sages as­sez né­ga­tifs alors que la ren­trée po­li­tique et par­le­men­taire ne fait que com­men­cer. L’af­faire risque de s’am­pli­fier dans les quelques jours à ve­nir puisque le prin­ci­pal concer­né dans l’af­faire, en l’oc­cur­rence, So­fiene Tou­bel, ren­tre­ra en Tu­ni­sie très pro­chai­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.