Sur la bonne voie, mais rien n’est dé­fi­ni­ti­ve­ment ac­quis

La dé­mo­cra­tie en Tu­ni­sie

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Rym BENAROUS

Alors que le monde cé­lé­brait, lun­di 15 sep­tembre, la Jour­née In­ter­na­tio­nale de la Dé­mo­cra­tie, on ap­pre­nait en Tu­ni­sie que les ser­vices de la Pré­si­dence avaient ap­pa­rem­ment fait pres­sion sur la chaine At­tes­siaa pour in­ter­dire la dif­fu­sion d'une in­ter­view té­lé­vi­sée de l'an­cien chef de l'etat Mon­cef Mar­zou­ki. Gros ma­laise et triste coïn­ci­dence! A ce pro­pos, le Syn­di­cat na­tio­nal des jour­na­listes tu­ni­siens a pu­blié un com­mu­ni­qué in­ci­tant les res­pon­sables de la chaine à di­vul­guer les par­ties et les noms de ceux qui ont en­tra­vé la dif­fu­sion de cette en­tre­vue tout en in­vi­tant les ser­vices de la pré­si­dence à faire toute la lu­mière sur cette af­faire. Le SNJT a rap­pe­lé que la li­ber­té de la presse était un ac­quis dé­mo­cra­tique in­tou­chable et in­al­té­rable et que les jour­na­listes étaient prêts à li­vrer bien des ba­tailles pour le pré­ser­ver.

Alors que le monde cé­lé­brait, lun­di 15 sep­tembre, la Jour­née In­ter­na­tio­nale de la Dé­mo­cra­tie, on ap­pre­nait en Tu­ni­sie que les ser­vices de la Pré­si­dence avaient ap­pa­rem­ment fait pres­sion sur la chaine At­tes­siaa pour in­ter­dire la dif­fu­sion d’une in­ter­view té­lé­vi­sée de l’an­cien chef de l’etat Mon­cef Mar­zou­ki. Gros ma­laise et triste coïn­ci­dence! A ce pro­pos, le Syn­di­cat na­tio­nal des jour­na­listes tu­ni­siens a pu­blié un com­mu­ni­qué in­ci­tant les res­pon­sables de la chaine à di­vul­guer les par­ties et les noms de ceux qui ont en­tra­vé la dif­fu­sion de cette en­tre­vue tout en in­vi­tant les ser­vices de la pré­si­dence à faire toute la lu­mière sur cette af­faire.

Le SNJT a rap­pe­lé que la li­ber­té de la presse était un ac­quis dé­mo­cra­tique in­tou­chable et in­al­té­rable et que les jour­na­listes étaient prêts à li­vrer bien des ba­tailles pour le pré­ser­ver.

De­puis le 14 jan­vier 2011, la Tu­ni­sie s’est so­li­de­ment en­ga­gée sur la voie de la dé­mo­cra­tie. De­puis, bien des évé­ne­ments se sont dé­rou­lés, bien des gou­ver­ne­ments se sont suc­cé­dés et le peuple tu­ni­sien en a vu de toutes cou­leurs. Cinq ans après, où en sommes-nous? La Tu­ni­sie est-elle sur le bon che­min? Peut-on en­core par­ler de dé­mo­cra­tie nais­sante et d’ap­pren­tis­sage pro­gres­sif? De même, peu­ton d’ores et dé­jà dres­ser le bi­lan de ces quelques an­nées d’exer­cice dé­mo­cra­tique et pa­rier sur la pé­ren­ni­té ou non de ce pro­ces­sus? Au­tant de ques­tions qui ont été po­sées à dif­fé­rents po­li­ti­ciens et mi­li­tants de la so­cié­té ci­vile, pré­sents lors du lan­ce­ment of­fi­ciel des cé­lé­bra­tions de la Jour­née In­ter­na­tio­nale de la Dé­mo­cra­tie à Tu­nis, or­ga­ni­sées par la Fon­da­tion in­ter­na­tio­nale pour les sys­tèmes élec­to­raux (IFES) et ses par­te­naires.

Dans son al­lo­cu­tion, Meh­di Ben Ghar­bia, le tout fraî­che­ment nom­mé mi­nistre char­gé des Re­la­tions avec les ins­tances consti­tu­tion­nelles, de la so­cié­té ci­vile et des droits de l’homme a in­sis­té que la dé­mo­cra­tie ne peut être ré­su­mée à des slo­gans po­li­tiques mais qu’elle est sur­tout un exer­cice du quo­ti­dien qui se tra­duit aus­si bien dans la rue qu’au tra­vail ou chez soi.

« La dé­mo­cra­tie est une at­ti­tude et un com­por­te­ment. Pour qu’elle soit dé­fi­ni­ti­ve­ment an­crée dans notre so­cié­té, il faut veiller à lut­ter contre l’anar­chie, la pau­vre­té, l’ex­clu­sion so­ciale, le chô­mage et l’opa­ci­té des dé­ci­sions qui sont les prin­ci­paux en­ne­mis de la dé­mo­cra­tie et des états libres », a-t-il dé­cla­ré.

Pour sa part, Cha­fik Sar­sar, Pré­sident de l’ins­tance su­pé­rieure in­dé­pen­dante pour les élec­tions, a es­ti­mé que la Tu­ni­sie s’est en­ga­gée de­puis 2011 sur la bonne voie de la dé­mo­cra­tie mais que ce che­min est long et plein d’en­traves qu’il faut réus­sir à dé­pas­ser. Il ajoute: « Ce­la n’est pos­sible qu’en en­crant les va­leurs de la dé­mo­cra­tie dans la so­cié­té telle que la plu­ra­li­té, la li­ber­té d’ex­pres­sion ou en­core la ma­jo­ri­té. Tous les ci­toyens doivent par­ta­ger ces prin­cipes et les adop­ter au quo­ti­dien pour qu’ils de­viennent in­nés et se trans­mettent de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion. » L’am­bas­sa­drice du Ca­na­da en Tu­ni­sie a elle aus­si te­nu un dis­cours op­ti­miste sur l’état de la dé­mo­cra­tie en Tu­ni­sie. Elle a dé­cla­ré à ce pro­pos : « La Tu­ni­sie est in­dé­nia­ble­ment sur la bonne voie de la dé­mo­cra­tie. Elle a fait des pas énormes dans ce sens. Il y a ac­tuel­le­ment un gou­ver­ne­ment élu, un par­le­ment élu et une so­cié­té ci­vile dy­na­mique. Tous ces élé­ments qui tra­vaillent en sy­ner­gie contri­buent à la pé­ren­ni­sa­tion d’une so­cié­té dé­mo­cra­tique. Le tout étant de re­le­ver les dé­fis qui dé­coulent jus­te­ment de cette pra­tique dé­mo­cra­tique. »

Chan­ger les men­ta­li­tés

Ega­le­ment in­ter­ro­gée à ce su­jet, la dé­pu­tée Mah­re­zia Laâ­bi­di a dé­cla­ré : « Tant qu’il y a en Tu­ni­sie des hommes et des femmes, mi­li­tants de la so­cié­té ci­vile, po­li­ti­ciens, jour­na­listes et autres qui croient en la dé­mo­cra­tie, l’es­poir est per­mis. En quelques an­nées, la Tu­ni­sie a réa­li­sé de grandes avan­cées dans ce do­maine. En ef­fet, peut-on au­jourd’hui s’ima­gi­ner pri­ver de nou­veau les ci­toyens de leur li­ber­té de pen­ser, de par­ler ou de vo­ter? C’est im­pos­sible! Avant, tout le monde, y com­pris les as­so­cia­tions étaient bri­mées et em­pê­chées de don­ner leurs avis no­tam­ment sur la vie po­li­tique, so­ciale et éco­no­mique. Au­jourd’hui, ça fuse de par­tout. Cha­cun émet son avis en toute li­ber­té et c’est tant mieux! Mais il ne suf­fit pas de chan­ger les lois pour ga­ran­tir la dé­mo­cra­tie, en­core faut-il chan­ger les men­ta­li­tés et en pa­ral­lèle, ins­tal­ler et af­fer­mir les ins­ti­tu­tions concer­nées. Ici ré­side le vrai han­di­cap! En ef­fet, nous avons ac­tuel­le­ment une Haute au­to­ri­té in­dé­pen­dante de la com­mu­ni­ca­tion au­dio­vi­suelle (HAICA) en­core pro­vi­soire, ain­si que l’ins­tance des droits de l’homme.

De même, l’ins­tance de l’en­vi­ron­ne­ment et le droit des gé­né­ra­tions qui tarde à être mise en place. Il en est de même pour la Cour consti­tu­tion­nelle qui n’est pas en­core im­plé­men­tée bien que la loi et la struc­ture soient dé­jà prêtes.

La dé­mo­cra­tie est un pro­ces­sus long et la­bo­rieux et rien n’est dé­fi­ni­ti­ve­ment ac­quis c’est pour­quoi il est im­por­tant de cé­lé­brer chaque an­née la Jour­née in­ter­na­tio­nale de la dé­mo­cra­tie pour se re­mé­mo­rer que nous sommes sur le bon che­min mais qu’il reste tel­le­ment d’ef­forts à four­nir. »

Ap­pel à la vi­gi­lance

Mal­gré un contexte fa­vo­rable et de réelles avan­cées, l’ex­pert en droit consti­tu­tion­nel Gha­zi Gh­raï­ri semble, quant à lui, en­core plus scep­tique par rap­port à la si­tua­tion ac­tuelle et à l’ave­nir de la dé­mo­cra­tie en Tu­ni­sie. Il dé­clare à ce pro­pos : « La Tu­ni­sie est sur une voie de construc­tion dé­mo­cra­tique mais nous ne pou­vons pas au­jourd’hui nous per­mettre de dire qu’elle a construit une dé­mo­cra­tie puisque les élé­ments qui consti­tuent cette pra­tique ne sont pas qu’ins­ti­tu­tion­nels et consti­tu­tion­nels.

Bien en­ten­du, il en faut et ac­tuel­le­ment nous dis­po­sons d’un cadre ju­ri­di­co-ins­ti­tu­tion­nel qui ga­ran­tit un exer­cice com­pa­tible avec la dé­mo­cra­tie mais ce n’est pas suf­fi­sant.

Dans les so­cié­tés où la dé­mo­cra­tie est sé­den­taire et ir­ré­ver­sible, il existe une culture dé­mo­cra­tique, une opi­nion pu­blique sen­sible et avi­sée qui dé­fend la dé­mo­cra­tie et des tra­di­tions.

Cet en­semble ne peut être concré­ti­sé que sur du moyen terme car on a connu, à tra­vers l’his­toire, des tran­si­tions qui ont en­ta­mé quelques pas sur le che­min de la dé­mo­cra­ti­sa­tion puis qui ont connu par la suite des re­vers et le pro­ces­sus a été in­ter­rom­pu. C’est pour­quoi il faut être très vi­gi­lant à ce su­jet! La dé­mo­cra­tie est un com­bat de tous les jours et il n’est ja­mais ga­gné d’avance.»

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.