La «bi­ki­ni­pho­bie» !

Le Temps (Tunisia) - - Kiosque International -

Un jour de cet été, j’étais à Aga­dir, la ca­pi­tale ma­ro­caine du tou­risme bal­néaire. La mer tur­quoise et le ciel bleu azur au­gu­raient une jour­née im­pec­cable. Mais quelque chose ne col­lait pas dans ce pay­sage: à part quelques tou­ristes, mon re­gard n’a pas croi­sé de femme lo­cale en bi­ki­ni! Que des na­geuses en bur­ki­ni ou en maillots cou­verts par des tee-shirts et des ber­mu­das ou même des py­ja­mas! J’ai fait le même constat plu­sieurs fois sur d’autres plages du royaume. J’ai quit­té le Ma­roc il y a presque une dé­cen­nie et de­mie et je me sou­viens de plages ma­ro­caines où co­ha­bi­taient des femmes en bi­ki­ni, d’autres en maillot une pièce et cer­taines cou­vertes de la tête au pied. Mais au­cun bur­ki­ni!

Il y a sept ans, je suis ren­tré pour la pre­mière fois au pays et j’ai re­noué avec les plages du royaume, no­tam­ment celle d’aga­dir. Certes, il y avait plus de femmes voi­lées qu’avant, mais la co­ha­bi­ta­tion per­sis­tait! Sept autres an­nées plus tard, plus de Ma­ro­caines en bi­ki­ni ou presque! Dans le Ma­roc d’il y a 20, 30 ou 40 ans, des Ma­ro­caines en bi­ki­ni étaient vi­sibles sur les plages. Pour­tant, dans ce Ma­roc-là, les femmes ac­cé­daient gra­duel­le­ment à l’école et au mar­ché du tra­vail. Pa­ra­doxa­le­ment, dans le Ma­roc de ce dé­but de mil­lé­naire, alors que les femmes sont plus édu­quées qu’au­pa­ra­vant, qu’elles sont mi­nistres, am­bas­sa­drices, chefs de grandes en­tre­prises et même mai­resses, le bi­ki­ni semble presque dis­pa­raître des plages et des pis­cines pu­bliques. Au­cune loi et au­cun maire n’ont in­ter­dit le port du bi­ki­ni sur au­cune plage ou pis­cine pu­blique ma­ro­caine. De plus, par le pas­sé, l’épouse du roi du Ma­roc était in­vi­sible sur la place pu­blique. Or, au­jourd’hui, l’épouse de Mo­ham­med VI est de­ve­nue un vi­sage pu­blic. Des ma­ga­zines lo­caux consacrent à Lal­la Sal­ma leur cou­ver­ture et on l’y voit en tailleurs chics ou en caf­tans ma­ro­cains. Cette prin­cesse qui fait de la lutte contre le can­cer une prio­ri­té ne porte au­cun signe re­li­gieux! D’ailleurs, tout ré­cem­ment, dans un dis­cours lar­ge­ment dif­fu­sé dans le monde, Mo­ham­med VI s’est pour la pre­mière fois adres­sé di­rec­te­ment à la dia­spo­ra ma­ro­caine – quelque cinq mil­lions de Ma­ro­cains sont ins­tal­lés à l’étran­ger – pour lui de­man­der de dé­fendre un is­lam to­lé­rant et de contre­car­rer le fa­na­tisme, la haine et le re­pli sur soi sous toutes les formes. Alors, que s’est-il pas­sé? J’ai me­né une en­quête au­près de mon en­tou­rage, re­pré­sen­ta­tif de ce qu’est le Ma­roc d’au­jourd’hui. Plu­sieurs femmes ne se dé­voilent plus en pu­blic, ni sur les plages, ni dans les pis­cines, par convic­tion. Mais d’autres – et elles sont nom­breuses – n’osent plus le faire! Les plus ai­sées pré­fèrent les plages et pis­cines pri­vées ou partent à l’étran­ger, sur­tout en Es­pagne, pour na­ger en paix. Alors, est-ce un ef­fet de mode qui s’es­tom­pe­ra ou une réelle pres­sion so­ciale conser­va­trice qui s’est em­pa­rée de l’es­pace pu­blic ma­ro­cain? L’ave­nir nous le di­ra.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.