Ous­sa­ma Mel­lou­li brigue-t-il le mi­nis­tère de la Jeu­nesse et des Sports ?

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Le par­ti Afek Tounes a or­ga­ni­sé jeu­di 15 sep­tembre une ren­contre avec l'ath­lète Ous­sa­ma Mel­lou­li lors de la­quelle il était ac­com­pa­gné de Adel Bra­him, son ma­na­ger et frère de Yas­sine Bra­him, le pré­sident de ce même par­ti. Une af­faire de fa­mille ! Cette en­tre­vue a été l'oc­ca­sion de re­tra­cer le par­cours spor­tif du spor­tif, ja­lon­née de très nom­breuses mé­dailles dont trois olym­piques et de dis­cu­ter, en sa pré­sence, de la réa­li­té des jeunes et du sport en Tu­ni­sie ain­si que des dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les spor­tifs de haut ni­veau no­tam­ment dans les sports in­di­vi­duels.

Le par­ti Afek Tounes a or­ga­ni­sé jeu­di 15 sep­tembre une ren­contre avec l’ath­lète Ous­sa­ma Mel­lou­li lors de la­quelle il était ac­com­pa­gné de Adel Bra­him, son ma­na­ger et frère de Yas­sine Bra­him, le pré­sident de ce même par­ti. Une af­faire de fa­mille !

Cette en­tre­vue a été l’oc­ca­sion de re­tra­cer le par­cours spor­tif du spor­tif, ja­lon­née de très nom­breuses mé­dailles dont trois olym­piques et de dis­cu­ter, en sa pré­sence, de la réa­li­té des jeunes et du sport en Tu­ni­sie ain­si que des dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les spor­tifs de haut ni­veau no­tam­ment dans les sports in­di­vi­duels. Par ailleurs, le na­geur a re­çu une carte d’adhé­sion au par­ti, pre­nant la pose tout sou­rire de­vant l’ob­jec­tif des pho­to­graphes.

L’info, si elle est pas­sée qua­si in­aper­çue à tra­vers le flot de nou­velles qui consti­tuent quo­ti­dien­ne­ment l’ac­tua­li­té tu­ni­sienne, n’a tou­te­fois pas man­qué de sus­ci­ter des re­marques acerbes de la part de cer­tains, y com­pris par­mi les adhé­rents du par­ti Afek Tounes. En ef­fet, nom­breux sont ceux qui n’ont pas par­don­né au spor­tif sa ré­cente vi­site à Ra­ched Gha­nou­chi au siège du mou­ve­ment En­nahd­ha, peu de jours après son re­tour des Jeux Olym­piques de Rio lors des­quels il n’a ré­col­té au­cune mé­daille.

Sur les ondes de RTCI, il s’est dit fier de cette in­vi­ta­tion qui lui a été adres­sée. Sur sa page per­son­nelle sur les ré­seaux so­ciaux, il s’est dit très heu­reux d’avoir ren­con­tré le cheikh ain­si que plu­sieurs membres et di­ri­geants très in­fluents du par­ti. Le spor­tif a même sou­hai­té longue vie au lea­der po­li­tique et a ré­af­fir­mé son res­pect aux membres et par­ti­sans du par­ti En­nahd­ha. Un mes­sage élo­gieux, in­ter­pré­té par plu­sieurs comme une al­lé­geance à En­nahd­ha et une ma­nière de se rap­pro­cher de ce mou­ve­ment po­li­tique, voire même de l’in­té­grer. Une at­ti­tude qui n’a pas man­qué de sus­ci­ter l’ire de très nom­breux Tu­ni­siens qui gardent en­core une dent contre Mel­lou­li suite à la pré­sence, ju­gée dé­pla­cée, de sa mère, en te­nue of­fi­cielle, lors du dé­fi­lé de la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture des der­niers Jeux Olym­piques.

Le spor­tif avait à l’époque fait l’ob­jet de vives at­taques et est même de­ve­nu la cible de mo­que­ries en tous genres, consi­dé­ré comme un fils à ma­man.

Les cri­tiques avaient alors fu­sé de par­tout et seule une poi­gnée de sup­por­ters et de proches avait té­moi­gné son sou­tien au na­geur, ten­tant avec grande peine de jus­ti­fier la pré­sence de Mme Mel­lou­li avec la dé­lé­ga­tion na­tio­nale lors de la parade. En adhé­rant au par­ti Afek, le na­geur, au cré­pus­cule de sa car­rière sportive en tant que na­geur, cherche-t-il à in­té­grer le monde po­li­tique et à se rap­pro­cher pas après pas de la sphère du pou­voir ? Brigue-t-il, dans un ave­nir proche, le poste de mi­nistre de la Jeu­nesse et des Sports? In­ter­ro­gé à ce su­jet au mi­cro de Ka­rim Ben Amor, Ous­sa­ma Mel­lou­li est res­té quelque peu éva­sif même s’il a dé­cla­ré qu’un bon mi­nistre des Sports doit avoir une vi­sion, une ap­proche claire et des so­lu­tions, pré­ci­sant qu’il en avait per­son­nel­le­ment pas mal lui même.

Il a même ajou­té : « Je sais que si je tiens le mi­nis­tère, on au­ra des ré­sul­tats à court et à long terme. C’est très fa­cile d’ap­por­ter des chan­ge­ments dans ce do­maine tel­le­ment c’est le chaos ac­tuel­le­ment. » Voi­là qui est dit !

Rym BENAROUS

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.