Al­ger dé­cide d'ap­pli­quer le prin­cipe de ré­ci­pro­ci­té

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Wa­lid KHEFIFI

L'al­gé­rie a dé­ci­dé d'ap­pli­quer le sys­tème de ré­ci­pro­ci­té en ré­ponse à la taxe de 30 di­nars ins­tau­rée par la Tu­ni­sie pour les tou­ristes qui entrent sur son ter­ri­toire par voie ter­restre ou ma­ri­time, y com­pris les Al­gé­riens.

C'est le mi­nistre des Af­faires étran­gères, Ram­tane La­mam­ra, qui a an­non­cé cette dé­ci­sion dans sa ré­ponse écrite à une ques­tion po­sée par le dé­pu­té La­kh­dar Ben­khe­laf, du Front de la Jus­tice et du Dé­ve­lop­pe­ment (El Ada­la, par­ti is­la­miste mo­dé­ré). Le chef de la diplomatie al­gé­rienne a af­fir­mé dans sa ré­ponse que la taxe ap­pli­quée par Tu­nis dans le cadre de la loi de fi­nances com­plé­men­taire re­la­tive à l'exer­cice 2014 re­vêt un ca­rac­tère «non dis­cri­mi­na­toire puis­qu'elle a été im­po­sée à tous les tou­ristes qui entrent sur le ter­ri­toire tu­ni­sien par voie ter­restre ou ma­ri­time». «S'agis­sant d'un pays voi­sin avec qui nous en­tre­te­nons des relations ex­cep­tion­nelles, nous avons dé­ci­dé d'ap­pli­quer le sys­tème de ré­ci­pro­ci­té tout en lais­sant la porte du dia­logue ou­verte avec les au­to­ri­tés tu­ni­siens dans l'ob­jec­tif d'an­nu­ler cette taxe », a ajou­té M. La­mam­ra dont la ré­ponse a été in­té­gra­le­ment pu­bliée hier par le jour­nal El Bi­lad et le site d'in­for­ma­tion Tout sur l'al­gé­rie. Sauf ac­cord re­la­tif à l'an­nu­la­tion de la taxe d'en­trée en Tu­ni­sie pour les Al­gé­riens, les Tu­ni­siens de­vront bien­tôt s'ac­quit­ter d'une taxe d'en­trée sur le ter­ri­toire al­gé­rien d'un mon­tant de 2000 di­nars al­gé­rien, soit l'équi­valent de 30 di­nars, au ni­veau des postes fron­tières.

L’al­gé­rie a dé­ci­dé d’ap­pli­quer le sys­tème de ré­ci­pro­ci­té en ré­ponse à la taxe de 30 di­nars ins­tau­rée par la Tu­ni­sie pour les tou­ristes qui entrent sur son ter­ri­toire par voie ter­restre ou ma­ri­time, y com­pris les Al­gé­riens. C’est le mi­nistre des Af­faires étran­gères, Ram­tane La­mam­ra, qui a an­non­cé cette dé­ci­sion dans sa ré­ponse écrite à une ques­tion po­sée par le dé­pu­té La­kh­dar Ben­khe­laf, du Front de la Jus­tice et du Dé­ve­lop­pe­ment (El Ada­la, par­ti is­la­miste mo­dé­ré). Le chef de la diplomatie al­gé­rienne a af­fir­mé dans sa ré­ponse que la taxe ap­pli­quée par Tu­nis dans le cadre de la loi de fi­nances com­plé­men­taire re­la­tive à l’exer­cice 2014 re­vêt un ca­rac­tère «non dis­cri­mi­na­toire puis­qu’elle a été im­po­sée à tous les tou­ristes qui entrent sur le ter­ri­toire tu­ni­sien par voie ter­restre ou ma­ri­time». «S’agis­sant d’un pays voi­sin avec qui nous en­tre­te­nons des relations ex­cep­tion­nelles, nous avons dé­ci­dé d’ap­pli­quer le sys­tème de ré­ci­pro­ci­té tout en lais­sant la porte du dia­logue ou­verte avec les au­to­ri­tés tu­ni­siens dans l’ob­jec­tif d’an­nu­ler cette taxe », a ajou­té M. La­mam­ra dont la ré­ponse a été in­té­gra­le­ment pu­bliée hier par le jour­nal El Bi­lad et le site d’in­for­ma­tion Tout sur l’al­gé­rie.

Sauf ac­cord re­la­tif à l’an­nu­la­tion de la taxe d’en­trée en Tu­ni­sie pour les Al­gé­riens, les Tu­ni­siens de­vront bien­tôt s’ac­quit­ter d’une taxe d’en­trée sur le ter­ri­toire al­gé­rien d’un mon­tant de 2000 di­nars al­gé­rien, soit l’équi­valent de 30 di­nars, au ni­veau des postes fron­tières.

Se­lon les dis­po­si­tions de la loi de fi­nances com­plé­men­taire re­la­tive à l’exer­cice 2014 , tout vé­hi­cule d’étran­gers non ré­si­dents de s’ac­quit­ter d’un mon­tant de 30 di­nars tu­ni­siens à son en­trée sur le ter­ri­toire. Mise en place en oc­tobre 2014 puis tem­po­rai­re­ment aban­don­née en 2015 après les at­ten­tats du Bar­do et de Sousse, cette taxe est en­trée en vi­gueur cet été.

«Quand on ti­tille son or­gueil, l’al­gé­rie ne ba­dine ja­mais» !

Sous forme de timbre fis­cal, la taxe a été ins­tau­rée à l’ori­gine pour com­pen­ser la consom­ma­tion de pro­duits sub­ven­tion­nés en Tu­ni­sie comme le pain, le car­bu­rant, le sucre et l’huile de table. Son en­trée en vi­gueur a exas­pé­ré les tou­ristes et les com­mer­çants al­gé­riens qui ont or­ga­ni­sé en août dernier plu­sieurs ma­ni­fes­ta­tions au ni­veau des points de pas­sage fron­ta­liers avec la Tu­ni­sie. Des di­zaines d’al­gé­riens en co­lère sont al­lés jus­qu’à blo­quer, le 1er août, la route me­nant au pas­sage fron­ta­lier de Bir Al Ater à Te­bes­sa. Di­manche 14 août, la cir­cu­la­tion des vé­hi­cules a aus­si été mo­men­ta­né­ment blo­quée à la suite d’un de ces mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion au poste-fron­tière de Sa­kiet Si­di Yous­sef (gou­ver­no­rat du Kef). La presse al­gé­rienne a éga­le­ment ver­te­ment cri­ti­qué l’ins­tau­ra­tion d’une taxe d’en­trée d’une fa­çon uni­la­té­rale par la Tu­ni­sie.

Dans un ar­ticle pu­blié le 16 août, le jour­nal al­gé­rien «L’ex­pres­sion» a qua­li­fié la taxe de 30 di­nars im­po­sée par les au­to­ri­tés tu­ni­siennes aux res­sor­tis­sants al­gé­riens de « taxe de la honte». « Le tout ré­cent épi­sode ubuesque aux fron­tières al­gé­ro-tu­ni­siennes tourne, dé­sor­mais, au vi­naigre. Ils sont plus de 100.000 Al­gé­riens à re­joindre la Tu­ni­sie pour des soins, alors qu’ils sont plus de 200.000 à re­le­ver de com­munes fron­ta­lières et ont des al­liances avec les frères tu­ni­siens. Au­tant de po­pu­la­tions qui sont contraintes d’ef­fec­tuer des dé­pla­ce­ments men­suels. Or, les 30 di­nars tu­ni­siens mal­en­con­treu­se­ment re­quis des Al­gé­riens vé­hi­cu­lés qui tran­sitent aux postes fron­tières, puis la fer­me­ture, sans pré­avis, des bar­rières de­vant les ex­por­ta­teurs al­gé­riens, au­ront consti­tué les in­gré­dients d’un poi­son qui a en­ve­ni­mé les relations entre les deux pays et gâ­ché l’été à de nom­breux ci­toyens», a sou­li­gné le quo­ti­dien, tout en pré­ve­nant que «quand on ti­tille son or­gueil, l’al­gé­rie ne ba­dine ja­mais».

Se­lon les don­nées de l’of­fice al­gé­rien du tou­risme, près de 1,5 mil­lion d’al­gé­riens ont sé­jour­né en Tu­ni­sie en 2015.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.