Adop­tion des ar­ticles 20 à 25 du pro­jet de Loi de l’in­ves­tis­se­ment

Le Temps (Tunisia) - - Proximité -

L’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) réunie, hier ma­tin, en plé­nière, a adop­té les ar­ticles 20 à 25 du pro­jet de Loi de l’in­ves­tis­se­ment (n° 68-2015). L’ar­ticle 20, du 5ème cha­pitre (primes et in­ci­ta­tions), sti­pule que les pro­jets à in­té­rêt na­tio­nal bé­né­fi­cient, en ver­tu d’un dé­cret gou­ver­ne­men­tal et après ac­cord de L’ARP, d’une dé­duc­tion des bé­né­fices de l’as­siette fis­cale des so­cié­tés sur une du­rée de 10 ans, et d’une prime d’in­ves­tis­se­ment qui re­pré­sente un tiers du coût de l’in­ves­tis­se­ment, y com­pris les coûts des tra­vaux de construc­tion.

Les pro­jets à in­té­rêt na­tio­nal et le seuil de la prime d’in­ves­tis­se­ment sont dé­fi­nis par un dé­cret gou­ver­ne­men­tal, se­lon les dis­po­si­tions de l’ar­ticle pré­ci­té.

Les so­cié­tés bé­né­fi­ciant des in­ci­ta­tions du code de l’in­ves­tis­se­ment sont sou­mises, se­lon l’ar­ticle 21, au sui­vi et au contrôle des ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs concer­nés. La dé­cla­ra­tion de l’in­ves­tis­se­ment se­ra an­nu­lée, au bout d’une an­née, si l’in­ves­tis­seur n’a pas en­ta­mé son pro­gramme d’in­ves­tis­se­ment.

Par ailleurs, les in­ci­ta­tions se­ront re­ti­rées, au cas où les dis­po­si­tions de ce code n’ont pas été res­pec­tées, ou si le pro­gramme d’in­ves­tis­se­ment n’a pas été réa­li­sé au cours des 4 an­nées de la date de dé­pôt de la dé­cla­ra­tion d’in­ves­tis­se­ment, ou en­core en cas de chan­ge­ment illé­gal de la vo­ca­tion ini­tiale de l’in­ves­tis­se­ment.

L’ar­ticle 23 du cha­pitre 6 re­la­tif à la ré­so­lu­tion des conflits, sti­pule que tout conflit entre l’etat tu­ni­sien et l’in­ves­tis­seur est ré­glé confor­mé­ment aux dis­po­si­tions d’ar­bi­trage. Cette dis­po­si­tion ne s’ap­plique pas en cas ou une des par­ties se dé­siste par écrit. Les deux par­ties ont la li­ber­té de se mettre d’ac­cord sur les dis­po­si­tions et les prin­cipes d’ar­bi­trage. En cas de non ré­so­lu­tion du conflit entre l’etat et l’in­ves­tis­seur étran­ger par l’ar­bi­trage, l’ar­ticle 24 du même cha­pitre per­met de re­cou­rir au pro­cès sur la base d’un ac­cord spé­ci­fique entre les deux par­ties au cas où l’in­ves­tis­seur est étran­ger. La nou­velle loi de l’in­ves­tis­se­ment en­tre­ra en vi­gueur, le 1er jan­vier 2017 A no­ter que la nou­velle Loi de l’in­ves­tis­se­ment, adop­tée avec 114 voix pour, seule­ment 4 voix contre et 16 abs­ten­tions, en­tre­ra en vi­gueur, à par­tir du 1er jan­vier 2017. Cette loi compte, au to­tal, 36 ar­ticles après l’adop­tion par L’ARP, d’une pro­po­si­tion d’y ajou­ter un 7ème cha­pitre de 11 ar­ticles in­ti­tu­lé «dis­po­si­tions tran­si­toires et fi­nales». S’ex­pri­mant en marge de la plé­nière, le mi­nistre de Dé­ve­lop­pe­ment, de l’in­ves­tis­se­ment et de la Co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, Fadhel Ab­del­ke­fi, a sou­li­gné le be­soin d’ap­pli­quer cette loi pour ré­pondre à des be­soins ur­gents en ma­tière d’em­ploi et d’in­ves­tis­se­ment, no­tam­ment, étran­ger.

«L’image de la Tu­ni­sie s’est dé­té­rio­rée et nous ne pou­vons plus né­go­cier avec les in­ves­tis­seurs les ré­per­cus­sions en­vi­ron­ne­men­tales, tou­ris­tiques ou autre de leurs pro­jets, et ce, face au be­soin im­pé­ra­tif du pays à l’in­ves­tis­se­ment et à l’em­ploi», a-t-il dit à ce su­jet. Il a an­non­cé, à cette oc­ca­sion, que son dé­par­te­ment se penche, ac­tuel­le­ment, sur l’étude d’un pro­jet pro­po­sé par un in­ves­tis­seur étran­ger, moyen­nant une en­ve­loppe es­ti­mée à 650 mil­lions eu­ros (en­vi­ron 1600 mil­lions de di­nars). D’après ses dires, ce pro­jet, une fois concré­ti­sé, per­met­tra, de créer 55 mille nou­veaux em­plois.

Vote d’une mo­tion de sou­tien à la cause pa­les­ti­nienne

Il y a lieu de rap­pe­ler que l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) a vo­té, hier en plé­nière, une mo­tion de sou­tien à la cause pa­les­ti­nienne avec 109 voix pour et quatre ab­sen­tions. Dans cette mo­tion, L’ARP ap­pelle la pré­si­dence de la Ré­pu­blique et le gou­ver­ne­ment à in­ves­tir leurs relations in­ter­na­tio­nales pour in­vo­quer la souf­france du peuple pa­les­ti­nien et mo­bi­li­ser le sou­tien à sa cause pour le re­cou­vre­ment de ses droits lé­gi­times.

Tout en re­je­tant la po­li­tique de co­lo­ni­sa­tion, la vague d’ar­res­ta­tion et le blo­cus im­po­sé au peuple pa­les­ti­nien, par­ti­cu­liè­re­ment à Ga­za, l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple a sa­lué les ten­ta­tives ré­pé­tées du peuple pa­les­ti­nien de bri­ser le blo­cus im­po­sé à Ga­za. Dé­non­çant la pour­suite de l’em­pri­son­ne­ment des dé­pu­tés pa­les­ti­niens, L’ARP a ap­pe­lé les Par­le­ments du monde à ap­puyer la cause du peuple pa­les­ti­nien pour le­ver le blo­cus de la bande de Ga­za et li­bé­rer les pri­son­niers in­car­cé­rés dans les pri­sons de l’oc­cu­pa­tion, dont les dé­pu­tés du Con­seil lé­gis­la­tif pa­les­ti­nien.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.