Une «uni­té na­tio­nale» sans consis­tance

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Li­bye

Dé­jà que son au­to­ri­té était chan­ce­lante, le gou­ver­ne­ment li­byen d'uni­té na­tio­nale est, mal­gré le suc­cès rem­por­té à Syrte sur les com­bat­tants de Daech par les mi­lices ar­mées qui lui sont liées, af­fai­bli en­core plus par la prise de contrôle des ter­mi­naux pé­tro­liers de l'est, les plus im­por­tants du pays opé­rée par l'ar­mée na­tio­nale li­byenne com­man­dée par le gé­né­ral Kha­li­fa Haf­tar le­quel agit pour le compte du Par­le­ment de To­brouk qui re­fuse sa re­con­nais­sance à l'exé­cu­tif ins­tal­lé à Tri­po­li. Le coup est rude pour le gou­ver­ne­ment d'uni­té na­tio­nale car il le prive de la pos­si­bi­li­té de bé­né­fi­cier des sub­sides que pro­cure la com­mer­cia­li­sa­tion de la pro­duc­tion de pé­trole qui ar­rive aux ter­mi­naux de l'est dont il a un dra­ma­tique be­soin pour at­té­nuer la des­cente aux en­fers des ci­toyens li­byens et s'as­su­rer ain­si leur sou­tien. Haf­tar a choi­si le « bon mo­ment » pour en­ga­ger l'épreuve de force avec le gou­ver­ne­ment de Tri­po­li au­quel il ne par­donne pas de lui avoir re­fu­sé le poste de com­man­dant en chef des forces ar­mées li­byennes. Ce­lui pen­dant le­quel les mi­lices al­liées du gou­ver­ne­ment se trou­vaient à me­ner l'of­fen­sive sur Syrte pour en chas­ser les élé­ments de Daech qui en ont pris le contrôle. A moins de re­non­cer au gain qu'est la re­prise de Syrte à Daech, le gou­ver­ne­ment de Tri­po­li ne peut ré­pli­quer en lan­çant les mi­lices qui lui sont al­liées dans une opé­ra­tion de re­prise des ter­mi­naux pé­tro­liers tom­bés sous la coupe des forces fi­dèles au gé­né­ral. L'of­fen­sive lan­cée contre lui par Haf­tar le fra­gi­lise di­plo­ma­ti­que­ment éga­le­ment car elle fait ap­pa­raître qu'il n'a d'uni­té na­tio­nale que le nom. Même les puis­sances l'ayant re­con­nu comme tel et lui pro­diguent leur «sou­tien» suite à la prise de contrôle des ter­mi­naux pé­tro­liers par les hommes du gé­né­ral Haf­tar ne peuvent dé­sor­mais qu'ad­mettre que «l'uni­té na­tio­nale» dont en a éma­né le gou­ver­ne­ment de Tri­po­li ne re­flète pas la réa­li­té du ter­rain en Li­bye et n'a pas sus­ci­té un rap­port de force fa­vo­rable à ce gou­ver­ne­ment. C'est pour­quoi tout en ten­tant de bri­der par la me­nace les «ap­pé­tits» de pou­voir du gé­né­ral en ques­tion, elles vont de­voir faire pres­sion sur le gou­ver­ne­ment d'uni­té na­tio­nale pour qu'il se fasse plus ac­com­mo­dant à son égard et re­cherche un ter­rain de com­pro­mis avec son camp. Sauf qu'ayant ma­noeu­vré et ma­ni­pu­lé tant un camp que l'autre qui se dis­putent le pou­voir sur le pays, il est in­cer­tain qu'elles ob­tiennent d'eux un ac­cord de ré­con­ci­lia­tion qui pré­ser­ve­rait la Li­bye de la dis­lo­ca­tion et d'un re­tour en force de Daech pro­fi­tant d'une re­prise de la guerre ci­vile dans le pays. L'on n'in­sis­te­ra ja­mais trop sur la res­pon­sa­bi­li­té aveugle et cri­mi­nelle de ces puis­sances sur ce qu'en­durent et tra­versent la Li­bye et son peuple. Ce sont elles en ef­fet qui sont cause de la si­tua­tion dans la­quelle ce pays se re­trouve. Le pire est que ces puis­sances per­sistent à je­ter de l'huile sur le feu en Li­bye, à at­ti­ser les an­ta­go­nismes entre les par­ties pre­nantes du conflit et à faire dans l'am­bi­guï­té par la re­con­nais­sance di­plo­ma­tique qu'elles ac­cordent à l'un tout en oc­troyant sou­tien et en­cou­ra­ge­ment à l'autre. L'al­gé­rie que l'évo­lu­tion dan­ge­reuse de la si­tua­tion en Li­bye pré­oc­cupe au pre­mier chef n'est pas dupe de l'hy­po­cri­sie in­té­res­sée de leurs agis­se­ments dans ce pays. Elle s'im­plique ré­so­lu­ment et dis­crè­te­ment pour ten­ter de convaincre les par­ties li­byennes que la sau­ve­garde et la sur­vie de leur na­tion ne vien­dront pas de Wa­shing­ton, Pa­ris, Rome, Do­ha ou de toute autre ca­pi­tale étran­gère, mais de leur ca­pa­ci­té à pro­mou­voir un dia­logue li­byo­li­byen et à trou­ver un ter­rain d'en­tente sur l'ave­nir qu'elles veulent pour leur pays.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.