L’etoile l’a échap­pé belle face au T.p.ma­zembe

«Vic­toire ras­su­rante de­vant un ade­ver­saire mo­ti­vé»

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Am­mar Souayah

Les joueurs de l’olym­pique de Bé­ja ont concé­dé, di­manche der­nier, leur deuxième dé­faite de­vant une Es­pé­rance ST beau­coup mieux nan­tie en ef­fec­tif et en qua­li­té. Et ce, en réa­li­sant une pres­ta­tion qui laisse au­gu­rer un court terme plu­tôt ras­su­rant. Mais al­lez le faire sa­voir et faire com­prendre à un pu­blic lo­cal qui s’en est pris sans jus­ti­fi­ca­tion au­cune à ses joueurs au coup de sif­flet fi­nal. Pour­tant les lo­caux ont réa­li­sé une as­sez bonne pre­mière pé­riode de jeu au cours de la­quelle l’équipe lo­cale a évo­lué presque d’égale à égale avec les « Sang et Or » de Tu­nis. Ces der­niers ayant pris l’ha­bi­tude de mal né­go­cier la pre­mière moi­tié de cha­cune de leurs sor­ties. Du dé­jà vu en coupe de Tu­ni­sie puis en cham­pion­nat. Am­mar Souayah a re­con­duit à une uni­té près le onze ali­gné une se­maine plus tôt de­vant le Stade Ga­bé­sien. Et ce sont les lo­caux qui, ame­nés par un très bon Ray­mond, ont com­men­cé par im­po­ser leur rythme aux « Sang et Or ». Fac­teur qui nous a per­mis d’as­sis­ter à un match équi­li­bré. Même si Khé­nis­si a at­ten­du la 21ème mi­nute du match pour tou­cher un pre­mier bal­lon, d’ailleurs mal ren­voyé par le gar­dien Ghan­mi. Le­quel Khé­nis­si a été à l’ori­gine de l’ou­ver­ture du score en ser­vant sur un pla­teau son co-équi­pier Re­jeï­bi. On jouait la pre­mière mi­nute du temps de ré­cu­pé­ra­tion en cette pre­mière pé­riode de jeu. L’EST : une 2ème pé­riode mieux

né­go­ciée La se­conde mi-temps a été mieux né­go­ciée par Chem­mam et ses ca­ma­rades qui vont dou­bler d’en­trée la marque par Khé­nis­si cette fois-ci quatre mi­nutes après la re­prise. Ce der­nier en­voyant dans son style par­ti­cu­lier un ser­vice de Ba­dri jusque là presque qua­si ab­sent. Tout comme Fer­ja­ni Sas­si dans un jour sans. Comment Am­mar Souayah ex­pli­quet-il la pres­ta­tion de son équipe : « L’im­por­tant pour l’es­pé­rance ST est d’avoir ré­col­té les trois points de la vic­toire. Elle est jus­te­ment ve­nue à Bé­ja pour les cher­cher. Elle y est par­ve­nue de­vant un ad­ver­saire vi­si­ble­ment bien mo­ti­vé. Tou­jours est-il que ce­la n’ex­plique pas pour au­tant la mau­vaise pre­mière mi-temps dis­pu­tée par nos joueurs. Il nous a fal­lu at­tendre ce pre­mier but ve­nu dans les ar­rêts de jeu en pre­mière mi-temps pour que l’équipe prenne les choses en main dès son re­tour des ves­tiaires. Avec le se­cond but réa­li­sé en dé­but de se­conde mi-temps, l’équipe a mieux né­go­cié la suite de la ren­contre. Une avance de deux buts ras­su­rante qui m’a per­mis d’ali­gner trois joueurs avec pour ob­jec­tif de pré­pa­rer leur in­té­gra­tion dans le groupe ». C’est un peu le même mes­sage que l’on en­tend après chaque match. En at­ten­dant que l’es­pé­rance ST al­lie le ré­sul­tat et la ma­nière. L’O. Bé­ja : le meilleur reste à ve­nir C’était l’oc­ca­sion de le faire en cet après-mi­di de di­manche de­vant un en­semble bé­jaois nou­veau pro­mu et dont l’en­traî­neur est en­core à la re­cherche d’un onze par­mi la tren­taine de joueurs re­cru­tés pen­dant le mer­ca­to es­ti­val. Une en­tre­prise dif­fi­cile à réus­sir d’au­tant plus que la pré­pa­ra­tion de l’équipe a dé­mar­ré avec un sé­rieux re­tard sous la conduite de l’en­traî­neur Lot­fi Seb­ti qui conti­nue à croire en ces joueurs ve­nus par la force des choses de dif­fé­rents ho­ri­zons : « Battre l’es­pé­rance n’est pas à la por­tée de qui­conque à l’heure qu’il est. Que dire d’une équipe, la mienne, qui vient à peine d’en­ta­mer sa pré­pa­ra­tion d’avant sai­son avec un ef­fec­tif hé­té­ro­clite Battre.

Tou­jours est-il que la pres­ta­tion de l’équipe cet après-mi­di (di­manche) me ras­sure quant à son court terme. Je dis­pose de joueurs en me­sure d’ap­por­ter le plus pour l’équipe. Avec beau­coup de tra­vail, nous al­lons par­ve­nir à amé­lio­rer nos au­to­ma­tismes d’au­tant plus que d’autres élé­ments se­ront pro­chai­ne­ment qu­li­fiés pour prê­ter main forte au reste de l’équipe ». Les quelques sé­quences en­tre­vues di­manche der­niers ac­com­pa­gnées de deux ex­cel­lentes op­por­tu­ni­tés de ré­duire l’écart sans les deux ré­fexes éma­nant de Ben Ché­ri­fia sont des signes ras­su­rants quant à une proche ré­ac­tion des Bé­jaois.

Ra­fik BEN AR­FA

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.