Le jour­na­liste, a aus­si, un rôle à y jouer

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Dans le cadre du pro­gramme de ren­for­ce­ment du jour­na­lisme spé­cia­li­sé, le Centre Afri­cain de Per­fec­tion­ne­ment des Jour­na­listes et Com­mu­ni­ca­teurs (CAPJC) or­ga­nise tout au long de cette se­maine une for­ma­tion in­ti­tu­lée: « Le jour­na­lisme de san­té et l’in­for­ma­tion mé­di­cale » re­grou­pant près d’une ving­taine de jour­na­listes tu­ni­siens de tous bords.

Une ses­sion à la­quelle sont as­so­ciés l’or­ga­ni­sa­tion Mon­diale de la San­té (OMS), le mi­nis­tère de la San­té et la Fon­da­tion Frie­drich Nau­mann pour la li­ber­té. Un thème prin­ci­pal se­ra trai­té quo­ti­dien­ne­ment du­rant les cinq jours de la for­ma­tion dont l’évo­lu­tion de la po­li­tique de san­té en Tu­ni­sie au fil des dé­cen­nies, la for­ma­tion en sciences de la san­té en Tu­ni­sie, les in­dus­tries de la san­té et l’ex­por­ta­tion des soins ou en­core la ré­forme de la san­té en Tu­ni­sie. De même, toute une ma­ti­née se­ra consa­crée au dia­logue so­cié­tal, ses huit chan­tiers et les cinq axes du mi­nis­tère ain­si que le rôle du par­te­na­riat entre l’union Eu­ro­péenne et L’OMS pour la cou­ver­ture sa­ni­taire uni­ver­selle. Fai­za Ke­fi, la pré­si­dente du co­mi­té tech­nique du dia­logue so­cié­tal, a d’ailleurs in­sis­té, hier, sur le cô­té pion­nier de cette ini­tia­tive qu’on ne re­trouve que dans quelques rares pays dé­ve­lop­pés et qui pro­met un re­nou­veau ef­fi­cient du sys­tème de san­té en Tu­ni­sie. Pas moins de quinze ex­perts is­sus de mi­lieux di­vers (cadres du mi­nis­tère de la San­té, ex­pert de la Banque Mon­diale, re­pré­sen­tant de la CNAM, mé­de­cins et phar­ma­ciens, pro­fes­seurs et doyen de la fa­cul­té de mé­de­cine, membres de la dé­lé­ga­tion UE et du bu­reau de L’OMS à Tu­nis, membre de la Com­mis­sion an­ti-cor­rup­tion de L’INLUCC…) ont été mo­bi­li­sés pour as­su­rer des in­ter­ven­tions tout au long de cette for­ma­tion mo­dé­rée par Zou­hair Ben Je­maa, pré­sident de l’as­so­cia­tion « 20 mil­lion de consom­ma­teurs » et porte pa­role du dia­logue so­cié­tal en Tu­ni­sie.

Dans son al­lo­cu­tion lors de l’ou­ver­ture of­fi­cielle des tra­vaux de la ses­sion de for­ma­tion, Sa­mi­ra Me­raï, la toute nou­velle mi­nistre de la San­té a dé­cla­ré, s’adres­sant aux jour­na­listes pré­sents : « La san­té est une cause com­mune à tous les ci­toyens et un sec­teur vi­tal au­quel il faut ac­cor­der toute notre at­ten­tion. Notre but à tous est de ré­duire le nombre de ma­lades en Tu­ni­sie à tra­vers une pré­ven­tion primaire ef­fi­ciente et glo­bale. Ce­ci est certes le rôle des per­sonnes tra­vaillant dans le sec­teur de la san­té mais aus­si celle des mé­dias qui doivent ins­crire la sen­si­bi­li­sa­tion au coeur de leur tra­vail d’in­for­ma­tion. »

Pre­nant la pa­role à son tour, Syed Jaf­far Hus­sain, re­pré­sen­tant de L’OMS en Tu­ni­sie a rap­pe­lé que les mi­nis­tères de la San­té dans le monde n’étaient pas les seuls concer­nés et res­pon­sables par la san­té des ci­toyens mais qu’ils n’étaient qu’un maillon de toute une chaine qui in­clut dif­fé­rents in­ter­ve­nants, dont les jour­na­listes, d’où leur res­pon­sa­bi­li­té ci­toyenne à ce su­jet.

Rym BENAROUS

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.